Bad adaptation

Avis sur Deux sœurs pour un roi

Avatar badasscupcake92
Critique publiée par le

Deux soeurs pour un roi est le cas typique d'un film que j'ai aimé à l'époque où je l'ai vu et que je déteste maintenant. Pour ma défense, j'étais ado à l'époque et un peu trop bon public...et surtout je n'avais pas encore vu la série Les Tudors qui met ce film complètement à l'amende. Alors, pourquoi Deux soeurs pour un roi est un mauvais film? Tout d'abord parce qu'il a un casting d'exception et n'est pas foutu d'en tirer parti. Je ne parle pas de Scarlett ni de Natalie pour le coup (qui sont toutes les deux beaucoup trop overhypées à mon goût) mais du reste du casting 4 étoiles. Mark Rylance, Jim Sturgess et Kristin Scott Thomas en cast principal, ce n'est quand même pas rien. Pour ce qui est des seconds rôles, c'est carrément du all stars. Alfie Allen, Andrew Garfield, Eddie Redmayne et Benedict Cumberbatch dans le même film, c'était censé être magique non? Bah non. D'abord parce qu'ils n'étaient pas connus à l'époque (en fait, c'est le casteur qui a fait un boulot de ouf dans ce film...quel flair!) et secundo parce que le réalisateur s'en sert juste quatre secondes à tout casser dans le film. Alfie et Andrew si on cligne des yeux on les voit pas, Eddie n'apparaît qu'à la fin, Benedict qu'au début. Voilàààààà. Pour ce qui est de Kristin et Mark je n'ai même pas retenu leurs performances...c'est dire. C'est con parce qu'ils sont super talentueux mais le réalisateur ne sait pas les diriger. Pour ce qui est de Natalie et de Scarlett, j'ai beau ne pas être fan de leurs jeux respectifs ni comprendre leur énorme succès, il faut avouer qu'elles s'en sortent plutôt bien. J'ai une préférence pour le jeu de Natalie dans le film, qui m'a plus marquée que celui de Scarlett, que je trouve personnellement assez fade même s'il y a des moments où elle brille plus (dans les moments de tension notamment). Même si la scène dont je vais parler manque outragreusement de réalisme, je me souviens avoir beaucoup apprécié l'interprétation de Natalie lors de cette dernière. C'est le moment du retour en Angleterre, dans la sorte de grande salle à manger où Anne mouche Henry devant tout le monde. Je viens de la revoir et elle est toujours aussi cool à voir avec ce petit ton défiant et ces piques lancées avec une classe d'impératrice. C'est d'ailleurs le seul moment où j'ai trouvé que Natalie ressemblait un peu au portrait que je me fais d'Anne Boleyn. Parce que pour le reste du film...c'est du pur foutage de gueule. C'est bien simple, ni le réalisateur ni l'actrice n'ont compris le personnage. Et pour le coup, les Tudors ont rectifié le tir et donné à Anne la représentation qu'elle méritait avec l'incroyable Natalie Dormer. Je veux bien qu'on ne soit pas un spécialiste de l'histoire de la royauté anglaise mais autant d'irrespect à l'histoire et de clichés dans un même film, ça force le respect.

Donnons-en l'exemple le plus flagrant. C'est la manière dont sont caractérisées Anne et Mary. Pour commencer, je trouve le prémice de base idiot. Le film donne la même importance aux deux filles alors que Mary n'en a franchement aucune dans la véritable histoire. On sait qu'elle a été la maîtresse d'Henry VIII (quel porc) mais à part ça... la placer au centre de l'intrigue n'a aucun sens ou alors on assume que c'est une réécriture et on essaie pas de faire en sorte que le film soit un peu fidèle sur d'autres plans. Mais bon, la cohérence, Justin Chadwick semble s'en taper comme de l'an quarante. Deuxième problème. La caractérisation des deux héroïnes est beaucoup trop manichéenne. Le topos des soeurs ennemies est déjà assez éculé, alors quand en plus on n'en renouvelle pas le traitement...Le portrait des deux soeurs est tellement sexiste et réducteur que ça en devient pathétique. C'est bien simple, Mary est l'ingénue, l'oie blanche, la vertu, la naïveté, la morale et la bonté incarnée, là où Anne est une manipulatrice hors pair oeuvrant pour ses propres intérêts et avide de pouvoir. Waouh, c'est vraiment très nuancé tout ça. Il n'y a aucune profondeur et on sent bien que le réalisateur essaie de nous dire que c'est Mary qui est dans la raison (d'ailleurs le titre original du film le prouve, c'est elle le personnage principal). Ce genre de propos moralisateur ça me fait juste plus aimer Anne en fait. Il n'y a pas de recherche, pas de tentative de proposer des personnages "gris", non il faut juste une méchante et une gentille parce que c'est quand même comme ça que le monde tourne.

