Paging Mister Corbett

Avis sur Gentleman Jim

Avatar gallu
Critique publiée par le

La première qualité de Gentleman Jim, c'est son rôle-titre, Errol Flynn, divin Apollon au charme suprême, capable de faire douter le plus irréductible des hétérosexuels et de renvoyer au placard les Robert Redford, Brad Pitt et autres beaux gosses du septième art qui se sont succédés devant nos yeux tout au long du 20ème siècle.

Cet acteur qui a surtout laissé sa trace dans nos mémoires pour ses rôles de héros populaires (Robin des bois) tient ici le film à lui tout seul. Un film multiple, surprenant dans ses progressions, qui commence comme un Bel Ami américain, en nous faisant le portrait d'un jeune clerc dont la boxe permet de pénétrer l'aristocratie locale. Puis, dans un second tiers, ce schéma est abandonné et l'on retrouve ce qui fera le canon des films de boxe : l'accumulation des combats, la professionnalisation, l'ascension brutale et glorieuse jusqu'au match contre le champion du monde en titre. Le derniers tiers du film constitue un long et paisible happy end, qui s'achève sur des accents humanistes et burlesques.

Gentleman Jim est un film bonhomme, un feel good movie avant l'heure, qui n'égratigne franchement personne, malgré le portrait railleur qu'il fait à la fois de l'élite et du peuple américains. Cette bonne humeur fait toute la qualité du film, qui défile sous nos yeux à très grande vitesse, mais c'est aussi sa faiblesse. A partir de son fil social et « mythiques », Gentleman Jim dévie souvent dans la gratuité burlesque un peu grasse et pataude. Par exemple, lors de la scène de combat sur l'eau, la réalisation de Walsh insiste démesurément sur les gesticulations frénétiques de certains spectateurs, dans une intention humoristique trop appuyée pour être réussie. A voir tout de même.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 414 fois
14 apprécient

gallu a ajouté ce film à 1 liste Gentleman Jim

Autres actions de gallu Gentleman Jim