3v3

Avis sur Kidnappés

Avatar DrSanguin
Critique publiée par le

" Jaime, Marta et leur fille, Isabel, se préparent à fêter leur emménagement dans leur nouvelle villa quand brutalement, trois hommes cagoulés font irruption... En une nuit, leur vie va basculer. "

Un pitch ultra classique pour un film qui s'avère être le prototype du petit film de genre sans prétention. En effet, il n'est pas ici pas question de réinventer la roue ou d'être plus malin que le genre mais réellement de l'investir et de le transcender par un vrai boulot de metteur en scène, ce que Miguel Angel Vivas réussi avec brio.
Pour un premier film, c'est la grande classe.

Il faut dire que le bonhomme nous vient d'Espagne, pays qui nous a tout simplement offert le meilleur du film de genre depuis plus de 6 ans (citons pêle-mêle Jaume Balagueró, Juan Carlos Fresnadillo, Nacho Cerda, Juan Antonio Bayona et autres Daniel Monzón).
Vivas ne déroge pas à la règle et s'applique ici à reproduire un formule ultra codé, à savoir un pure film de séquestration, ultra-violent et d'un nihilisme jusqu'au-boutiste. Il n'a d'ailleurs pas volé son interdiction aux moins de 16 ans, les trois hommes cagoulés faisant subir à la famille 1h20 d'humiliations et de sévices particulièrement sadiques et cruels. Le réalisateur dément bien sur toute complaisance à filmer la violence et vend même son film comme une réflexion sur cette dernière, d'en faire un portrait pour mieux la stigmatiser.
Cependant, prendre le film de cette manière revient à faire fausse route selon moi. "Kidnappés" est un film que l'on regarde pour se faire du mal, pour vivre des sensations fortes et ressortir avec les tripes nouées. Chercher une quelconque réflexion ici est une perte de temps.

Quand bien même le résultat n'est pas là, le réalisateur a mis un point d'honneur à être le plus immersif possible dans sa mise en scène, ça passe par une lumière exclusivement naturelle, des sons impurs et surtout d'incroyables plans séquences couplés à des split screen de toute beauté. Car oui, le film est composés exclusivement de plans séquences qui ne se contentent pas d'être techniquement impressionnants mais qui cherchent surtout à adopter un point de vue. Trébuchant, tombant et tremblotant en même temps que les personnages, la caméra de Vivas nous plonge au cœur du calvaire de cette famille. Il nous offre même par deux fois un split screen nous permettant de suivre deux actions ultra intenses simultanément et va même jusqu'à recouper ces 2 actions en un seul plan, sans le moindre "cut" visible à l'écran. Assez impressionnant il faut le dire.

Le seul problème du film vient finalement de son scénario qui n'a pas grand chose à raconter et dont les péripéties peuvent paraître assez vaines parfois. Il compense cependant par un vraie crescendo dans la violence, qui abouti à 15 dernières minutes suffocantes et à une scène finale d'un nihilisme hallucinant. Limite insoutenable.

Un film réservé à un public averti donc, amateur de sensations fortes et d'histoires qui se finissent mal, très mal ...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 741 fois
7 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de DrSanguin Kidnappés