Coffy : le vigilante black féminin

Avis sur Coffy, la Panthère noire de Harlem

Avatar Hawk
Critique publiée par le

Un an avant le bien nommé Un justicier dans la ville qui rendra célèbre le vigilante urbain au niveau international, la Blaxploitation devança ce nouveau genre cinématographique de manière inédite. En effet, il surprend le spectateur des années 70 en mettant en scène une héroïne féminine de couleur. C’est la plantureuse Pam Grier qui l’incarne avec un certain charme et naturel. J'affirme que c’est le pendant féminin de Shaft puisque ces deux films se déroulent en ville et leurs titres portent le nom des personnages principaux.

Le faible budget alloué au film se voit dans la réalisation de Jack Hill parfois peu inspirée, la qualité des images qui laissent à désirer et les décors minimalistes où se déroulent l’histoire. Le jeu des acteurs très approximatif donne lieu à des situations cocasses à certains moments. Heureusement, il y a des fulgurances dans les scènes d’action qui font le sel de ce long métrage.

Bien que Coffy soit malmenée pendant une bonne partie du film, elle va tirer son épingle du jeu avec sa volonté et sa malice, tout en faisant passer son message de manière radicale à tous les hommes qui touchent à son entourage de manière inappropriée. Malgré un scénario simpliste centré essentiellement sur la vengeance contre les barons de la drogue de Harlem, il y a plusieurs niveaux de lecture

(une critique de la politique menée dans les milieux défavorisés et de la violence des hommes sur les femmes ).

La bande originale fait son taf mais sans génie. Elle n’a pas la puissance de celle de Isaac Hayes dans le film de Gordon Parks. Au final, Pam Grier porte vraiment le film sur ses épaules et ses formes en incarnant une femme forte, sans renier sa féminité. Ce film a tellement eu de succès qu’elle reprendra un rôle similaire un an plus tard dans Foxy Brown du même réalisateur.

Aujourd’hui, la puissance du film est différente dans la mesure où le genre s’est énormément démocratisé depuis. Cependant, il mérite sa réhabilitation pour la particularité de son personnage central qui est trop peu présente dans les films actuels et la violence qui s’en dégage.

Juste pour cela, je rajoute un point.

Et contrairement à Wonder Woman sorti il y a peu, elle n’a pas besoin d’un homme pour trouver son but dans la vie. ^^

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 571 fois
9 apprécient

Hawk a ajouté ce film à 1 liste Coffy, la Panthère noire de Harlem

  • Films
    Affiche Cet été-là

    Watching Challenge 2017

    https://www.senscritique.com/liste/Notre_Watching_Challenge_2017_Liste_recapitulative/1521808 - en cours de construction-

Autres actions de Hawk Coffy, la Panthère noire de Harlem