Bel hommage au cinéma de John Hughes!

Avis sur Easy Girl

Avatar RoroRoro
Critique publiée par le (modifiée le )

Je ne voulais pas dédier mon premier commentaire à un grand chef d'oeuvre figurant dans tous les classements des plus grands films de tous les temps, mais démarrer avec un film qui m'a beaucoup surpris dans le bon sens du terme et que je vais tenter de défendre.

Film de Will Gluck que j'avais découvert avec un très faible « Sexe entre amis » qui ne volait pas bien haut dans mon estime, je peux même dire qu'il était condamné d'amblé! Tout le monde sait combien les comédies pour adolescents décérébrés pullulent depuis de nombreuses années aux USA, et combien un nombre infime atteignent une certaine notoriété. Quelqu'un m'a conseillé ce film connaissant mes réticences pour ce style de cinéma. Et je dois dire que j'ai bien fait de regarder ce très bel hommage à ce géant qu'est John Hughes!

En reprenant le postulat de « Breakfast Club » (que je conseille à tous) qui consiste à reprendre le lycée comme réseau à part entière, Gluck décide en plus de ça d'inscrire Easy Girl dans la tradition de John Hughes qui consistait à s'intéresser de très prêt aux états d'âme des personnages et surtout de les comprendre. Mais ce n'est pas simplement un très bel hommage à ce superbe cinéma des années 80, Easy Girl dénonce la société actuelle (avec un superbe déboitage de facebook entre autres que je trouve très finement mené !) en la comparent à celle des années 80.

Ce A, ( Easy A = titre original) que finira par arborer avec fierté Olive, est celui de l'Adultère. Le même que fut condamnée à porter Hester Prynne dans le roman de Nathaniel Hawthorne, « La lettre écarlate », après avoir pêché avec un autre homme que son mari. En une rumeur de coucherie, Olive devient populaire. Elle dira d’ailleurs qu’aujourd’hui être populaire, c’est être supérieur. Et se sentir supérieur implique d’avoir un tableau de chasse plus important que les autres. Jusqu'à passer ici pour une "trainé". Ce qui reste en commun avec les années 80, ce sont les regards et les jugements des personnages entre eux, étant qualifiées de "salope", "catho", "homo"... En revanche ce qui change se sont les personnalités symbolisées par les parents d'Olive qui s'avèrent être sans tabou et décomplexés, ce qui est en parfaite contradiction avec les adolescents à l'image de la meilleure amie d'Olive qui est la parfaite bimbo qui se retrouve à brandir les pancartes avec le groupe des conservateurs!

Will Gluck va clairement faire un immense clin d'oeil aux années 80 en passant de courts extraits de « Gagner ou mourir », « Seize bougies pour Sam » ou… « L’amour ne s’achète pas », qui sont là pour opposer deux jeunesses bien différentes. Là où les ados du « Breakfast club » finissaient par voir et assumer en chacun d’eux les stéréotypes auxquels on les limitait, ceux de Easy Girl cherchent à être définis comme tels avant de rejeter cette forme d’identification. De même, ils préfèreront payer Olive que tenter de la séduire. C’est donc en toute logique que son cœur sera finalement pris par celui qui acceptera son image plutôt que celle qu’il renvoie aux autres, dans un dénouement nostalgique aux allures de revival 80’s.

Alors certains diront que ce final était attendu et patati et patata... et bien oui c'est évident! Mais bien que le film clame de bout en bout son intention de faire comme ses ainés des 80s, il est loin de faire aveu de faiblesse. Sans être un modèle de rythme, Easy A n'ennuie jamais, possède un humour tout en retenu. Les personnages ont une personnalité bien marquée ce qui n'est pas évident lorsqu'on ambitionne de ne donner qu'un seul et unique véritable trait de caractère aux divers adolescents.

Et je tiens à dire que je me suis définitivement réconcilié avec Emma Stone qui est superbe dans ce rôle! Comédie vraiment sympathique, très bel hommage à John Hughes. Une des rarissimes comédies américaines des années 90/2000 à être aussi rafraîchissante. Will Gluck dévoile une très belle palette de couleurs pour mon plus grand bonheur !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1445 fois
23 apprécient · 1 n'apprécie pas

RoroRoro a ajouté ce film à 6 listes Easy Girl

Autres actions de RoroRoro Easy Girl