👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce film qui relate un désastre réellement survenu en 1937 au célèbre zeppelin, orgueil du Troisième Reich, s'inscrit dans la vogue des films catastrophe de la décennie 70. Robert Wise utilise donc les éléments inhérents de ce type de films (gros casting, présentation des personnages, suspense, dernières scènes spectaculaires), même s'il ne figure pas parmi les grandes réussites du genre, mais il se laisse voir sans trop d'ennui. Certes, un peu trop de bavardages qu'il aurait été bon d'élaguer, un suspense un peu mou par endroits, et une scène finale d'incendie au spectaculaire un peu maladroit, à cause de son mélange d'images d'archives et d'images tournées, rendent le film à première vue peu attrayant, mais ce n'est qu'une impression relative.
Le scénario adopte la thèse du sabotage, bien que ça n'ait jamais été prouvé des 2 côtés de l'Atlantique ; en tout cas, ce fut une des premières catastrophes majeures du siècle, qui causa la ruine et la fin des dirigeables chargés d'hydrogène liquide jugés trop dangereux. La plupart des péripéties étant romancées, les 2 points forts résident dans la reconstitution du Hindenburg qui relève presque de l'exploit à l'époque, aussi bien extérieurement qu'intérieurement, tout est conforme. De même que les effets spéciaux sont au top pour 1975, le savoir-faire hollywoodien répond présent. Enfin, les acteurs font le job et apportent leur contribution à ce spectacle, que ce soit George C. Scott toujours parfait en officier allemand humain, Charles Durning en capitaine, Roy Thinnes (le David Vincent des Envahisseurs) dans son rôle de surveillant gestapiste, William Atherton, René Auberjonois, Gig Young, Burgess Meredith, Richard Dysart... seule Anne Bancroft a un rôle assez incolore. Un honnête huis-clos aérien conçu pour la détente, et qui n'a pas d'autre prétention.

L'Odyssée du Hindenburg
Docteur_Jivago
4

Titanic des airs

Robert Wise en est au crépuscule de son immense carrière lorsqu'il met en scène L'Odyssée du Hindenbourg, où il est question d'une alerte à la bombe dans le célèbre dirigeable symbole du Troisième...

Lire la critique

il y a 3 ans

17 j'aime

8

L'Odyssée du Hindenburg
Pruneau
7

Ballon décès

Bon film catastrophe et honnête huis clos. Robert Wise (l'homme à la filmo la plus éclectique au monde) assure le service. Comme j'aime bien les dirigeables (c'est rigolo comme truc quand même), ben...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime

2

L'Odyssée du Hindenburg
Ugly
6

Huis-clos en plein ciel

Ce film qui relate un désastre réellement survenu en 1937 au célèbre zeppelin, orgueil du Troisième Reich, s'inscrit dans la vogue des films catastrophe de la décennie 70. Robert Wise utilise donc...

Lire la critique

il y a 4 ans

9 j'aime

6

Mourir peut attendre
Ugly
5

Au fond, ce n'est qu'un numéro

Le voila enfin ce dernier Bond de Craig ! Après s'être fait attendre plus d'un an pour cause de covid, sans cesse repoussé, mon attente était énorme, il fallait que cet arc Dan Craig finisse en...

Lire la critique

il y a 9 mois

108 j'aime

156

Gladiator
Ugly
9
Gladiator

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Lire la critique

il y a 5 ans

87 j'aime

31

Les Douze Travaux d'Astérix
Ugly
8

Le laissez-passer A-38

Ce troisième dessin animé Astérix est souvent reconnu comme le meilleur, je le confirme, et ce pour plusieurs raisons, la première étant que ce n'est pas l'adaptation d'un album existant, les...

Lire la critique

il y a 4 ans

77 j'aime

65