👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Terry Gillian est un gamin dans un corps d'adulte. Ses films sont de joyeux foutraques bourrés d'idées à la fois défoulante et totalement dramatique, toujours dans une sorte de regret du temps de l'innocence, de l'enfance, quand on s'amusait à créer des histoires avec des cowboys et des indiens miniatures en plastique.
Bandits, bandits est dans cette veine, et peut-être encore plus car il est le premier de sa carrière solo, s'éloignant progressivement de la bande des Monty Python (mais pas totalement !).
Ecris avec Michael Palin, l'histoire est celle de Kevin, un garçon coincé entre ces deux parents qui l'ignorent, plus occupés à comparer leur électroménager avec celui de la voisine. Un soir, au moment de dormir, Kevin découvre dans son placard un trou temporel qui peut le faire voyager dans le temps et l'espace. Il se retrouve donc plongé, avec une troupe de nains apprentis voleurs, dans des péripéties rocambolesques face à toutes sortes de personnages, allant jusqu'à confronter le Mal lui-même.
Les rêves d'enfance prennent un goût de réalité quand Kevin devient le fils d'Agamemnon (un Sean Connery en bouclette), un général de Napoléon (Ian Holm), un témoin du drame du Titanic (avec un couple Shelley Duvall-Michael Palin complètement cul-cul), ou encore un admirateur de Robin des Bois (John Cleese, aussi absurde que dans les sketches du Flying Circus).
Mais les adultes sont (presque tous) cruels : ils trichent, ils volent, ils mangent des enfants, ne pensent qu'à leur intérêt personnels. Le contrôle, partout et toujours. L'ennui et la consommation. Aux décors colorés et lumineux se succèdent des plaines désertiques ou des forteresses sombres. Les images se tordent, et l'éclairage devient expressionniste (un travail de photographie remarquable !).

Gillian développe déjà ici les thèmes qui ferront le sel des films de sa période américaine, Brazil ou Fisher King, avec des personnages humains, innocents, parfois naïfs car encore enfants, plongés dans un monde de consommation et de richesse privé d'imagination et d'évasion, auquel le chaos vient finalement y mettre un terme pour le laisser se reconstruire à nouveau.

Thomas_le_Govic
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de Terry Gilliam

il y a 7 ans

3 j'aime

Bandits, bandits...
Cmd
8

Le songe d'une nuit rêvée

Time Bandits, où l'histoire d'une bande de nains, spécialistes de l'invention d'arbres pour la création divine, qui veulent s'improviser brigands temporels en "empruntant" à Dieu la carte temporelle...

Lire la critique

il y a 9 ans

15 j'aime

Bandits, bandits...
Fatpooper
7

Kevin au temps des merveilles

Voilà un Terry Gilliam bien fou comme on l'aime. En fait, ce Time Bandits m'a semblé être un mélange entre "The lord of the rings" et "Alice in Wonderland". On y retrouve pas mal des thèmes habituels...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

Bandits, bandits...
AMCHI
7

La force de l'imaginaire

J'aime bien ce film, il n'est pas vraiment génial mais j'adore le cinéma de Terry Gilliam, réalisateur à l'univers riche et imaginatif et Bandits, bandits est un hymne à la rêverie. L'une des raisons...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime

2

Ni le ciel ni la terre
Thomas_le_Govic
8

Les Disparus

Dans une région d'Afghanistan, un capitaine à la tête d'une petite section de soldats français s'occupe de la surveillance d'un petit village de bergers face aux talibans. Du haut de leurs deux...

Lire la critique

il y a 6 ans

12 j'aime

Coldwater
Thomas_le_Govic
5
Coldwater

Douche froide

Vincent Grashaw nous donne un film qui semblait prometteur : basé sur des faits en partis réels, un scénario réfléchi sur 18 ans, de jeunes acteurs révélés. Beaucoup de promesses. Pas beaucoup de...

Lire la critique

il y a 8 ans

9 j'aime

Age of Empires II: The Age of Kings
Thomas_le_Govic
10

AoE : GOOD

Je ne saurai être objectif et trouver des imperfections à ce jeu qui a bercé ma pré-adolescence. Je ne peux vous raconter le choc que j'ai eu quand je l'ai découvert, mais il me fallu sur le champ ! ...

Lire la critique

il y a 8 ans

9 j'aime