Lavage de cerveaux.

Avis sur Faites le mur

Avatar Gand-Alf
Critique publiée par le

Qu'il vienne de la rue ou des plus hautes sphères académiques, je n'y connais absolument rien en art et je ne m'en porte pas plus mal, me contentant d'admirer ou de rejeter les oeuvres des autres selon mon ressenti du moment, tout en gribouillant moi-même des absurdités dans mon coin, enfantant des personnages so kawai parce que je ne sais dessiner rien d'autres que des grands yeux ronds. Bien qu'évoluant au milieu des graffs dans un quartier où il n'y a aucune chance de croiser NKM et ou le vol d'autoradio est inculqué dès le plus jeune âge, je n'ai jamais ressenti la moindre fascination pour la culture de la rue, préférant de loin passer pour un snob lord anglais en exil, bien aidé il est vrai par mon patronyme a forte consonance anglo-péteuse. Donc, quand on me parle de street art, je lève un sourcil et distord ma mâchoire selon un angle inversement proportionnel à ma compréhension de la question posée.

Narré par Rhys Ifans, "Faites le mur !" entraîne le néophyte que je suis dans l'univers merveilleux du street art, par le biais du personnage énigmatique et excentrique de Thierry Guetta alias Mr Brainwash, humble français résident à Los Angeles et adepte du filmage intensif voir agressif, petit roublard devant l'éternel qui se découvrira une passion sans commune mesure pour cette forme d'art avant d'en représenter sa facette la plus paradoxale et mercantile.

Véritable documentaire ou documenteur à plusieurs niveaux de lecture, je n'en sais rien et je m'en balance comme de ma première fellation (bien que cela reste un bon souvenir), tant il émane du film du tristement célèbre Bansky une énergie brute et une vision pertinente du sujet, montrant l'art dans toute sa complexité et surtout les êtres humains se cachant derrière les oeuvres contestataires et les surnoms délirants, débutant sur un ton léger pour petit à petit bifurquer vers une certaine amertume dans son portrait d'un véritable monstre de Frankenstein, qu'il soit fictif ou bien réel, transformant un acte purement gratuit et libre en basse récupération commerciale.

C'est décidé, ce soir j'endosse ma plus belle capuche et je cours escalader le toboggan devant ma tour pour y laisser l'empreinte indélébile de la plus belle Hello Kitty que vos mirettes ai jamais contemplé. Hasta la victoria siempre !!!!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 414 fois
24 apprécient · 1 n'apprécie pas

Gand-Alf a ajouté ce documentaire à 3 listes Faites le mur

Autres actions de Gand-Alf Faites le mur