Clint USA Eastwood

Avis sur American Sniper

Avatar LorAz
Critique publiée par le

Gloire aux héros de guerre, gloire au patriotisme.
Que les américains soient riches, pauvres, beaux, laids, intelligents, idiots: leur point commun fédérateur: ils sont américains.
Dès le début du film, alors que Chris Kyle (le sniper) est encore jeune, son père lui explique (ainsi qu'aux spectateurs qui n'auraient pas compris la subtilité) que le monde se compose de moutons, de loups, et de chiens de berger.
Pas la peine d'avoir fait une grande école pour se dire que le plus valorisant, ce sont les chiens de berger intelligents et qui protègent la population.
Bien entendu notre "héros" est un chien de berger.

Il grandit, et intègre l'armée, dans les SEALS, les snipers, le top du top en bref.
On ne coupera pas le cliché entrainement "vous n'êtes que des merdes, t'es vieux, t'es nul blablabla"
On ne coupera pas le cliché : on est encore innocent, on ne connait pas encore la guerre, on va boire dans un pub, on se balance des fléchettes direct dans le dos c'est beaucoup plus drole, tiens il y a une nana toute seule qui se fait emmerder par un mec un peu lourd, elle le remballe, notre héros est beaucoup plus subtil et du coup ça marche!

Bradley Cooper a toujours sa tête d'imbécile heureux mais essaie de faire une espèce de mou étrange avec sa bouche, comme s'il était victime d'hémiplégie faciale qui est assez dérangeante.

Alors qu'il est chez la fille du bar, Taya, il l'entend hurler et accourt pour voir qu'elle regarde les images du 11 septembre. Ils sont choqués.
Ils sont méchants en Irak, on va aller venger l'Amérique, montrer qui est la plus belle, la plus grande, la plus forte nation du monde. USAAAAAAAAA.

Chris Kyle se marie avec Taya, et alors qu'ils dansent, un officier dit "c'est officiel, on part".

Les voilà partis pour la première OPEX.
Les premières personnes abattues par Chris Kyle sont un enfant et sa mère qui voulaient jeter une grenade sur les soldats. (Même les enfants sont déjà corrompus pourrait nous dire une voix off tant c'est SUBTIL)

Le film se poursuit en mettant en avant son courage, sa bravoure, et sa détermination à sauver ses compatriotes.

En parallèle sa femme est enceinte et se fait du souci - normal- pour son mari qui rentre une première fois de mission mais est déjà changé. Il reste cloitré chez lui, visionnant des images de guerre. On comprend que la vie normale n'a pas de saveur, semble fade pour lui dont l'esprit est resté en Irak.
Sa femme accouche.
Il repart.

Le film se poursuit, avec la traque du Boucher, un personnage inventé qui n'hésite pas à flinguer (enfin à percer puisque son arme de prédilection est une perçeuse). Chris Kyle ne peut pas intervenir car un sniper irakien (lui version méchante pour ceux dont le QI avoisine 30 ou moins) lui tire dessus.

On comprend que ce sniper devient une obsession pour Chris Kyle qui n'a aucun état d'âme à tuer, car c'est toujours pour protéger les soldats qui protègent les Etats Unis en allant en Irak.

Sa femme qui a un rôle hyper intéressant (elle pleure, elle crie, elle a peur pour son mari, elle est toute seule à s'occuper des enfants) lui demande pour la Nième fois de rentrer pour de bon mais Chris s'obstine, sa première femme, son premier amour c'est l'Amérique. Et puis aller là-bas c'est aussi protéger les Etats-Unis.

Il suit les ordres, les exécute, au nom de la Nation, au nom de la Patrie.
La question de l'endoctrinement se pose, et si on lui avait demandé de gérer un camp de concentration où l'on enfermerait des méchants irakiens, il l'aurait fait ?

Là où l'on voit l'amour exacerbé des USA, je vois un endoctrinement dangereux.

Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le lien avec le film évoqué dans Inglorious Basterd faisant l'apologie du sniper allemand ayant tenu durant 3 jours de siège et abattant un nombre hallucinant d'ennemis.

Finalement, Chris Kyle, lors d'une attaque, parvient à abattre son lui irakien et se sent soudainement fatigué, et presque apeuré. Il appelle sa femme pour lui dire qu'il est prêt à rentrer. S'en suit une tempête de sable et il rentre.

Petit à petit, il redevient à peu près normal, en aidant d'autres vétérans de guerre blessés et choqués.

Finalement, alors qu'il forme avec sa femme et ses enfants la petite famille parfaite transpirant la joie et la bonne humeur, il part pour aider un nouveau vétéran dont la tête est assez terrifiante. Sa femme semble dubitative en l'observant et referme la porte.
Le film se termine ainsi avec une petite phrase expliquant que Chris Kyle a été abattu par ce vétéran plus tard dans la journée.
Le générique est accompagné des véritables images de l'enterrement du sniper avec les patriotes américains brandissant le long du convoi des drapeaux alors qu'il pleut.

Il semblerait que Clint Eastwood soit fier de sa nation et décide d'en faire un film en adaptant le livre d'un des héros des USA. Dommage que ce soit si grossier et tendancieux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 431 fois
2 apprécient

Autres actions de LorAz American Sniper