Chronique de Equalizer 2 (2018)

Avis sur Equalizer 2

Avatar Gabriel Lieurain
Critique publiée par le

réalisateur : Le même que le film précédent

genres : action, thriller

acteurs : Denzel Wahsington encore une fois, Pedro Pascal, Melissa Leo, Bill Pullman....

Synopsis

Robert Mccall travaillé désormais en tant que chauffeur de VTC.
Quand son amie Susan Plummer est assassinée par un groupe de criminels envers lesquels elle avait une dette, Robert décide de reprendre les armes et de la venger.

Critique

CA VA SPOILER VIOLEMMENT MAIS SACHEZ QUE CE FILM EST CREUX, LENT ET ANECTDOTIQUE ET SI ON EXCEPTE QUELQUES PASSAGES SYMPAS EST BIEN LOIN DU PREMIER FILM QUI LUI AVAIT AU MOINS UN LEGER INTERET !!! M ENFIN SI VOUS VOULEZ VOUS FAIRE VOTRE PROPRE AVIS, EVITEZ CETTE CHRONIQUE MAIS SACHEZ QUE CE FILM EST QUAND MEME BIEN NUL ET DONNE SURTOUT ENVI DE REVOIR LE PREMIER OPUS !!!

Il y a 4 ans sortait Equalizer premier du nom. C'était violent,regressif et pas très subtil mais on s'en fichait car on prenait un certain pied à voir Denzel Washington parfait en mec soi disant lambda (enfin en vrai le mec est un ancien de la CIA) capable de dézinguer plusieurs pourris à lui seul avec les objets du quotidien (comme un tire bouchon ou une perceuse).

Et en prime de ça, on avait aussi Chloe Moretz dans un role de fille de joie russe qui était un perso bien sympatique (au point de regretter que son peso finisse dans le coma au bout d'une demi heure pour ne revenir que deux minutes à la fin du film) et Marton Czokas en homme de main soviétique imposant qui était un adversaire de taille bien charismatique pour notre perso principal (malgré une fin bien grotesque alors qu'il méritait bien mieux).

Dans cette suite, rien de tout ça .
Antoine Fuqua le réalisateur dont c'est la quatrième collaboration avec Washington (après Training Day en 2001 , le premier film en 2014 et le remake des Sept mercenaires en 2016) n'avait jusque là jamais réalisé de suite à l'un de ses films. Idem pour l'acteur principal .
C'est désormais chose faite pour tous les deux. Pour un résultat fortement dispensable, on va pas se leurrer.

Déjà on a 3 intrigues dans un seul film et aucune ne nous passione.
Premièrement on a le perso qui cherche à aider un veiux qu'a perdu sa femme de vue dans des camps de concentration ou un truc du genre. C'est nul, inutile et ca aurait davantage sa place dans un autre film que là.

En deuxième lieu, notre perso aide un jeune doué pour les arts plastiques à ne pas céder la tentation d'un gang. Là aussi, c'est pas glorieux et on s'attache pas à ce jeune crétin stéréotypé à mort peu importe qu'il ait joué dans Moonlight (grand film de 2016 qui méritait bien plus de considération que La La Land à lon avis) et qui nous fait regretter les discussions que notre perso principal avait avec la fille de joie jouée par Chloe Moretz dans le film précédent.

Et enfin, on a l'intrigue principale qui ne commence vraiment qu'au bout de quarante cinq minutes/une heure de film (sur les deux heures que dure ce dernier) avec le meurtre de l'amie du héros qu'on fait passer pour une banale agression à domicile et celui ci qui va enquéter et trouver les coupables pour les faire payer.
Le problème, c'est que vu tout le rien qu'on a été obligé de se farcir avant ça, on a plus envi de savoir quoi que ce soit d'autant que le rebondissement concernant l'identitée du boss des méchants tombe comme un cheveu sur la soupe (oui Pedro Pascal, on a tous compris que c'était toi).

Donc comme déjà dit, la véritable histoire met trois plombes à vraiment débuter.
Et qu'est ce qu'on a avant qu'elle n'arrive ?

Eh bien on alterne lourdement entre l'histoire 1 et l'histoire 2 avec de temps en temps une petite séquence d'action oubliable .

Déjà que la scène d'intro de la baston dans le train sert à rien vu qu'elle a aucun rapport avec tout ce qui suivra (avec en prime Washington déguisé grossièrement en musulman avec fausse barbe et tout le tintouin), le reste est pas bien passionant.

Tout ce qu'on aura, c'est une scène là aussi sans intéret durant laquelle il tabasse des cadres qui ont pas été très gentils il semblerait avec la nana qu'ils ont mis dans son taxi et une autre ou il assome deux/trois membres d'un gang afro américain avant d'aller braquer le reste dans un appart ou ils essayaient d'embrigader le black de Moonlight en le persuadant d'aller butter un mec qui aurait tué son frère.

