👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le conte de Blanche-Neige adapté en dessin animé par Walt Disney.

Walt Disney a réalisé le tout premier long métrage animé, sonore et en couleurs, de l'histoire du cinéma. Il a imaginé les scènes et a constitué une équipe d'artistes dessinateurs pour retranscrire son "rêve". Il remercia au générique le dévouement de son équipe qui a fourni un effort titanesque. Cette oeuvre est en effet une prouesse technique, l'équipe a inventé de nouvelles techniques d'animation, et calqué les mouvements de danse sur des prises de vues réelles.

Le film fut très bien accueilli malgré les incertitudes de la réaction du public pour une oeuvre destinée à la jeunesse.

Avec une trame narrative assez mince, Walt Disney fait preuve d'inventivité pour illustrer le caractère des nains avec des gags qui sont autant de scénettes qui retiennent l'attention, en introduisant le nain "grincheux" qui contrebalance la mièvrerie des autres nains, ainsi que de nombreux détails et animaux qui jalonnent les scènes. C'est cette inventivité qui fait de ce long métrage un dessin animé apprécié autant par les enfants que par les adultes.

Les dessins des personnages de Blanche Neige et de la reine sont particulièrement soignés dans leur réalisme au contraire des sept nains et de la sorcière qui restent dans la caricature et renforcent leur caractère onirique. Dès la fuite cauchemardesque de Blanche-Neige dans la forêt, le récit évoque un rêve qui a quelques ressemblances avec "Alice au Pays des Merveilles". Le conte est présenté par Walt Disney comme une projection de l'imagination de l'enfant. Walt Disney fait revivre les émotions de l'enfance: la peur, illustrée par la scène du chasseur, la fuite dans la forêt, le retour des nains dans leur logis, la sorcière, mais aussi la joie, le jeu et la curiosité. Ainsi, bien avant la thèse de Bettelheim ("Psychanalyse des contes de fées"), on peut voir dans cette réalisation, une interprétation psychanalytique du conte: les figures paternelles sont absentes (le roi n'apparaît pas) ou bien défaillantes (le chasseur ne peut s'opposer à la toute puissance de la reine). Les autres figures masculines adultes sont oblitérées: le prince charmant est relégué à un second rôle, et les nains, apparaissent comme des êtres régressifs et immatures, puis incapables de protéger Blanche-Neige. Walt Disney met ainsi en relief cette rivalité imaginaire ou réelle entre la féminité naissante de Blanche-Neige et la beauté déclinante de la reine.

nakamoto
8
Écrit par

il y a 5 mois

1 j'aime

Blanche-Neige et les Sept Nains
Docteur_Jivago
8

Magie éternelle

Si j'adhère totalement, et ce enfant ou non, à l'animation japonaise ou Pixar, je dois reconnaître mon inculture totale en ce qui concerne Disney excepté Fantasia, petite pépite découverte il n'y a...

Lire la critique

il y a 6 ans

63 j'aime

26

Blanche-Neige et les Sept Nains
Gand-Alf
8

How to make a princess.

Vous allez penser que je suis fou, inconscient, que je n'ai rien d'autre à faire ou que je suis tout simplement con. Et vous aurez probablement raison. Toujours est-il que par une nuit noire et...

Lire la critique

il y a 7 ans

54 j'aime

15

Blanche-Neige et les Sept Nains
Rawi
9

une enfant de 80 ans

Je vais parler ici de ma première expérience de cinéma. Le premier film que j'ai vu en salle. Je dois avoir 5 ans et il pleut. Je suis en compagnie de ma marraine (si vous me redemandez ailleurs si...

Lire la critique

il y a 4 ans

41 j'aime

10

Illusions perdues
nakamoto
8

Critique de Illusions perdues par nakamoto

Au XIXème siècle, sous la Restauration, un jeune poète de province monte à Paris pour faite éditer son recueil de poésies. Sans ressource, il doit accepter un emploi de "journaliste". Le jeune...

Lire la critique

il y a 7 mois

1 j'aime

Chantons sous la pluie
nakamoto
8

Critique de Chantons sous la pluie par nakamoto

A la fin des années 20, le destin d'une vedette du cinéma muet est bouleversé par le début d'une idylle et l'avènement du cinéma parlant. Depuis des décennies, cette œuvre est La référence des...

Lire la critique

il y a 10 mois

1 j'aime

L'Héritière
nakamoto
7

Le bénéfice du doute

Au XIXè siècle dans la haute bourgeoisie New-yorkaise un séduisant jeune homme sans situation jette son dévolu sur une jeune fille sans aucun avantage particulier autre que sa rente. Telle une...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

1