"J'ai été couler 2 maghrébins, dans la colonne Nord ... 'tention ! J'les ai tournés vers la Mecque"

Avis sur C'est arrivé près de chez vous

Avatar SmileShaw
Critique publiée par le

La Belgique, c’est moche !
Ben si, c’est moche ! C’est plat, c’est vert, le climat est pourri … c’est moche !
C’est bien simple, on dirait la Picardie mais en pire !
(J’ai des abonnés belges, je le sais ! Si j’ai des dislikes, je saurai de qui ça vient, je vous préviens)
Mais ça a beau être moche, il y a un truc que j’adore chez nos voisins belges (enfin, nos voisins … plutôt les vôtres ! Mes voisins à moi, c’est les algériens et je ne vais pas commencer à énumérer ce qui ne tourne pas rond chez eux, parce que :
1- J’en aurais pour la journée
2- Ma vie est trop précieuse pour qu’elle prenne fin prématurément)
Il y quelque chose donc que j’adore : leur humour. Tandis que les anglais sont les maîtres du parfait dosage entre humour et drame, sachant faire rire en plein milieu d’une scène chargée d’émotion (non, je ne vous parlerai pas d’Extras ou de Derek, je serais beaucoup trop prévisible), les belges sont les empereurs de l’humour borderline ou carrément no limit. Ils sont complètement barrés, ces gens-là. Mais c’est bien ce qui fait leur charme.

2 mn de C’est arrivé près de chez vous et on est dans le bain.
Un homme étrangle une femme dans un train puis explique à la caméra comment il compte se débarrasser du corps en le jetant dans l’eau, nous fournissant moult détails passionnants sur la nécessité de lester le corps pour qu’il ne remonte pas à la surface, tout ceci avec le ton qu’utiliserait Maïté pour nous donner la recette de l’anguille poêlée aux cèpes.
Tout est normal pour lui car tuer est son métier.
Cet homme, Ben (merveilleux Benoît Poelvoorde), est suivi par une équipe de télévision qui réalise donc un documentaire sur lui. Il nous présente son quotidien, sa famille (pour l’anecdote, la propre mère et les grands-parents de Poelvoorde qui apparaissent ici ignoraient complètement la finalité du film et croyaient véritablement à un documentaire ! Le sale traître !) et explique, sur 1h30 comment il effectue le choix de ses victimes et la meilleure méthode pour supprimer chacune d’entre elle.
En parallèle, Ben, tour à tour poète (les pigeons s’en souviennent encore), sociologue, architecte ou politicien, nous parle d’amour (à sa manière certes ! Peu sont en effet nombreux à oser le parallèle entre le sentiment amoureux et l’odeur qui reste sur les doigts quand on a pissé …), dénonce l’urbanisme et la laideur des quartiers abritant les logements sociaux, l’urbanisation à outrance, la solitude des personnes âgées, les fraudes sur les chantiers ou encore l’immigration, dans un passage devenu quasi mythique.

La violence et les meurtres perpétrés par Ben sont un prétexte, le biais choisi par les co-auteurs pour aborder des sujets de société ancrés dans le monde d’aujourd’hui.
Oui, mais pourquoi ce biais, me demanderas-tu, toi qui es passé à côté ? Toi qui trouves ce film abject et qui ne comprends pas l’engouement qu’il peut susciter auprès de certains, au point d’avoir été qualifié de chef d’œuvre. Car oui, il y a des gens qui haïssent ce film, qui le trouve malsain, sans intérêt, qui pensent qu’il s’agit d’une débauche gratuite de violence et qui s’interrogent depuis 20 ans sur le pourquoi du comment.
C’est simple : C’est arrivé près de chez vous, inspiré par l’émission belge Strip-tease, aborde et dépasse les limites du concept de trash tv.
Il met en avant le voyeurisme dont font preuve les chaînes de télé, critique la manipulation des images ou dénonce les équipes de tournage, si complaisantes ici qu’elle en vient à partager les pactoles récoltés ou à filer un coup de main à Ben lorsqu’il se retrouve en mauvaise posture.
C’est purement et simplement la télévision dans ce qu’elle peut offrir de pire, poussant à l’extrême l’idée que le téléspectateur s’habitue à tout et n’est plus choqué de rien.

A l’origine petit film de fin d’études réalisé par Rémy Belvaux, il devient quelques années plus tard la comédie que l’on connait tous.
Car C’est arrivé près de chez vous est une comédie. Un humour trash, acide, virulent, dérangeant, mais qui amène réflexion et ne se contente pas de nous parler de la circoncision dans un bled du fin-fond marocain (ouais, j’ai décidé de changer de cible et d’arrêter de taper sur Timsit, par peur de me faire insulter un jour ou un autre).
Alors oui, ce film offre des moments terribles. Oui, on est mal à l’aise devant cette mère qui se fait violer, ce gamin qui se fait courser dans les bois, mais sous son apparence de film glauque et voyeur, C’est arrivé près de chez vous, drôle, parfois même jubilatoire, notamment par le biais de dialogues savoureux, respire l’intelligence et l’alternance de moments sordides et d’instants plus enjoués et poétiques a définitivement contribué à élever cet OVNI au rang de film culte.
Et puis surtout … Benoît Poelvoorde, merde ! Rien que pour ça, j’ai envie de hurler « merci la vie ».
(Je ne le ferai pas parce que mon chef est dans le bureau d’à côté, mais le cœur y est).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3278 fois
133 apprécient · 6 n'apprécient pas

SmileShaw a ajouté ce film à 4 listes C'est arrivé près de chez vous

Autres actions de SmileShaw C'est arrivé près de chez vous