"Y'a comme un lézard" dit-il en mâchant son Chewing-Gum

Avis sur Godzilla

Avatar Yo0oh
Critique publiée par le

Alors que la communication du prochain Godzilla bat son plein, je me suis dit qu'il fallait que je me remémore le film de 1998 qui m'avait fait tant rêver après un Jurassic Park incroyable. Un reptile bien plus grand qu'un T-Rex s'invitant à New York, j'ai forcément adoré... il y a plus de 10 ans. Maintenant, c'est une autre histoire.

D'abord, il faut savoir que je ne vais pas juger ce Godzilla en tant que tel, puisque je connais très peu le mythe, mais simplement comme un film de monstre géant s'attaquant à l'humanité. Bien sûr, je trouve ça négatif d'appeler ce film "Godzilla", alors qu'à part quelques traits physiques, le monstre n'a rien à voir avec la bête présentée en 1954. En effet, Godzilla, ou plutôt Gojira, est ici l'évolution d'un iguane touché par les radiations des essais atomiques français dans le Pacifique. On ne parle plus de dinosaure donc. Mais critiquer le nom du monstre revient finalement plus à critiquer le marketing du film plutôt que son contenu.

L'origine du monstre m'amène tout naturellement à parler du design de la bête que je trouve en toute subjectivité très réussi. Il rappelle sans mal le T-Rex, créature tant redoutée dans Jurassic Park, tout en rappelant ses origines de l'iguane. Ses avortons font aussi énormément penser aux Vélociraptors du film cité juste avant. C'est probablement ce point qui me fait mettre la moyenne au film. Puisqu'en plus de ça, les effets spéciaux sont plutôt réussis pour l'époque (même si ça n'égale pas Jurassic Park, oui encore lui, et oui j'adore Crossed pour ceux qui se posent la question et comprennent la référence). Le regret que l'on peut avoir est qu'il n'a pas l'air de constituer une terrible menace finalement. En effet, le design perd de sa saveur lorsqu'il sert un monstre qui arrive à se cacher de l'armée, à surprendre la population lors de son arrivée et...

[SPOILER ]...à mourir assez facilement... [PLUS GROS SPOILER] ...Deux fois ! [FIN DU SPOILER]

Le comique de cette situation est poussé encore plus loin lorsqu'on se rend compte que l'armée fait finalement plus de dégâts que le lézard. Un comble...

Et ce n'est pas le scénario qui aide... On a vraiment l'impression que les personnages principaux du film, qui possèdent d'ailleurs autant de charisme que le radio-réveil juste à côté de moi, ne sont pas touchés par la bête. Ils gambadent tranquillement d'un plan à un autre. De plus, le film se permet de nombreux passages comiques défigurant la nature du long-métrage : un film catastrophe avec un monstre dedans !!!
Et je ne parle pas de la présence française et les clichés qui vont avec ; sur cinq personnages quatre ont un nom composés commençant par Jean : Jean-Claude, Jean Luc, Jean-Philippe et Jean-Pierre. Le cinquième, campé par Jean Reno, se prénomme Philippe. Vous voyez le problème ? Je ferai l'impasse sur l'accent ridicule et le fait de mâcher du Chewing-gum pour se faire passer pour des américains.

Alors non, un film sur un monstre gigantesque, potentielle menace pour l'humanité, ne doit pas faire sourire ou exaspérer le spectateur (notamment français) avec des scènes clichées et des romances ridicules. La menace ne passe pas seulement par de la destruction de buildings ou des CGI à tout va, mais bien par une atmosphère oppressante et le sentiment qu'un DANGER peut toucher les personnages principaux auxquels on s'ATTACHE !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 607 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Yo0oh Godzilla