Bref dans les deux cas, rien de bien folichon et Fuqua reprend le style mis en place dans le premier film (gros plans au ralenti sur les éléments qui aideront le perso à neutraliser ses ennemis) mais en moins bien vu qu'on est loin de la baston contre les russes du premier film en ce qui concerne la brutalité.

C'est là que l'on voit poindre le deuxième problème : le personnage est devenu à moitiée détestable.

En effet, le monsieur est la perfection incarné (il l'était aussi dans le premier opus mais c'était pas aussi lourd) et cette abscence de défauts donne pas envi de s'attacher à lui avec ce coté "bon samaritain" voulant résoudre les problèmes d'autrui à tout prix.

Bref, Robert Mccall n'est plus qu'une caricature de lui même et ça nous fait bien mal.
Et bien sur, il a toujours l'air autant surhumain lors des bastons ( beaucoup d'autres acteurs dans des genres de films similaires aussi mais au moins on les sent en danger et souffrir à contrario de lui) et ça a plus autant de charme qu'avant.

Sans parler du manque de crédibilité d'un tas de trucs.
J veux dire les cadres qu'il agresse sur leur lieu de travail ils auraient très bien pu ne pas avoir conservé comme des gros débiles qu'ils sont leur agression/viol/humiliation (c'est un peu flou à ce niveau là) dans le téléphone du client qu'ils avaient invité ? Qu'est ce qui les aurait empéché de porter plainte à ce moment là pour effraction à domicile et agression ?

Puis même, je trouve que le Mccall il a pas à faire le justicier poour une nana qu'on ne connait ni d'Eve, ni d'Adam. Il avait qu'à aller à la police comme tout le monde (surtout que les autres idiots avaient filmé leur méfait et que ca suffisait largement à les inculper).

Pareil pour le gang. J'veux dire qu'est ce qui empèche tous les mecs qu'il a braqués de le poursuivre ? Vous allez pas me dire qu'ils avaient pas d'armes dans leur appart ?
Si ca avait été le cas le Robert et son petit protégé auraient pas fait de vieux os d'autant qu'ils ont rien trouvé de mieux à faire que de s'engueuler dans le couloir style "c'est pas votre problème/"Tu vaux mieux que ça" et que ca prend au moins trois minutes cette embrouille futile avec à la fin le Mccall qui chauffe le black en lui disant de le flinguer (encore heureux qu'il en a pas le cran car là aussi notre perso serait mort stupidement ) avant de le coller contre le mur à son tour et le menacer avec un gun à son tour (vous ai je déjà dit à quel point il était devenu antipathique ?), ce qui suffit étonnament à le convaincre de renoncer (moi honnètement j'appelerais les flics après ça).

Ah et tant que j'y suis on a du mal à voir pourquoi les méchants dézinguent un type et sa femme à dix minutes du film en faisant passer ça pour un pétage de durite et une tentative de suicide vu que c'est pas expliqué par la suite .

Bref comme déjà dit plus haut quand l'histoire se lance vraiment, on a décroché et tout ce qu'on a c'est des discussions pas intéressantes entre les différents persos et une tentative d'assassinat sur notre (anti) héros dans son taxi avec un tueur à gages qui passe vraiment pour un branque tant il ne peut quasi rien faire malgré son poignard et son pistolet.

L'affrontement final dans une petite ville cotière abandonnée en pleine tempète rattrape un peu le niveau car la tension et le suspense sont bien là mais bon il arrive trop tard et là aussi y a pas vraiment d'oppositions (y en a même un qui se tue tout seul bètement il me semble même si j'ai un doute à ce sujet).
Mais bon au moins, le final fight contre Pedro Pascal est mieux fichu que celui du premier film et c'est déjà ça de pris.

Quant à l'interprétation, outre Washington qui refait le même numéro que dans le un mais en moins bien car son perso est devenu une caricature de ce qu'il était, on a aussi Melissa Léo et Bill Pullman qui viennent toucher leurs sous vu qu'on les voit pas beaucoup (la première meurt rapidement et le second dans le role de son mari est inutile au possible).
Et Pedro Pascal si il n'est pas spécialement mauvais nous joue un méchant creux et facilement oubliable loin de Marton Czokas dans le film de 2014 qui lui était bien imposant et dont on sentait la menace planer en permanence même quand il ne faisait rien (comme dit plus haut y a que l'affrontement final qui se révèle supérieur).

En gros si il fallait trois mots pour résumer ce film, ce serait : Bof, Bof et encore Bof.
Donc une suite trop juste que son final sympatique ne rattrape pas et qui donne envi de revoir son grand frère sorti en 2014.
Si troisième film il y a, ca a intéret à s'améliorer grandement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 373 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Gabriel Lieurain Equalizer 2