Affiche Aniki-bóbó

Critiques de Aniki-bóbó

Film de (1942)

Critique de Aniki-bóbó par giuscescu

C'est vrai qu'à voir ce film, on pense aussi aux "'400 coups", ou à "L'argent de poche" de Truffaut. Mais aussi à "Jeux interdits" de Clément, à la fausse bonhommie de Renoir, ou au néo-réalisme italien. Mais si les bouilles des gamins emportent l'adhésion, le rythme de 1942, l'excès de la musique (du même âge), et la dimension morale appuyée donnent à ce film un "coup de vieux" certain, ou, du... Lire l'avis à propos de Aniki-bóbó

1
Avatar giuscescu
5
giuscescu ·

Poésie de Porto

Au temps de son premier long-métrage, Manoel de Oliveira était encore un jeunot, 34 ans seulement ! On a vu dans Aniki Bobo un film précurseur du néo-réalisme et il est vrai que cette chronique d'enfance, dans sa bonne ville de Porto, ressemble quelque peu à du de Sica. L'intrigue, assez mince, pourrait se passer dans le monde des adultes : amitié, amour, trahison, lâcheté, jalousie ... Elle... Lire l'avis à propos de Aniki-bóbó

Avatar 6nezfil
6
6nezfil ·

les 400 coups au Portugal

17 avant les 400 coups, Manuel de Oliveira réalise son premier film, un des plus beaux films sur l'enfance. Impossible de ne pas penser au film de Truffaut et de se dire qu'il s'en est forcément un peu inspiré! Lire l'avis à propos de Aniki-bóbó

1
Avatar sufjan79
9
sufjan79 ·