La force des Tudors c'était justement d'avoir compris que Anne était un personnage complexe, une femme ambitieuse mais pas à tout prix, forte mais brisée, fière mais sensible, pleine de charme et d'espièglerie mais aussi de gravité, si libre et si soumise à la fois.. c'est pour ça que j'aime autant la Anne de Natalie Dormer, elle a tout compris d'elle, elle lui a redonné vie. A côté, la Anne de Natalie Portman est d'une platitude crasse (faut dire qu'elle n'a pas le talent de Dormer non plus!), elle n'a aucun magnétisme, aucune aura, bref on ne comprend pas pourquoi Henry aurait renoncé à religion et sa réputation pour elle. Sans parler de cette trahison ultime du film qui prête à Anne des intentions incestueuses quand on sait que dans la réalité cette accusation était montée de toute pièces, complètement fausse et destinée à faire tomber la reine...Bref, le réalisateur a remixé l'histoire à sa sauce, s'il voulait un triangle amoureux entre un mec et deux soeurs il aurait pu écrire pour ABC Family ou the CW au lieu de toucher à un personnage si important, une figure féminine qui a autant compté et qui est aujourd'hui un symbole de l'injustice faite aux femmes de pouvoir et de la manière dont on cherche à les détruire quand elles prennent trop de place. Pour satisfaire son objectif de soap opera royal, Justin Chadwick ajoute des éléments qui n'ont jamais existé, modifie et coupe comme bon lui semble (notamment en évacuant carrément Catherine d'Aragon de l'équation). Alors certes, Les Tudors n'étaient pas exempts de défauts (eux aussi ont succombé et ont fait d'Henry un mannequin alors que le vrai Henri VIII était repoussant et très laid en plus d'être vieux) mais une fois encore, Jonathan Rhys Meyers avait du charisme à revendre et des épaules pour porter le personnage, là où l'habit est trop grand pour Bana qui fait le strict minimum et semble juste être là pour toucher son chèque.

Pour ce qui est de la réalisation, c'est tout bonnement oubliable, ça ne casse pas trois pattes à un canard, il n'y a aucune audace artistique, aucune tentative. Les costumes sont moches (à part la robe émeraude de Natalie dans la séquence que je mentionnais ci-dessus...et encore) alors qu'ils étaient éblouissants dans les Tudors, les décors pas fous...La scène de "sexe" entre Mary et Henry m'avait peut-être émoustillée à l'époque mis elle est tellement PG -13 qu'on dirait un clip pour parfum...Par contre, pas de problèmes pour 30 minutes plus tard nous montrer un viol, visiblement ça c'est pas trop trash pour le réalisateur. Je me souviens qu'à l'époque cette scène m'avait déjà glacée, c'est tellement malsain, et on a l'impression atroce pendant qu'on la regarde que le réalisateur ne la condamne pas tant que ça. C'est Anne qui reste la "méchante" de l'histoire, et quelque part, c'est une manière de la punir; les implications de l'acte sont juste dégueulasses. Encore une fois c'est la femme qui est fautive (c'est soit une "vierge" manipulable comme Mary, soit une "salope" cupide comme Anne selon la dichotomie ancestrale qu'on connaît) et si elle est exécutée à la fin, ce n'est pas explicite qu'il s'agit d'un complot, quant à l'influence dévastatrice du père sur la destinée de ses deux filles, elle est à peine mentionnée...Breeef.

Il y a une scène qui m'a beaucoup marquée néanmoins - celle où Anne, dans l'impasse et le désespoir le plus total, propose à son frère de lui faire un enfant. Encore une fois, c'est une honte niveau historique et caractérisation, mais ça reste la scène la mieux jouée du film. Pour une des rares fois de Deux soeurs pour un roi, Anne baisse le masque et devient touchante, se laisse apercevoir dans sa vulnérabilité et sa tragédie. C'est aussi la scène où Scarlett se débrouille le mieux, où le personnage de Mary va prendre enfin un peu en épaisseur. Elle qui continuait d'aimer sa soeur tout en étant en rivalité avec elle tout au long du film ne sent soudain plus capable de la défendre, et on ne peut qu'avoir de la peine pour cette fratrie déchirée et victime comme beaucoup d'autres de l'arène politique et familiale. C'est tellement triste de voir Anne abandonnée par tout le monde (la cour, sa famille, Henry...) et envisager l'innomable tant elle est à court de solutions... le seul problème c'est que ce n'est que pendant cette scène que cette injustice s'exprime de manière forte, alors que les Tudors tenaient cette impression sur une saison. Jim Sturgess est cependant impressionnant dans cette séquence, en particulier grâce à son jeu sur les regards que je trouve vraiment très percutant. C'est seulement pour cette scène, qui m'a émue et dont je me souviens des années après que je lui donne trois points, mais c'est tout, et c'est bien clément de ma part: ça vous apprendra à vous attaquer à un sujet que vous ne respectez et maîtrisez pas sans retour de flammes. On ne ruine pas ma Anne Boleyn en toute impunité.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 29 fois
1 apprécie

Autres actions de badasscupcake92 Deux sœurs pour un roi