Le concentré d'atome de merde des annnées 2010

Avis sur Avengers : Endgame

Avatar Satan Officiel
Critique publiée par le

Malheureusement pour moi j’ai vu Avengers 4. Fut un temps ou j’ai dis que je m'arrêterais à celui là, puis je m’en suis battu allègrement les testicules et finalement un proche à voulu me voir souffrir, c’est chose réussi, félicitons le.
Par contre je m'abstiendrai de voir Ant Man 2 qui doit être pire que le premier puisque Wright n’y est même plus attelé et Captain Marvel, autre machin pseudo féministe et opportuniste que je vais poliment ignorer.

Forcément vu que je ne met pas d’oeillères je vois bien que c’est de la merde et je crois que le questionnement principal qui m’est venu se pose au delà de la non qualité intrinsèque du film mais bien de l’indulgence absolument terrifiante de ce qui serait sensé être des cinéphiles, des gens un peu préoccupés par la mise en scène. Je ne dis vraiment pas ça pour me faire mousser, je suis vraiment sincère. Que les néophytes aiment n’est pas très étonnant ou grave (enfin peut-être pour d’autres raisons un peu hors sujets) mais vraiment dans Avengers 4 il n’y a pas une once de cinéma, il faut le savoir, qu’on cautionne ça connaissant un minimum le cinéma me préoccupe…

Alors c’est ultra long pour rien, mais j’ai envie de dire dans une saga de 20 films dans laquelle tu peux fondamentalement supprimer 15 films que cela ne changera rien à la compréhension et à la cohérence (si tenté qu’il y'en ait une) de ce final, c’est pas bien surprenant. Donc on a une partie embarrassante, une partie chiante et un final ou des gens déguisés et filmés comme des Power Rangers parlent devant des murs verts. Encore une fois on entendra tout un tas de sophismes divers et variés pour excuser l’impudence de blagues de publicitaires sortis de chez Nespresso, tels que ces personnages font des blagues car ils sont désespérés, alors que d’une part ça fait plus de dix ans qu’ils en font quand il n’y avait encore aucun enjeux et aucune disparition, mais que surtout qu’il ne s’agit pas de répliques désabusées de cyniques mais bien celles d’enfants de 12 ans, correspondant au fameux cahier des charges “action-rire-émotion” flinguant toute dramaturgie et souligné par la “mise en scène” (le déplacement de mec devant des fond verts) de l’ensemble. Il s’agit de phrases méta, de rappels à des scènes anecdotiques des merdes précédentes. Ce qui m’en vient à parler de l’absence totale et VÉRIFIABLE de qualités dramaturgiques dans ce film powerpoint. Tout repose sur des clins d’oeil à des séquences merdiques et anecdotiques des films précédents, à un tas de personnages font des guests et qui seraient censés nous rappeler les liens qui les unis aux Avengers, sauf qu’il y’en a jamais eu, trop occupés à faire des concours de bite.
On n’est même pas devant le cas de la douille qu’était la dernière saison de GoT qui pouvait à la rigueur susciter un peu d’émotion dû aux restes de six saisons d’une dramaturgie exemplaire. Ici il n’y a rien mais c’est parce qu'il n’y a jamais rien eu, le seul film qui relevait un peu d’un travail de dramaturgie (et qui n’est pas un bon film pour autant) était Iron Man 3 qui est le film le plus incohérent avec tous les autres films et dont on ne fait presque jamais mention.

Bref, dans ce merdier je vais vous admettre que j’étais plus occupé à mater Scarlett Johansson qui fait des tests capillaires pour essayer de me mettre quelque chose sous la dent pour ne pas m’endormir que de me préoccuper de ce qu’il se passait à l’écran, ceci dit il ne s’y passe pas grand chose, c’était plié en 30 minutes après Infinity War leur truc. On passe une heure à nous répéter ce qu’on sait déjà, à nous désacraliser tout sur l’autel de la blague ou de la référence destinée aux gens déguisés lors des avants premières. Thor est gros parce que c’est drôle et ça s'arrête à ça, et le pire c’est Hulk dont j’ai l’impression qu’on a refilé sa modélisation à l’équipe B des effets spéciaux tant ses expressions faciales sont dégueulasses, mais qui surtout à encore radicalement changé de comportement comme dans tout les autres films, parce qu’ils n’ont aucune idée de quoi faire avec chez Marvel Studios. On se tape alors une des scènes les plus embarrassante du film (elles s’enchaînent aussi il faut dire) ou des gamins font un selfie avec Hulk, on appelle ça du méta merchandising (cf la fille de Stark en armure).

