Bande-annonce
Affiche En quatrième vitesse

En quatrième vitesse

(1955)

Kiss Me Deadly

12345678910
Quand ?
7.4
  1. 5
  2. 3
  3. 14
  4. 37
  5. 90
  6. 220
  7. 464
  8. 422
  9. 191
  10. 76
  • 1.5K
  • 162
  • 1.4K

Mike Hammer sauve une femme poursuivie par des gangsters. Ils la retrouvent, la tuent et Mike échappe de peu à la mort. Il se décide à résoudre l'énigme.

Casting : acteurs principauxEn quatrième vitesse
Casting complet du film En quatrième vitesse
Match des critiques
les meilleurs avis
En quatrième vitesse
VS
Avatar Docteur_Jivago
8
Under the Bridge

Sur les routes de Los Angeles, la nuit : Une jeune femme semble totalement terrifiée et cherche à arrêter une voiture pour être prise en stop. Ce sera celle d'un détective... Le voilà tombé dans une affaire bien particulière... Dès cette introduction, Robert Aldrich donne le ton et signe un film palpitant de bout en bout où la forme fait corps avec le fond. Tout le long Kiss Me Deadly est porté par une atmosphère ambiguë, sombre, désabusée et mystérieuse où le doute plane...

25 3
Depuis quand la beauté formelle serait capable de masquer l'indigence du propos ?

Ça commence très bien et puis plus ça avance plus ça pédale dans la semoule. Non seulement le scénario est tellement déroutant qu'il en devient incompréhensible, et inintéressant, mais l'acteur principal ne provoque aucune empathie, certains personnages secondaires sont débiles (à tel point qu'on se demande parfois si on n'est pas en pleine parodie) et le final est grotesque. Oui, mais diront les formalistes, la beauté du style, les cadrages et blablabla…. Certes, on ne va pas dire le... Lire l'avis à propos de En quatrième vitesse

5 1
Critiques : avis d'internautes (45)
En quatrième vitesse
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de En quatrième vitesse par Tanguydbd

Le souffle qu’a jeté « En quatrième vitesse » lors de sa sortie en 1955, est semblable à celui projeté par la voiture de Hammer (lors de la scène du début) lancée en quatrième vitesse : c’est celui d’une liberté folle, d’une énergie créatrice posant les fondements modernes du film noir. Il est d’ailleurs peu étonnant que les cinéastes de la Nouvelle Vague aient porté leur admiration sur ce polar... Lire l'avis à propos de En quatrième vitesse

2 1
Avatar Tanguydbd
10
Tanguydbd ·
Découverte
Va-Va-Voum !!!

Voilà le genre de film à montrer dans les formations sur le cinéma. Vous aurez la quintessence du film noir, avec tous les codes qui l’accompagnent. Une intrigue obscure, un protagoniste à la baffe facile et aux penchants sadiques, une succession de pépées plus ou moins de confiance, des voitures et des méchants organisés et cruels. Mais l’intérêt véritable du film est la forme enveloppant ce... Lire la critique de En quatrième vitesse

40 12
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·
I'd rather have the blues

Les voitures fusent sur la voie rapide, projectiles aérodynamiques qui glissent sur l’asphalte. Los Angeles dort, plus bas, dans la vallée. Une femme court, paniquée, lunatique, nue sous son imperméable. Elle slalome entre les missiles mécaniques qui l’évitent consciencieusement. Alors, elle se plante au centre de la chaussée et s’offre, en croix, à la morsure des phares qui déchirent la nuit,... Lire l'avis à propos de En quatrième vitesse

39 5
Avatar DjeeVanCleef
8
DjeeVanCleef ·
Les mystères de l'Ouest

Les années 1950, aux États-Unis, furent marquées par la guerre froide, l'anticommunisme, le maccarthysme et la traque obstinée d'éventuels sympathisants soviétiques. La paranoïa gagnait les arrière-salles de Washington à mesure que les listes noires s'allongeaient et que l'hypothèse d'une attaque nucléaire se profilait à l'horizon. Au moment où fut réalisé En quatrième vitesse,... Lire l'avis à propos de En quatrième vitesse

25 12
Avatar Cultural Mind
8
Cultural Mind ·
Gone Baby, Gone.

Troisième long-métrage de Robert Aldrich, "En quatrième vitesse", tiré du roman "Kiss me deadly" de Mickey Spillane, permet au futur cinéaste des "12 salopards" de défoncer dans les grandes largeurs le cinéma noir américain, de propulser le genre de la série B dans les plus hautes sphères cinématographiques. Tout en respectant scrupuleusement les codes du roman noir, Aldrich les pousse dans... Lire la critique de En quatrième vitesse

17
Avatar Gand-Alf
9
Gand-Alf ·
Toutes les critiques du film En quatrième vitesse (45)
Bande-annonce En quatrième vitesse
Vous pourriez également aimer...