Affiche La Jeunesse de la bête

La Jeunesse de la bête

(1963)

Yaju no seishun

12345678910
Quand ?
7.1
  1. 1
  2. 1
  3. 3
  4. 4
  5. 23
  6. 62
  7. 124
  8. 84
  9. 9
  10. 5
  • 316
  • 20
  • 282

Pour s'introduire au sein de l'organisation criminelle responsable de la mort d'un collègue, le détective Tajima adopte une conduite de brute épaisse.

Casting : acteurs principauxLa Jeunesse de la bête
Casting complet du film La Jeunesse de la bête
Critiques : avis d'internautes (14)
La Jeunesse de la bête
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de La Jeunesse de la bête par Cinemaniaque

Plus sérieux que Détective bureau 2-3 mais aussi plus radical dans son scénario et son traitement, La jeunesse de la bête est à la fois un film noir baroque et pop et une critique virulente des films de yakusa (un dialogue dit : "vous les caïds, vous avez tous le même scénariste !"), d'une part, et du Japon plus globalement d'autre part. Suzuki tente fréquemment des expérimentations visuelles... Lire l'avis à propos de La Jeunesse de la bête

3
Avatar Cinemaniaque
8
Cinemaniaque ·
Découverte
L'Infiltré

La Jeunesse de la Bête se révèle être une oeuvre particulière, où un scénario assez confus déroute presque autant que la mise en scène est sublime à bien des égards. Pourtant, le scénario débute assez bien, avec une histoire certes guère originale d'infiltration dans la mafia, mais ô combien intéressante et potentiellement efficace. La suite ? Hé ben, elle part un...

14
Avatar Docteur_Jivago
7
·
D'estoc et détails

Chez les gangsters de Suzuki, le règle est simple : pas de milieu dans le Milieu. Soit c'est énorme, ça hurle, ça explose, ça grimace, soit c'est minuscule et ça se cache dans les coins. Et un peu comme dans un poème de Baudelaire, les personnages semblent errer dans des des forêts de symboles qui les observent avec des regards familiers. Encore une fois, le scénario est confus et n'a... Lire l'avis à propos de La Jeunesse de la bête

17 20
Avatar Senscritchaiev
7
Senscritchaiev ·
Critique de La Jeunesse de la bête par Kalopani

Après avoir mis son savoir-faire au service du polar avec quelques réalisations efficaces, Seijun Suzuki va commencer à adopter un style beaucoup moins conventionnel en s'essayant aux expérimentations visuelles et narratives, n'hésitant pas à adopter un ton critique à l’égard du monde yakuza et, à travers ce microcosme, à tailler gentiment un costard à une société nippone éternellement tiraillée... Lire l'avis à propos de La Jeunesse de la bête

14 2
Avatar Kalopani
6
Kalopani ·
Suzuki veut gagner des moignons

Des années que j'attendais ça, mon dépucelage Suzuki qu'un sort malin m'empêchait depuis longtemps de jeter aux orties... Conditions optimales : un hôte et des convives d'exception, des raviolis ravissants, de la suze gouleyante, des glaçons rares et précieux, le seul fauteuil en plus, que ma goujaterie m'imposa sans remords... Et pour couronner le tout, une salade de fruits que Bourvil aurait... Lire la critique de La Jeunesse de la bête

13 12
Avatar Torpenn
6
Torpenn ·
Toutes les critiques du film La Jeunesse de la bête (14)