👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Café Society nous plonge dans l'Hollywood clinquant des années 50. Celui qui nous fait rêvé, qui nous laisse des paillettes plein la tête. Le scénario est autobiographique, un jeune juif de New-York déménage à Los Angeles plein de rêves, il se retrouve dans un triangle amoureux. Bien que le film soit fidèle à l'humeur pinçant de Woody, on décroche assez vite, lassé par les personnages trop stéréotypé et par la platitude de scénario.

Laone
6
Écrit par

il y a 6 ans

Café Society
Alexandre_Bainé
7

Comédie qui pleure

Éternellement passionné par New-York et son métier, c'est tout naturellement que Woody Allen vient remettre les couverts en offrant un énième hommage à sa ville natale ainsi qu'à Hollywood. Vous...

Lire la critique

il y a 6 ans

43 j'aime

9

Café Society
Grard_Rocher
8

Critique de Café Society par Gérard_Rocher

La vie n'est pas très attrayante pour Bobby Dorfman dans le New York du début des années trente. Il est vrai qu'au sein de cette famille juive il paraît bien mal à l'aise entre des parents en...

Lire la critique

il y a 4 ans

40 j'aime

17

Café Society
Vincent_Ruozzi
5

Boring Society

Woody Allen est l’un des réalisateurs les plus prolifiques de ces dernières années avec une cadence d’un film par an depuis Annie Hall sorti en 1977. N’appréciant pas la compétition dans l’art,...

Lire la critique

il y a 5 ans

38 j'aime

1

Café Society
Laone
6

Woody fidèle à lui même

Café Society nous plonge dans l'Hollywood clinquant des années 50. Celui qui nous fait rêvé, qui nous laisse des paillettes plein la tête. Le scénario est autobiographique, un jeune juif de New-York...

Lire la critique

il y a 6 ans

Only Lovers Left Alive
Laone
8

Critique de Only Lovers Left Alive par Laone

Jarmusch nous transporte dans l'univers envoûtant de deux vampires des temps modernes. Le temps est long, palpable, mais on ne s'ennuie pas. La bande son est hypnotisante. Un film à découvrir très...

Lire la critique

il y a 6 ans