Dieu vous bénisse ma soeur

Avis sur Doute

Avatar J. D.
Critique publiée par le (modifiée le )

Le doute peut être un lien aussi puissant et aussi solide que la certitude.

Voila le thème d'un des sermons du père Flynn. Cette phrase reflète à elle seule tout l'esprit du film. Celui-ci nous emmène dans une école catholique des années 60. Celle-ci est sous l'autorité de deux personnes: le père Flynn et la soeur Aloysius, directrice de l'école. Ils sont tous les deux très différents: le père Flynn représente la bienveillance, la gentillesse et la bonne humeur. La soeur Aloysius quant à elle est l'image de la sévérité, de la rigueur et de l'austérité. Entre eux deux se trouve la soeur James, jeune enseignante partagée entre l'admiration de l'un et la soumission à l'autre. Un évènement va amener la soeur James à s'interroger sur le père Flynn. A-t-il commit l'impensable avec un élève de l'école? Elle le rapporte de ce fait à la soeur Aloysius qui dès lors forgera son jugement à l'égard du père Flynn, le condamnant pour ce qu'il est présumé avoir fait, alors que la soeur James croit en son innocence à chaque parole prononcée.

C'est le combat du doute face à la certitude à l'égard du père Flynn qui s'engage alors. Est-il coupable? Ne l'est-il pas? L'apparence et les paroles suffisent elles à établir la personnalité de quelqu'un?

Finalement, la certitude est elle réellement celle que l'on croit? Certes soeur James a eu un doute envers le père Flynn du fait de ce qu'elle a vu. Mais elle forge elle même cette certitude de croire en la bonté des autres. La soeur Aloysius elle se montre forte et déterminée, même si au final elle n'est plus si sure de ce qu'elle croit. La certitude conduit parfois au doute.

Le personnage de soeur Aloysius est en réalité très complexe. Elle se montre terriblement austère envers les autres, mais c'est pour mieux faire respecter les valeurs qu'elle défend. Le film la montre au final comme une personne terriblement humaine, qui ne cherche qu'à faire assurer une chose: la justice. C'est elle qui prend soin de soeur Veronica, qui la protège des supérieurs par rapport à son handicap. Sa fermeté vis à vis de la situation de l'élève présumé victime peut paraître cruelle, mais elle doit être placée dans sa conception du bien de la communauté.

En regardant ce film, chacun essaie de se forger son opinion. Je pense que la soeur James, qui est supposée représenter le bénéfice de ce doute, est aveuglée par une recherche constante du bien chez l'autre, fruit d'une certaine naïveté. Au fond, lorsqu'elle a dit à un de ses élèves qu'elle était désolée, ce n'était pas pour avoir haussé le ton. Elle pris conscience de la possible réalité des faits, et en était désolée. Cette obstination à vouloir le croire innocent est contradictoire durant tout le film. Et au fond, la certitude de soeur Aloysius est elle extrêmement fragile au regard des faits. La première fois que j'ai vu ce film, je suis resté perplexe. A chaque fois que je le revois, je crois avoir ma certitude, mais ce n'est qu'une sorte de conviction la aussi. Et le réel doute au final ne réside pas dans les faits, mais dans ce que tout cela a engendré et ce que cela représente.

J'ai trouvé ce film extrêmement brillant. Amy Adams est exceptionnelle et laisse présager qu'une grande carrière l'attend. Je trouve que Meryl Streep a livré ici sa meilleure interprétation depuis Kramer contre Kramer. Je crois que jamais un film n'avait suscité en moi autant de questions, et c'est positif pour le coup.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 678 fois
6 apprécient

J. D. a ajouté ce film à 9 listes Doute

Autres actions de J. D. Doute