Bande-annonce
Affiche Deep End

Deep End

(1971)
12345678910
Quand ?
7.6
  1. 5
  2. 15
  3. 24
  4. 48
  5. 106
  6. 305
  7. 838
  8. 974
  9. 448
  10. 173
  • 2.9K
  • 431
  • 2.6K

Mike vient de sortir du collège et trouve un emploi dans un établissement de bains publics. Susan, elle, arrondit ses fins de mois en se prostituant.

Casting : acteurs principauxDeep End

Casting complet du film Deep End
Match des critiques
les meilleurs avis
Deep End
VS
Éternellement Mike

J'avais sensiblement l'âge de Mike lorsque j'ai découvert pour la première fois "Deep End", Skolimowski et... Sue. J'ai environ 20 ans de plus et pour toujours dans un coin de ma tête... Sue. Sue est rousse, tellement rousse, Sue est libre, tellement libre. Moi, Mike, je travaille aux bains publics aux côtés de Sue, j'arpente le Swinging London à la recherche de Sue, je mange trop de hot-dogs à la moutarde pour rester près de Sue. Skolimowski, avant de m'offrir de...

78 10
Avatar FrançoisLP
5
FrançoisLP
Meurs tendre printemps

Deep End a la beauté farouche d’un printemps à peine éclos. Il resterait fade s’il ne montrait aussi, dans une candeur éprouvée, la joie faible et alanguie des épreuves quotidiennes d’une adolescence en plein doute, portée par l’espoir touchant de voir se réaliser les fantasmes rêvés d’un amour à peine ébauché et déjà sans lendemain. Dans l’eau triste et vaseuse des tentations incestueuses s’entremêlent les traces d’un écho lointain où le temps recomposé laisserait couler les corps l’un... Lire la critique de Deep End

2 1
Critiques : avis d'internautes (57)
Deep End
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
L'homme de l'onde

Skolimowski fait partie de ces réalisateurs étonnants qui changent de style à chaque films, et parviennent néanmoins à rester fidèle à leur vision du monde. Avec Deep end, Jerzy, une nouvelle fois, part à l'assaut du Réel, pour s'étonner, une nouvelle fois, de le trouver si étrange derrière la lisse façade des apparences. Après la ville labyrinthique de Walkover, après la ville brumeuse de la... Lire la critique de Deep End

59 48
Avatar Senscritchaiev
7
Senscritchaiev ·
ô toi que j'eusse aimé, ô toi qui le savais...

Lors de sa première visite de la piscine décatie où il va travailler, alors qu’il vient d’abandonner l’école à 15 ans, Mike tombe tout habillé dans le bassin. Ce baptême incongru, inattendu, est à l’image de tout le film qui va suivre : une plongée dans l’âge déconcertante de l’adolescence, pour ceux qui y assistent, mais plus encore pour ceux qui la vivent. Dans un monde aux couleurs saturées,... Lire l'avis à propos de Deep End

48 9
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·
Critique de Deep End par Kalès

Parti voir Deep End sans rien savoir de son réalisateur, sans avoir lu une seule critique au préalable, principalement attiré par le contexte du film (Londres dans les années 1970) et l'espoir d'apercevoir furtivement une réalité à la fois proche et à jamais distante, j'en suis ressorti mutique, pensif, bouleversé, ayant vu quelque chose de bien différent de ce à quoi je m'attendais. Quand le... Lire la critique de Deep End

37 6
Avatar Kalès
9
Kalès ·
La Belle et le Pucix

Mike, 15 ans, est jeté dans le grand bain, celui de la vie, la vraie, Auchan. Le voila donc propulsé employé des bains publics, et c'est la sublime Sue qui va le prendre sous son aile. Skolimowski livre ici une vision désabusée des moeurs d'alors, auxquelles se fracasse l'innocence du jeune Mike, complètement paumé dans le mondes des adultes aux tendances plus que douteuses. Entre deux passages... Lire la critique de Deep End

4
Avatar Tonton Oni
8
Tonton Oni ·
Découverte
"I know a girl, her name is Sue..."

Niveau titre j'avais de quoi faire avec ce film, mais je garderai le premier qui m'est venu donc. Il y a une Rousse dans un imper jaune, qui est juste WOAH. Le genre de nana a se damner par terre. Un visage qui peut être à la fois beau dans la sévérité et la jovialité, des cheveux roux, mais d'un roux. Subjugué je fus, et je suis encore. Jane Asher imprime durablement ta rétine et la pellicule... Lire la critique de Deep End

35 12
Avatar Kenshin
9
Kenshin ·
Toutes les critiques du film Deep End (57)
Bande-annonce
Deep End
Vous pourriez également aimer...