Avis sur

Grindhouse par FlyingMan

Avatar FlyingMan
Critique publiée par le

J'ai fait partie comme beaucoup des grands déçus de Boulevard de la Mort et de Planète Terreur à sa sortie en salle en 2007. Faire un film de série Z c'est une chose, le rendre chiant comme Tarantino a pu le faire dans son Death Proof en est une autre. Longuet, bourrin, bavard, Tarantino avait fini par s'auto-parodier. Il aura fallu attendre début 2011 pour que TF1 Video se mette à distribuer enfin la version originale, la US, rassemblant donc les films de Rodriguez et Tarantino en un.

Car le concept c'est bien celui-là, c'est de payer pour un ticket de cinoche, 2 films. Faut pas s'étonner que les européens pour le même prix et ayant eu deux fois moins ont descendu la note (moyenne de 5 sur 10 pour moi). Le concept original dans nos mains sous le doux nom et hommage, Grindhouse, on comprend enfin où nos cinéphiles ont voulu en venir.

A l'instar de la blackploitation d'un Jackie Brown ou des films Kung-Fu d'un Kill Bill et souhaitant prolonger le plus loin le délire qu'ils avaient déjà eu avec Une Nuit En Enfer, nos deux amis se lancent dans un projet. 2 films de séries Z liés par des fausses bande-annonces parodiques de leurs potes Rob Zombie et autres Eli Roth.

Après une ouverture d'exploitant de cinéma digne des seventies, place à la première et la plus connue des bande-annonces, Machete qu'on ne présente plus. Planet Terreur se lance ensuite, musique groovy pour une Rose McGowan en go-go danseuse qui n'a jamais été aussi bonne. L'atmosphère est planté, erreurs voulues (reflet caméra), scène de culs gratuites, dialogues et personnages clichés et surtout bobines de films altérées (couleurs, brulures, etc...). C'est toujours une aussi grande frustration de rater la scène chaude de McGowan coupé et remplacé par les excuses de la Direction, sans doute du à un projectionniste cochon qui a voulu garder la bobine chez lui ! A l'instar de celui de Tarantino dans cette mouture les films passent d'1h45 à 1h25. Tout est plus dense, Rodriguez a réussit son pari, son film est ultra-tripant et jubilatoire.

Quant à Tarantino, malgré les vingt minutes en moins, il reste bavard. Certes des scènes ont été supprimées, mais pas assez, pire il a préféré nous priver de la danse lascive de Vanessa Ferlito ou de la scène très réussie esthétiquement de la supérette. Le trip Grindhouse est également plus décevant où l'image devient rapidement parfaite, et ce durant tout le long-métrage, d'une qualité digne d'un film de 2011. Dommage. Tarantino s'en sort avec les satisfactions du public mais fait moins bien que son compère.

Ensuite ce qui semblait être qu'un bonus se révèle finalement la grosse surprise du concept: les bande-annonces ! Vulgaires, trash, osées, humoir noir, ... Tout y passe, des fraulein topless nazies à Thanksgiving, énorme parodie des Halloween par un Eli Roth inspiré, en passant par les fausses pubs et j'en passe... L'inter-mission est une énorme surprise, raccordant le tout pour faire un ensemble avec les films de 3 heures complètement déjantés !

Grindhouse est à voir dans son ensemble, et en aucun séparé, au risque de faire écrouler tout le concept. Un concept inconnu en Europe et se révélant pourtant jubilatoire. Les deux films ne s'additionnent pas seulement, ici, l'ensemble est meilleur que la somme de chacun. Sans doute aidé par les cultissimes bandes-annonces. Bref à voir absolument !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1443 fois
21 apprécient · 1 n'apprécie pas

FlyingMan a ajouté ce film à 1 liste Grindhouse

Autres actions de FlyingMan Grindhouse