Il est pas Carrie, il est pas rond, il est ovale l'trou d'balle du diable

Avis sur Carrie au bal du diable

Avatar Ricky  Grayson
Critique publiée par le

Dans la plâtrée de moulasses qui squattent les bahuts, il suffit de tourner la tête pour apercevoir dans le fond de la classe celles qui ne sont pas atteintes par le syndrome de la roulure de Tasmanie, qui tourne dans tous les sens à t’en faire gerber les testeurs de montagnes russes.

Carrie c’est la nana du fond, du genre qui s’en prend plein la tronche.
Tête de Turc même qu’on dit, pourtant je n’irais pas les emmerder ces gens-là, sauf quand mes frites nagent dans la sauce barbecue et que mon kebab tire la gueule.

Son truc à elle c’est le black metal, celui des trve qui se lancent des rognons de porc sur la gueule et qui squattent les églises à 3h du mat’ avec 3 grammes de sang dans l'alcool.
Carrie est spéciale, elle se rend très vite compte de son don exceptionnel: elle peut produire du sang de chèvre à partir de sa muqueuse utérine.
Sa vie va basculer suite à cette découverte, elle décide de monter son propre groupe et de superviser les effets scéniques.

Sa génitrice n’approuve pas tellement ce choix.
Squatter les églises à 3h du mat’ c’est bien son genre aussi, par contre les Norvégiens, à part pour le saumon et la crème hydratante.
Tout ce qu’elle a dans les esgourdes c’est du rock chrétien, et surtout des guitar heroes perraves qui shreddent dans tous les sens.
La preuve en est qu’elle possède une statuette à l’effigie d’Yngwie Malmsteen dans son garde-manger.

Tu penses bien qu’à force de mater des types qui se grattent le manche en vitesse lumière, elle est devenue chtarbée la gâteuse, elle voit le mal(msteen) partout.
Épilepsie chronique qu’il lui dit son toubib, suivi d’une prescription de 15mg de Sardou après chaque repas, mais la vieille ça la branche pas trop ce genre de traitement.

Carrie, de son côté, décide donc de recruter des zicos, et reçoit la candidature spontanée de Tommy Ross.
Faut dire que ça ne lui convient pas tellement, le type avec sa ganache de claviériste power symphonique ne lui inspire pas confiance, mais elle finit par accepter à force de menaces téléphoniques et de harcèlements en tout genre.

Ils effectuent donc leurs premiers pas sur scène devant leur bahut, avant d’entamer la route pour le Hellfest et de partir en tournée avant de se suicider, le parcours classique pour entrer dans la légende.

Mais les Amerloques ont du mal à s’ambiancer sur la tambouille Norvégienne, le concert se termine en soirée mousse.
Carrie a vachement les glandes, on ne se verse pas impunément des rognons de porc et du sang de chèvre sur le corps par pur plaisir, ça demande du travail de composer des morceaux pareils.

Tommy Ross, quant à lui, se barre du groupe. Alors qu'il pensait faire de la musique, il se retrouve à dépecer des brebis durant son temps libre.
Carrie capte quedal au motif de départ de Ross et décide de terminer le concert sans lui, surtout que l’installation pyrotechnique coute un bras à la location.

Aucun label n’accepte de produire sa daube suite à cette représentation.
Carrie décide donc de se reconvertir dans la charcuterie locale et se spécialise dans le lard fumé au feu de bois.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1524 fois
58 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Ricky Grayson Carrie au bal du diable