J'ai presque des remors d'avoir critiqué Dora l'exploratrice...

Avis sur Kuzco 2 : King Kronk

Avatar flippymaxime
Critique publiée par le

Comment décrire la déception que j'ai ressenti face à ce désastre...

Le dessin :

Alors ici, on ne sait pas pourquoi mais Yzma est revenu d'un séjour dans un centre de chirurgie esthétique. Les traits gommés, les couleurs réhaussé, et elle se paye en plus un queue de chat immonde et hors de propos (soit on prend l'histoire après et elle est toujours en chat, soit elle a été assez doué pour se retransformer en humaine... mais pas les deux !)
Fini les moments sombres, les bestioles aux allures méchantes... Non ici, la créature la plus dangereuse est un poussin. Tout est édulcoré, j'ai eu l'impression de vomir des arc-en-ciels par les yeux. D'ailleurs je n'ai vu aucune situation dangereuse dont le héro aurait pu se tirer de façon magistrale... Pourtant la scène des panthères du 1 reste un moment cultissime, ça prouve que ça marche ce genre d'humour...

L'humour :

C'est simple, il n'y en a quasiment aucune trace. Non, ici on se contente de faire de la citation, du clin d'oeil, de la référence... Sauf qu'une référence se doit d'être subtile et placé pile au bon moment... Ici, on a des allusions à d'autres œuvres en bloc. À croire qu'a défaut de pouvoir faire rire, ils se sont dit que faire un clin d'œil à un film beaucoup plus qualitatif serait une bonne idée.

Et puis Kronk... Sérieusement... Le larbin béta et completement à coté de la plaque du 1, celui qui immite une statue, qui lève les bras dans le toboggan (d'ailleurs on a le droit à un remix de cette scène culte, mais avec un placement de produit pour les parcs disney, et la même scène en moins bien) ; bref, cet adorable Kronk, devient complètement commun... Il n'est absolument plus à coté de la plaque, non, là il est simplement Konk (le K final est muet).

Quant aux quelques gags... Ils sont prévisibles, pas drôles, voire lourds. On se demande juste qu'où le film descend dans la nullité.

L'histoire :

Bon, autant le 1 était un chef-d'œuvre tant son décalage et son humour avec l'univers habituel Disney, autant le 2 lui se contente d'une banalité sans nom... L'histoire classique du prince et de la princesse et du vieux happy end absolument pas probable... Je veux dire que même dans un Disney, aucun personnage ne peut changer de “terreur absolue” à “si tu savais comme je t'aime ! Dans mes bras !” en si peu de temps. Le père de Kronk ne peut-être que bipolaire, sinon je vois pas.
Où alors c'est le fromage qui lui a grillé le cerveau (pourtant j'ai eu beau essayer avec un régime raclette, après 45Kg et une nouvelle encadrure de porte, mon cerveau était intact).

Je ne parlerai pas de Kuzco, car ici le film s'appelle “Kronk's new groove”, donc pas de référence directe à Kuzco, bien qu'on aurait aimé voir son histoire se croiser, plutôt qu'un simple “salut ! Bon bin j'me casse !” vu qu'il s'agit quand même d'une suite.

Et puis cette diva... Mince quoi ! Le roux frisé était très bien... Alors je sais, il faut montrer l'égalité maintenant, mais bon, sérieusement... La seule personne à la peau sombre (d'ailleurs certain villageois aurait pu être moins blanc, surtout ceux qui bossent dehors) ressemble à un croisement entre Naomi Campbell et mimi matty. On peut pas faire plus cliché... Et puis de toute façon, les seules VRAIES diva de Disney, ce sont celles de Hercule.

En conclusion :

La dernière fois que j'ai vu quelque chose tomber si bas, c'était un caillou qui tombait au fond du gouffre de Padirac... Et même cette caillasse tombait moins rapidement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 757 fois
4 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de flippymaxime Kuzco 2 : King Kronk