Sean Penn vs Dylan Penn

Avis sur Flag Day

Avatar LizzyEngland
Critique publiée par le

Critique du film : Sean Penn joue le rôle d'un loser, menteur, braqueur, faussaire, qui a deux enfants et une compagne. En plus d’être à la recherche perpétuelle d’argent, il est surtout à la recherche de reconnaissance. Reconnaissance de sa famille, de la société, de son propre talent. Le père qui est un mythomane avéré. Le problème c'est qu'il croit en ses mensonges. Il croit également qu'il est un businessman accompli. Sauf qu'à chaque fois qu'il a des ennuis, il brûle sa maison et se barre avec le pognon. Laissant sa famille sans le sous, il n'a aucun scrupule à abandonner ses enfants (son fils et sa fille), à leur mère. Selon moi, Sean Penn parle du plus gros mensonge sur l’Amérique : « The American Dream. L’idée que la société américaine est basée sur la méritocratie. Pour un individu qui réussit combien se sont cassés la gueule ? Ça l’histoire n’en parle pas…. Sauf Flag Day.
Avec un père comme le sien, la fille n'est pas mieux. Au début, elle est exactement comme son père. Elle ne voit pas ses défauts, d’ailleurs ce dernier tente tellement de les cacher. Elle est tellement ébloui par le faste, la richesse, l'exubérance de son géniteur, qu'elle ne voit pas que ce n'est que des paillettes. Quand sa mère se laisse aller et qu'elle se noie dans l'alcool, tout ce qu'elle voit c'est l’alcool : la conséquence des mensonges. Petit aparté : la mère non plus, ne joue pas un rôle de modèle. Elle ferme les yeux sur ce qui se passe sous son propre toit. Après une très grave dispute avec sa mère, la fille décide de partir à la recherche de son père. Et elle va vivre dans cette idée qu'il va réussir à s'en sortir. Ce qu'elle n'a pas compris c'est que son père, veut renvoyer l'image de quelqu'un qui a énormément de succès. Mais pour elle, avoir du succès c'est avoir un travail, quelque chose d’honnête, d’authentique…
Dans cette adaptation - l’autrice est Jennyfer Vogel, Sean Penn touche deux composantes de l’Amérique : la ruralité et la méritocratie. Il s’attaque également à la relation entre un père et sa fille . À ce lien spécial, qui connecte les membres d’une même famille et qui leur permet de rester souder. Sauf que les liens familiaux n’excusent pas tout. La fille se retrouve dans la délicat position de poser ses propres limites.
Loin d’être raté, c’est un film qui parle d’une autre Amérique, qu’on n’a pas souvent vu dans les films. Et pour un premier long métrage, en tête d’affiche, Dylan Penn ne fait pas que porter un nom, elle a également beaucoup de talents. Si elle arrive a bien gérer sa carrière, elle aura l’occasion de monter l’étendue de sa palette….

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 289 fois
2 apprécient

Autres actions de LizzyEngland Flag Day