Après notre équipe de tocards va récupérer les macguffins des films précédents dans le passé en taclant au passage Retour vers le futur, un film non seulement écrit mais bien écrit, ce que n’est pas ce produit. Même pas la décence de fermer leur claque merde pour dire autre chose que des inepties ou des lieux communs de films larmoyants génériques ces Power Rangers….
Ensuite, on se rend compte que la cohérence de façade proclamée depuis des années ne tient plus debout et qu’il y avait le cast de Doctor Strange dans Avengers premier du nom (a.k.a. le début de ce merdier) qui regardait de loin la bataille pérave que Joss Whedon nous avait concocté.

Je vais pas faire tout le résumé mais on a un énaurme ventre mou constitué de références aux autres films, de blagues nulles et de champ contre champ télévisuels, ce qui me permet de faire un petit retour en arrière sur cette scène de réunion d’endeuillés filmée comme une pub pour assurance, à peu près seul moment ou je me suis dit qu’il y’avait un truc à traiter mais que le film n’allait de toute façon pas le creuser. Tout ça n’a pas d'âme et n’est qu’un schéma qui se répète ad nauseam, en démontre ce final (et je reviens à la fin du film, l’écriture de cette critique est tellement mieux construite que cette croûte je vous le certifie !) d’un automatisme quasiment revendiqué avec fierté, ce qui est on ne peut plus logique pour un film refaisant encore le plan séquence (ou les plans de pose) pas du tout impressionnants du premier film à plusieurs reprises. On voit bien que les scènes d’action étaient déjà tournées par l’équipe des FX et que les Russo n’avaient juste qu'à filmer leurs scènes de sitcom pourri pour entrecouper le tout.
Ce final c’est bien simple c’est les restes de ce que des cinéastes comme Raimi et Jackson (ou même le premier Blade de façon plus modeste) ont apporté à la mise en scène et à son évolution avec les techniques naissantes ou établis de l’époque. A l’instar des derniers Spider-man qui capitalisent sur les mouvements de caméra révolutionnaires proposés par Raimi, Endgame est un film mort né générique qui n’a aucune idée de cinéma, qui copie littéralement les scènes pachydermiques de l’Avengers précédent et qui est une source presque illimité de frustrations diverses pour un amoureux de la mise en scène, notamment dans le fait de n’avoir aucun putain d’impact dans les coups, pas une once de sang, pas une once de rapport d’échelle, de liaison au monde sensé être sauvé et j’en passe et des meilleures. Même une saga comme James Bond qui a pendant des années copié jusqu’à l’outrance la structure scénaristique de Goldfinger arrivait à proposer de purs moments de bravoure, des séquences d’action réellement impressionnantes et impactantes avec des cascadeurs rivalisant d’inventivité et d’inconscience. On se tapait une heure emmerdante mais y’avait toujours des choses à sauver (enfin presque toujours).

J’ai eu cette désagréable sensation de me dire “tiens un Cameron, un Del Toro auraient rendu ça génial, pourquoi avec ce postulat intéressant rien ne se passe ?”
Car c’est là que le bas blesse le plus, que Spielberg se soit viander avec RPO fait chier, mais le bouquin était tellement naze que quelque part c’était peine perdu. Mais là il avait quelque chose, Tanos à l’origine il génocide pour plaire à la mort, c’est puissant, presque mystique, là il nous sort les mêmes excuses que dans le Infinity War alors que son plan ne tient pas debout si on se pose dessus sérieusement. En plus le film rate l’occasion de faire évoluer des personnages qui accepteraient la fatalité et l'insignifiance de leur vie et arrêteraient de se prendre pour ce qu’ils ne sont pas (des dieux), mais au lieu de ça il y’a un calendrier à respecter et on est face à une machine incapable de s'arrêter et de tuer ses personnages et on se tape encore et toujours les mêmes putains de situations.

Messieurs et Mesdames les relativistes vont certainement me dire que “ce n’est que du divertissement”, que “C pour poser le cerveau” ou pire qu’il faut respecter les goûts et les couleurs mais je leur répondrai d’emblée avec la mansuétude de ne pas mentionner Debord qu’il faudrait qu’il y ait de la mise en scène pour que ça soit divertissant et que quitte à voir un no brainer autant regarder Transformers ou des films de Pallardy dans lesquels ils se passe des choses.

Bref, en espérant de pas reparler de ces merdes qui n’en valent pas la peine mais dont le succès en dit beaucoup sur l’état de notre société...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 96 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Satan Officiel a ajouté ce film à 1 liste Avengers : Endgame

Autres actions de Satan Officiel Avengers : Endgame