Scénario, mise en scène, photographie: Trinité du film raté

Avis sur Jeux de guerre

Avatar Ray Harryhausen
Critique publiée par le

Nous sommes ici dans une période faste pour la tête d'affiche Harrison Ford, dans la foulée d'années 80 glorieuses (Indiana Jones, Frantic, Working Girl, Witness, Mosquito Coast entre autres).

Mais faste ne veut pas dire bon; dans ce début des 90's se trouvent quelques uns des moins bons films de Ford: le Fugitif, A propos d'Henry, Sabrina et Danger Immédiat donc; à tout prendre, je préfère le début des 00's avec ses Apparence et K19.

Bref, pour la note, tout est dans le titre:

Photographie quelconque + mise en scène paresseuse+ scénario moisi = film raté.

Je peux difficilement expliciter les 2 premiers points, il faut le voir pour le croire, mais mettons face à face une scène de ce film avec (par exemple, parce que je l'ai vu récemment) CRIMSON PEAK, et vous verrez la différence comme dirait l'autre.

Bon, tout cela n'aide forcément pas le scénario bien moisi donc (je sais j'insiste); là aussi, pour faire comprendre mon point de vue un comparatif: Prometheus; oui, j'aime Prometheus, ce qui montre bien mon mauvais goût, sans compter ma critique de Jurrasic Park, mais là on s'éloigne de mon propos initial.

Donc Prometheus, scénario moisi je vous l'accorde, mais la mise en scène, la photo, rattrape le reste et fait que, sur la première vision tout au moins, j'ai aimé Prometheus.

Exemples:

SPOIL POTENTIEL

Les seins de la fille: donc Harrison voit une paire de seins (petite hein la paire, je dis ça parce qu'il là voit via une photo satellite et que moi, sur mon écran, je l'aurais pas vu) et hop hop hop, c'est la terroriste qu'il recherche, enfin, certainement, enfin il est pas sûr, mais oui quand même finalement.

L'assaut sur la maison à la fin: donc les méchants, qui traversent les frontières comme un couteau à travers une motte de beurre fondue, arrivent en bateau (ou alors ils arrivent directement d'Irlande, mais là autre problème: avec ces bateaux à moteur ?); ils débarquent dans la maison (après avoir dûment et facilement liquidé ce qui doit se faire de mieux en matière de protection rapprochée, services secrets US et UK, qui a déjà merdé en GB plus tôt dans le film), se font berner par les héros, et essayent de les rattraper en redescendant à la mer en rappel (puisque la maison est sur une falaise face à la mer); ils se font d'ailleurs à ce moment doublement berner, mais là n'est pas le propos; on se rend compte que seul Harrison Ford est monté dans le bateau pour les tromper; les autres sont restés au pied de la falaise...wait... au pied de la falaise...en rappel ?en maximum 4/5 minutes...avec aux moins 2 femmes en talons hauts dont une enceinte ? plus la petite fille qui vient d'échapper à la mort et au moins 3 semaines à l'hopital et qui n'a même plus sa rate ? on voudrait se débarrasser de ses enfants pour boire du champ tranquille qu'on ne s'y prendrais pas autrement)

FIN DU SPOIL POTENTIEL

A sauver dans le film néanmoins, la scène de l'assaut vu du centre de commandement, seul moment où la mise en scène sort de sa torpeur et en conséquence, la tension (et l'attention du spectateur) monte.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 251 fois
1 apprécie

Autres actions de Ray Harryhausen Jeux de guerre