👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Alors je commence par un petit coup de gueule général:
D'abord parce que personne ne s'intéresse à l'héroïsme de ce résistant et il aura fallu ce film pour qu'un semblant d'hommage lui soit rendu, quelle honte, merci par exemple de partager sa vidéo sur les réseaux sociaux.

Ensuite 2e coup de gueule pour le boulet qui a traduit le titre par "un héros ordinaire", alors que la VO en allemand signifie "il aurait changer le monde", non mais sérieux pourquoi se permettent ils de telle trahison ?! Il est content de son oxymore à la con le petit technocrate de la traduction ? Un héros est par définition qqu'un d'extra ordinaire !



Bon venons en à ce film historique qui nous plonge dans l'avant guerre, avec l'ascension du nazisme en contrepoid du communisme, il ne faut jamais oublier cette cause majeure, et le début de la dictature, avec pour première cible justement les "rouges".

Elser est un musicien, c'est un épicurien qui préfère l'amour à la guerre et qui assiste sidéré à l'évolution de ses voisins, amis, des enfants, etc... par cette narration sur environ 5 ans, on comprend comment le gentil accordéoniste pacifiste en vient à préparer et éxécuter cet attentat qui aurait c'est sûr changer le monde s'il avait réussi, maudites 11 minutes !

Le film débute par l'attentat manqué, pour ensuite reprendre dans le passé sa génèse, il faut absolument le voir en VO, je pense que l'absolutisme des officiers nazis n'est pas transposable dans une autre langue. L'acteur qui joue Elser est très convaincant, il a un charme fou et joue à la perfection le jouisseur insouciant, qui devient observateur qui goutte après goutte, dégout après dégout, voit se remplir son réceptable à révolte et comment il devient un rebelle puis un terroriste, comme ils disaient.

Le film est très réaliste, sans fioriture, peu de musique, des personnages très impliqués, si j'étais un allemand aujourd'hui j'aurais à coeur d'honorer la mémoire d'un tel personnage, qui nous rappelle que tous les allemands n'étaient pas des NAZIs et qu'ils fûrent les premiers résistants. Mais au delà de l'interêt historique, le film est très prenant, car on plonge au coeur de la "bête" et son pouvoir de fascination, rappelant combien une idéologie peut avoir un pouvoir de séduction énorme...

Elser étant un spectateur impuissant, il nous représente un peu, et nous explique de ne pas attendre l'ultime dérive pour rejeter les extrêmismes

Au total un film très fort, à montrer à tous, et qui sera toujours d'actualité tant l'âme humaine peut facilement virer dans la barbarie, ne le vit on pas ? ne dit on pas qu'il faut toujours tirer des leçons de l'Histoire ? Mieux vaut tard que jamais, Merci Mr Elser, Gloire vous soit un jour rendue à travers le monde entier

MaxiMumuse
7
Écrit par

il y a 5 ans

5 j'aime

2 commentaires

Elser, un héros ordinaire
easy2fly
3

Un film trop ordinaire

En 2001, le réalisateur allemand Oliver Hirschbiegel se faisait remarquer avec son premier film L'expérience, avant d'être consacré en 2004 avec La Chute. Après un passage pas vraiment réussi aux...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

Elser, un héros ordinaire
MaxiMumuse
7

le Cinéma au secours de l'Histoire

Alors je commence par un petit coup de gueule général: D'abord parce que personne ne s'intéresse à l'héroïsme de ce résistant et il aura fallu ce film pour qu'un semblant d'hommage lui soit rendu,...

Lire la critique

il y a 5 ans

5 j'aime

2

Elser, un héros ordinaire
rem_coconuts
8

Hero of [his] time

Depuis la réunification de l'Allemagne, le cinéma allemand s'engage dans une introspection sur les tourments vécus par le pays au cours du XXe siècle. Le plus souvent, ce travail collectif donne lieu...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

La Légende de Bagger Vance
MaxiMumuse
7

La guérison en 18 trous

Voilà un film que j'ai cru ennuyeux, après tout un film consacré au golf et dont l'action se situe quasiment tout le temps sur le green, ça n'a rien d'attrayant. En effet ce sport demeure un sport de...

Lire la critique

il y a 5 ans

2 j'aime

Mythica : La Genèse
MaxiMumuse
6

Bravo au crowdfunding

Juste pour dire chapeau à Kickstarter qui permet la création artistique en dehors des grandes sociétés de production puisque ce sont les futurs spectateurs, joueurs ou auditeurs qui financent les...

Lire la critique

il y a 5 ans

2 j'aime

Quadrophenia
MaxiMumuse
6
Quadrophenia

Eternelle adolescence

Pete Towshend, Roger Daltrey, Keith Moon, John Entwisle, 4 rockers britanniques des années 70, décident de faire un film basé sur leur album et donc un Opéra rock et ça donne Quadrophenia en 1979. A...

Lire la critique

il y a 5 ans

1 j'aime