👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

On vous a parlé de Justin Chon il y a quelques temps pour son premier long-métrage Gook. Que notre surprise fut agréable lorsqu’on a découvert que le réalisateur américain d’origine sud-coréenne fait partie de la sélection Un certain regard avec son nouveau film Blue Bayou qui s’attaque cette fois-ci à l’épineuse question du système administratif et de l’adoption aux États-Unis. Est-ce qu’on a pleuré devant ce film ? La réponse en fin d’article mais si vous avez un peu suivi nos derniers articles dont Une histoire à soi, vous avez déjà un début de réponse.

Antonio LeBlanc, d’origine coréenne mais adopté par un couple états-unien, bout depuis plus de 30 ans dans le pays de l’oncle Sam. Alors que le jeune homme a du mal à joindre les deux bouts, il peut compter sur le soutien sans faille de sa femme Kathy et de sa belle-fille Jessie. D’ailleurs le couple va bientôt accueillir un bébé. Mais le ciel s’assombrit lorsqu’après une stupide altercation, Antonio se fait arrêter et envoyer directement à la police des frontières car ses parents adoptifs n’ont jamais régularisé sa situation. Il risque d’être expulsé alors qu’il a vécu toute sa vie aux États-Unis.

Dans son premier film Justin Chon dénonçait les violences racistes à Los Angeles, son second s’attaque à ce qui pourrait s’apparenter à une autre forme de racisme. En 2000, le Congrès a voté le Décret de la nationalité des enfants (Child Citizenship Act – CCA) permettant à tout enfant de moins de 18 ans qui a été adopté par des citoyens américains ou des immigrants aux États-Unis d’obtenir immédiatement la nationalité américaine. Une loi qui ne s’applique évidemment pas aux enfants adoptés avant 2000 et qui provoque aujourd’hui une vague d’expulsions pour des personnes ayant grandi sur le territoire toute leur vie et se retrouvant du jour au lendemain dans un pays qui est leur pays de naissance certes mais qui leur est très souvent totalement inconnu. (...)

il y a 8 mois

Blue Bayou
Foudart
4
Blue Bayou

À fondre de larmes

Blue Bayou, premier film de Justin Chon présenté dans le cadre d’un Certain Regard lors du dernier festival de Cannes et en compétition au Festival de Deauville a le mérite de dénoncer une absurdité...

Lire la critique

il y a 9 mois

4 j'aime

1

Blue Bayou
JorikVesperhaven
6
Blue Bayou

Ce beau petit film nous partage entre déchirement sincère et lassitude devant l'émotion trop fabriqu

Justin Chon a choisi de raconter une histoire qui le touche personnellement avec cette injustice méconnue du système d’immigration américain. Une aberration législative qui voyait tous les enfants...

Lire la critique

il y a 8 mois

3 j'aime

Blue Bayou
6nezfil
7
Blue Bayou

Adopté, assimilé, expulsé

Face à Dune (701 séances) et à L'origine du monde (478), Blue Bayou fait office de poids léger (68), en sa semaine de sortie, mais nul doute qu'il trouvera son public, sinon en salles, du moins sur...

Lire la critique

il y a 8 mois

2 j'aime

2

The Wolf of Snow Hollow
MargauxMaekelberg
8

Thunder Snow

On vous parlait il y a quelques jours de The Beta Test présenté en avant-première au dernier Festival de Deauville. Hasard du calendrier, le Festival européen du film fantastique de Strasbourg...

Lire la critique

il y a 8 mois

La Proie d'une ombre
MargauxMaekelberg
4

Tiens bon la barque et tiens bon le vent

Chaque année nous avons le droit à notre petit film « d’horreur » de la sélection. Certes le genre est large (on a eu droit à The Nest, The Lighthouse ou encore Ça – autant de films que les styles...

Lire la critique

il y a 8 mois

Blue Bayou
MargauxMaekelberg
8
Blue Bayou

D’ici et de nulle part

On vous a parlé de Justin Chon il y a quelques temps pour son premier long-métrage Gook. Que notre surprise fut agréable lorsqu’on a découvert que le réalisateur américain d’origine sud-coréenne fait...

Lire la critique

il y a 8 mois