On a juste trop voulu rendre les vieux « mignons »

Avis sur Je n'ai rien oublié

Avatar Eowyn Cwper
Critique publiée par le

Depardieu joue les ahuris comme personne, mais souvent, on s'en tient là : que ce soit Tais-toi !, La Tête en friche ou Boudu, même si le film est bon, c'est un ahuri et puis c'est tout.

Heureusement, le réalisateur n'est pas chiche (enfin si, mais vous avez compris). Nous présentant à un Depardieu dont le personnage est au début de son Alzheimer, il nous introduit dans un monde bourgeois qui va nous offrir tout ce qu'il a de plus artistiquement gourmand.

Des dialogues quasiment parfaits entourés par la musique magnifiquement dosée de Klaus Badelt (compère de Zimmer) élèvent les acteurs à la hauteur d'un potentiel qui n'était déjà pas des moindres au départ. Toutes les interactions fonctionnent à merveille, sauf avec Yannick Renier qui hérite du mauvais rôle cliché du fils de bonne famille qui a mal tourné sans s'être défait de ses bonnes manières.

Alliant la superficialité de vies assez creuses à la puissance sourde de secrets profondément enfouis, le thème a pour seul accès de malchance d'être développé sélectivement, ce qui n'est pas inattendu pour une bonne adaptation mais quand même dommage. Heureusement, Chiche substitue de jolis motifs à la tension romanesque, constituant plusieurs personnages touchants qui ont tout ce qu'il faut pour convaincre, justement, dans un univers sélectif.

Au cœur de tout ce joli monde, va s'ajouter un drame un peu trop effroyable pour être honnête, mais ce n'est pas grave : on est déjà happé. Depardieu est grandiose, et pour une fois bien loin de jouer « juste » un ahuri.

Quantième Art

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 36 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Eowyn Cwper Je n'ai rien oublié