👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Voilà un film que je voulais aimer. Alfonso Cuaron, des plans séquences, et j'y vais les yeux fermés. Enfin pas vraiment fermés, ce serait dommage et un peu con. J'ai lu les critiques qui parlaient d'une forme virtuose pour un fond décevant. Je m'en fous et j'y vais. Et les critiques avaient raison. Mais ça ne m'a pas empêché de m'accrocher à mon fauteuil à chaque fois que Sandra Bullock tente de s'agripper pour ne pas dériver dans l'obscurité infinie.

Je ne vais pas revenir sur les qualités esthétiques et techniques du film, qui ont été vantées par tous les spectateurs depuis les premières projections.
Je ne vais pas revenir non plus sur les défauts scénaristiques, comme les erreurs scientifiques ou la lourdeur du symbolisme, car d'autres l'ont fait et le feront mieux que moi.

Pourquoi j'ai tant aimé ce film malgré ses défauts évidents ? Parce que j'ai eu l'impression d’être un spectateur de 1902 découvrant le Voyage dans la lune. Aujourd'hui, tout le monde considère le film de Georges Méliès comme un chef-d'oeuvre, fondateur de tout un genre cinématographique, dont les prouesses techniques éclipsent largement un scénario assez idiot et des acteurs qui gesticulent plus qu'ils ne jouent.
Gravity nous rappelle que le cinéma, c'est autre chose qu'un récit. Le scénario ne pèse pas bien lourd dans l'histoire du septième art : 2001, Titanic, Matrix et Avatar n'ont fait date que grâce à leurs prouesses visuelles. Voilà un film conçu pour un écran large et une technologie 3D, une sorte de démo technique d'une heure et demie. Un film qui ne vit que pour et par ses effets spéciaux, justifiés par une histoire très basique et pourvue de clichés.

Tout comme Méliès, Cuaron mise sur son talent de magicien et réussit son pari : faire vivre une expérience nouvelle aux spectateurs, et marquer à jamais l'histoire des effets spéciaux, de la science-fiction et du cinéma.
dauphin_discret
9

il y a 8 ans

3 j'aime

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Gravity
Strangelove
8
Gravity

"Le tournage dans l'espace a-t-il été compliqué ?"

Telle est la question posée par un journaliste mexicain à Alfonso Cuarón lors d'une conférence de presse à propos de son dernier film Gravity. Question légitime tant Cuarón a atteint un niveau de...

Lire la critique

il y a 8 ans

232 j'aime

44

Gravity
SanFelice
5
Gravity

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

Lire la critique

il y a 8 ans

211 j'aime

20

Piège de cristal
dauphin_discret
10

"A brousse ou à hélice ?"

Bon, d'accord, 10 c'est peut être exagéré. Mais il faut au moins ça pour démarquer suffisamment Die Hard des autres films d'action. Die Hard est LE film d'action. The One. Celui qui donne ses lettres...

Lire la critique

il y a 10 ans

18 j'aime

2

The Thing
dauphin_discret
10
The Thing

Yeah, fuck you too !

Carpenter est un réalisateur cynique et nihiliste ; ses films sont tous des westerns modernes où l'amoralité flirte avec l'ironie amère, baignant dans une violence parfois aride, parfois...

Lire la critique

il y a 11 ans

16 j'aime

3

2001 : L'Odyssée de l'espace
dauphin_discret
10

À vous de voir.

Je pensais que 2001 l'odyssée de l'espace était un film. Rien n'est moins vrai. 2001 est une symphonie. 2001 est un tableau. 2001 est un poème. 2001 est une oeuvre d'art. Pour certains, voir le...

Lire la critique

il y a 11 ans

16 j'aime

2