Sex, religion and blues.

Avis sur Black Snake Moan

Avatar Ricow Ray
Critique publiée par le

Une affiche qui fait immédiatement penser au comics américains et qui une fois le film vu, en dit long.
Samuel L. Jackson, sûr de lui, imposant, froid mais avec un léger sourire qui lui donne un petit air sympa. A ces pieds, une chaîne autour de la taille, Christina Ricci, à la fois grave et sensuelle. Les deux acteurs sont réunis ici pour nous offrir ce qu'ils ont de meilleurs.
Samuel "Lazarus" Jackson est inquiétant et irascible dès les premières minutes tout en montrant sa droiture "biblique". Christina "Rae"cci est amoureuse d'un Justin Timberlake qui semble se défendre au cinéma et elle ne peut résister à un besoin qui la nourrit lorsque celui ci part à la guerre. La présentation est habile, rapide et brute comme la rencontre de ces deux personnages, très bien amenée, touchante et dérangeante, qui permettra à nos deux âmes brisés de reprendre goût à la vie.
Et c'est sur une Amérique dégoulinante de blues, poisseuse, religieuse, sensuelle et exubérante, violente et injuste que l'on suit ces rédemptions, pas toujours avec attention à cause d'un certain surplace mais nos oreilles sont comblées par une bande originale excellente. Une très bonne surprise malgré tout que ce Black Snake Moan peu commun qui pèche encore un peu sur la fin à cause d'un excès de bons sentiments concentrés contrastant avec l'ensemble. Mais il est déjà bien trop tard pour s'enlever de la tête l'idée que Craig Brewer dont c'est le premier film que je vois, s'en sort sans quasi aucunes fausses notes. Surtout que lorsque le rideau tombe, on reste assis pour écouter une dernière fois cette musique plaintive qui respire l'histoire du sud américain.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 180 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Ricow Ray Black Snake Moan