Kiki la petite sorcière fut le premier gros succès de studio Ghibli, et, se plaçant au top du box-office nippon en 1989, permit l'autofinancement des prochains longs métrages du studio.

Dans ce long-métrage, on suit Kiki, une jeune fille de 13 ans, qui s'apprête à commencer sa formation de sorcellerie. Pour cela, elle doit trouver une ville où elle se plaira, loin de son foyer; elle part donc avec Jiji sont petit chat noir, et atterrit dans une petite ville près de la mer, une ville calme, aux habitants sympathiques et joyeux. Une ville pittoresque, au joli beffroi, aux chemins de terre bordés de prés, aux pierres d'un autre siècle. Un lieu idyllique où Kiki commence un job de livreuse à domicile (par balai volant) pour le compte d'Osono la gentille boulangère, gagne son indépendance et s'éveille à la vie.

Ce qui ressort avant tout de Kiki la petite sorcière (comme de tous les films de Miyazaki en fait), c'est la poésie inhérente aux personnages et aux situations. Kiki va se heurter aux difficultés que rencontre toute personne face à une autonomie nouvelle – le manque d'argent, la recherche d'un endroit où dormir, le travail – mais fait face avec une bonne humeur extrêmement contagieuse.
Portés par la musique entraînante, nous suivons la jeune héroïne au fil de son auto-apprentissage, au fur et à mesure de plus en plus adulte, de plus en plus responsable, mais toujours dotée de son âme d'enfant, capable d'appréhender les aléas de la vie avec optimisme.

Sa rencontre avec le jeune Tombo est délicieuse ; leur amitié qui se forge peu à peu est mignonne. Tous les personnages que rencontre Kiki sont adorables ; il n'y a pas de méchant démoniaque, pas d'ombre au tableau. Le seul ennemi de Kiki, c'est elle-même.

Ainsi Miyazaki fait de ce dessin-animé une fable d'initiation enchanteresse, poétique. Les dessins sont magnifiques, la musique entraînante ; la bonne humeur et la naïveté que ce film dégagent en font un film très plaisant, certes sans intensité dramatique ni aventures épiques, mais néanmoins très prenant. Kiki la Petite sorcière est d'une grande douceur, et insuffle une joie intense. A voir.
Pukhet
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste J'aime le Studio Ghibli. Pourquoi m'arrêter en si bon chemin ?

Le 29 février 2012

66 j'aime

3 commentaires

Kiki la petite sorcière
Hypérion
8

La magie des airs nous emporte

Kiki la petite sorcière, s'il n'a pas la gravité d'un Mononoké, le caractère sacré d'un Chihiro ou le spleen d'un Porco Rosso, reste un petit bijou de film d'animation habilement déguisé en innocent...

il y a 11 ans

114 j'aime

5

Kiki la petite sorcière
Pukhet
9

La jolie petite sorcière.

Kiki la petite sorcière fut le premier gros succès de studio Ghibli, et, se plaçant au top du box-office nippon en 1989, permit l'autofinancement des prochains longs métrages du studio. Dans ce...

il y a 11 ans

66 j'aime

3

Kiki la petite sorcière
Fritz_the_Cat
8

Genèse mouvementée d'un petit film devenu grand

Voilà un film qui occupe une place particulière dans la filmographie de Miyazaki. Au départ, Kiki la petite sorcière était une simple commande avant que le long-métrage, une fois achevé, ne tisse des...

il y a 9 ans

61 j'aime

17

Le Lauréat
Pukhet
10
Le Lauréat

It's like I was playing some kind of game, but the rules don't make any sense to me.

Au tout début, il y a cette scène d'introduction parfaite. Plan fixe, Ben dans l'avion, parmi les autres voyageurs, perdu. Second plan, Ben, sur un escalator, toujours le regard fixe, vague et porté...

il y a 10 ans

69 j'aime

4

Le Château ambulant
Pukhet
10

Bien sûr que je reste objective quand je parle de Miyazaki !

Hayao Miyazaki a fait du très bon. Porco Rosso, Mon Voisin Totoro, Le Voyage de Chihiro... Mais Le Château Ambulant, à mes yeux, reste le Miyazaki qui me parle le plus. Parce que l'histoire...

il y a 10 ans

69 j'aime

7

Kiki la petite sorcière
Pukhet
9

La jolie petite sorcière.

Kiki la petite sorcière fut le premier gros succès de studio Ghibli, et, se plaçant au top du box-office nippon en 1989, permit l'autofinancement des prochains longs métrages du studio. Dans ce...

il y a 11 ans

66 j'aime

3