Poil à gratter raté

Avis sur La Mort de Staline

Avatar forêt fantôme
Critique publiée par le

Genial showrunner de la serie Veep, l'écossais Ianucci propose une comédie autour du chaos qui a régné après la disparition subite de celui qui s'était fait appelé modestement l'homme de fer (litteralement "Staline"). On va pas se mentir camarades, la finesse de l'humour anglais qui parodie à chaud les travers de la politique spectacle americaine passe mal l'oural.

Servi par un casting pourtant exceptionnel (le rôle de l'ex Monthy Python Michael Palin est parfait en brainwashé du Parti), cette farce recourt inlassablement au même ressort: le totalitarisme assassin et kafkaien imposé par feu le dictateur.
Un peu de pipi par ci, un peu de vodka par là, des meurtres politiques expeditifs à la chaîne, la conquête du pouvoir se fait à coups d'intrigues indignes et de coups bas. Malheureusement l'ironie fini par cèder à une moquerie un poil infantile. L'humour en dessous de la ceinture piétine les brèves situations réellement absurdes qui se veulent dénonciatrices de ce qui, pourtant, devait être le quotidien du Kremlin en 1953. Animées par une fine équipe de de politiques pas très machiaveliques, plus ou moins lucides sur l'état de leur régime et de leur ego, on suit les intrigues faiblardes de double discours de ces pauvres pantins dépassés, tous la trouille au ventre de se faire abattre sommairement par le KGB dans la rue, dans un vestiaire ou dans leur douche. Ainsi la joyeuse troupe finie par lasser au bout de la douzième vanne paranoiaque, noyées dans quelques quiproquos qui se voudraient pétillants comme du Lubitch, mais qui deviennent à la longue fins comme du bon gros goulash. Evidemment aucune trace de la moindre charge politique, de la moindre perspective historique, et au bout de dix minutes l'humour noir vaguement osé du début du film sombre dans la paresse, on somnole devant cette enfilade de sketchs, parfois vaguement réveillé par un nouveau coup de feu dans la tête d'un innocent qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. -SPOILER- On sauvera la sequence de Kroutchev et sa femme pendant leur petit dej, qui actualisent la liste des sujets et blagues qui on fait rire ou non Staline la veille, pour être sur de ne pas faire de faux pas en sa présence le jour même et finir au goulag... Mais si elle rélève de façon très fun la schizophrénie généralisée du pouvoir cela ne restera un peu mince pour nous tenir pendant 1h20 dans les couloirs en cartons qui servent de décor.

Le pire des crimes d'une comédie est sans doute de ne pas aller au bout de son potentiel grotesque: à force de se croire subtilement subversive, c'est elle-même qu'elle fini ici par tourner en ridicule, au lieu du régime bureaucratique communiste. Et c'est sans doute ça, la plus grande vulgarité du film. Vous avez juste quarante ans de retard les mecs, le mur ils se sont débrouillé sans vous à Berlin. Pourquoi raconter cette histoire qui avait tout pour être captivante aujourdhui, mais avec ce traitement pouet pouet? Bref, j'aurais préféré voir ce truc tourné par les frères Farrelli au moins on serait clair sur la démarche et on se serait franchement marré.

Irritante, "la comédie anglaise la plus drôle depuis des années" finie par être plat et redondant comme le paysage de sibérie, pour un long métrage capilo-tracté qui aurait surement trouvé un meilleur rythme découpé en miniserie pour HBO, et dont le seul mérite aura été de redonner une occasion de prouver que la liberté d'expression eh ben c'est pas demain la veille pour nos amis russes.
Le film y a été interdit: la censure, elle, est bien vivante.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 734 fois
6 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de forêt fantôme La Mort de Staline