👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Beaucoup de matière noire pour si peu de matière grise

J'y allais pourtant avec une infinie bienveillance. Voire une part d'aveuglement parce que je savais bien au fond de moi que jamais je ne retrouverais les émotions que me procurait mon héro préféré "de quand j'avais 10 ans". Oui mais voilà quelque part on espère. On veut croire au miracle. On veut retrouver ce qu'on a aimé. C'est humain.

D'ailleurs j'étais presque rassuré lors des 20 premières minutes. D'abord parce que visuellement c'est une claque. Il y a un soin réel porté à la modélisation des personnages avec parfois une remarquable créativité (dans le look des armures de l'équipage par exemple ou les fringues : un multitude de détails soignés qui sont conformes à ma perception de l'univers d'Albator). Toshirô est particulièrement réussi. Ca m'a bluffé à plusieurs reprise au cours du film. Nausicâa serait à tomber si on ne tombait pas dans l'excès gratuit d'effets sexy (string qu'on devine sous les collants, déhanché de 1ere Dauphine au concours des miss de Chalon en Champagne et je ne parle même pas de la scène parachutée de douche en apesanteur).

Preuve était donc faite qu'il y avait de la matière et des moyens. Qu'on aurait pu tirer un très bon film d'animation du héros mythique de Matsumoto. Mais cette promesse malheureusement ne dure qu'un temps. Très vite, trop vite, le film dérape puis sombre dans un galimatia pénible virant même au ridicule dans un final abracadabrantesque où l'on ne comprend absolument rien. On est juste soulagé que ce massacre se termine.

C'est au final du gâchis car il y avait une part de très bon. Il aurait fallu tirer de cette histoire un film sombre. adulte. Là, au final, c'est le règne de la confusion, du compromis, de la facilité où, toutes générations confondues (mon fils de 13 ans m'accompagnait), on se perd et on ne pipe plus rien.

Je pense qu'il y avait malheureusement trop peu à comprendre. Beaucoup de matière noire pour si peu de matière grise...

EDIT: Reste la magie du personnage. Fascinant de charme et de classe. Comme me l'a rappelé une amie proche "Albator est une histoire crée pour rendre des générations de petites filles amoureuses des mauvais garçons..."
ChristianBarbel
4
Écrit par

il y a 8 ans

2 j'aime

Albator, corsaire de l'espace
Lune
5

Critique de Albator, corsaire de l'espace par Lune

C'est avec un regard globalement neuf que j'ai regardé ce film, n'ayant vu que des bribes du dessin animé. Je connaissais juste le personnage, et hum... le générique français. Mais bon, un corsaire...

Lire la critique

il y a 8 ans

47 j'aime

6

Albator, corsaire de l'espace
Eren
6

N'est pas corsaire qui veut.

L'idée de le voir au cinéma ne m'était même pas passer à l'esprit. Il faut dire qu'une sortie tous frais payés ne se refuse pas. Pourtant, le mythe d'Albator m'a toujours fasciné. Que ce soit à...

Lire la critique

il y a 8 ans

41 j'aime

6

Albator, corsaire de l'espace
Nocturnale
7

Space pirate

Diffusé en avant première française aux Utopiales à Nantes (grand festival de SF), un peu plus d'un mois à l'avance la bande annonce annonçait quelque chose d'épique : des pirates, des batailles...

Lire la critique

il y a 8 ans

26 j'aime

1

Albator, corsaire de l'espace
ChristianBarbel
4

Beaucoup de matière noire pour si peu de matière grise

J'y allais pourtant avec une infinie bienveillance. Voire une part d'aveuglement parce que je savais bien au fond de moi que jamais je ne retrouverais les émotions que me procurait mon héro préféré...

Lire la critique

il y a 8 ans

2 j'aime

Les Naufragés de l'île Tromelin
ChristianBarbel
8

Critique de Les Naufragés de l'île Tromelin par Christian Barbelon

Roman historique, "les naufragés de l'île Tromelin" relate la saga de cette poignée d'hommes et de femmes, pour l'essentiel des esclaves en provenance de Madagascar, littéralement abandonnés à leur...

Lire la critique

il y a 8 ans

1 j'aime

Le Témoin
ChristianBarbel
8
Le Témoin

Remarquable

Un thriller haletant. De ceux qu'on pourrait lire d'une traite tellement ils sont immersifs. Parfois dur mais jamais gratuitement. Je recommande vivement pour vous accompagner au bord de la piscine...

Lire la critique

il y a 8 ans

1 j'aime