Merci Angers

Avis sur À mon âge je me cache encore pour fumer

Avatar James-Betaman
Critique publiée par le

Essaie total en allant voir ce film. Il s’agissait d’une avant-première au festival des Premiers Plans à Angers et le nom avait l’air d’être celui d’une comédie sympathique.
J’entre, la réalisatrice, avec toute l’équipe se met à parler d’Alger, d’Islam (aïe), et que la quasi-totalité des acteurs dans ce film sont des femmes.
Visiblement, ce n’était pas le film auquel je m’attendais.
J’ai vu le film en janvier 2017 (apparemment, il s’agissait de la deuxième projection du film dans le monde), et il sort en avril 2017.
Je ne savais rien du film, je ne connaissais aucune actrice, c’était le premier film de la réalisatrice, enfin bref, c’était une séance découverte totale.
Le film se situe donc en Algérie, dans les années 90 lors de l’expansion de l’Islam dans ce pays. Il s’agit d’un huit-clôt, dans un hammam, où plusieurs femmes (50% nues), parlent de leurs conditions dans ce monde qui se radicalise de plus en plus. Elles parlent, et c’est tout.
Elles parlent, et c’était génial.
La salle était remplie, et quand le film s’était fini, on a applaudi pendant au moins cinq minutes. La réalisatrice était en larme face à un véritable accueil. Ce film est magnifique.
Il n’y a pas d’action, ce sont juste des femmes qui parlent, qui racontent leurs vies, leurs problèmes, qui se font des blagues et qui se retrouvent dans une situation désastreuse. Le hammam dans lequel elles sont, est le seul endroit où elles peuvent s’exprimer librement. C’est le seul endroit où elles disent le fond de leurs pensées, où on les voit tel qu’elles sont (la nudité prend alors tout son sens).
Et ce film ma rappel beaucoup Juste la Fin du Monde de Xavier Dolan, ce sont des gens qui parlent, on alterne des moments de joie, de tristesse, de peur, de stress, on aborde de nombreux thèmes sociaux. Et on termine avec une fin très inattendue.
Et je pense vraiment que l’équipe de réalisation mérite cet accueil, mérite ces félicitations parce que pour un premier film, c’est un coup de maître.
Malgré le fait que la totalité du film se passe dans le hammam, il n’y a pas de temps mort, il y a toujours quelque chose pour relancer l’intrigue et le suspens tout en relançant le débat de la liberté des femmes.
Le film parle quand même de femmes d’Algérie dans les années 90, et tout le monde dans la salle se sentait concerné. Même moi, qui ne me sens vraiment pas concerné par le combat des féministes, j’avais vraiment l’impression de faire partie de ce débat sur la religion et la liberté. Le sujet est très d’actualité, quand on voit les hommes radicalisés jurer sur le Coran des choses absurdes et barbares, quand on voit le traitement des femmes dans ce monde radicalisé, on se rend compte de l’importance du message de ce film.
Et malgré sa vision très triste du monde, il n’en demeure pas moins agréable à regarder. Les femmes se font des blagues, l’espoir de certaines allègent l’intrigue très dramatique. Les personnages parlent en arabes et mélangent cette langue avec le français ce qui donne un rythme rapide et accrocheur.
J’ai donc vraiment hâte de voir l’accueil de ce film pour sa sortie officielle. Car il s’agit là d’un grand film qui mérite le coup d’œil et j’espère qu’il fera du bruit car un film pareil, il doit être vu par le public. Allez voir ce film, c’est vraiment bien, il le faut, c’est une obligation.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1699 fois
13 apprécient

James-Betaman a ajouté ce film à 1 liste À mon âge je me cache encore pour fumer

  • Films
    Cover Journal de bord: films 2017

    Journal de bord: films 2017

    Au nouvel an, les gens font des résolutions débiles... arrêter de fumer, être plus gentil. Perso, je n'ai rien à me reprocher...

Autres actions de James-Betaman À mon âge je me cache encore pour fumer