Le post-apo traité sous le filtre du réalisme

Avis sur La Route

Avatar Jean-Christophe Nys
Critique publiée par le

Un père et son jeune fils voyagent à travers l'Amérique quelques années après une catastrophe qui a recouvert le monde de cendres et détruit presque toute vie végétale et animale. Réalisant qu'ils ne peuvent pas survivre à l'hiver, l'homme emmène son garçon vers la mer, dans le sud, le long de routes désertes, poussant leurs maigres possessions dans un cadis de supermarché. Ils rencontreront toutes sortes de dangers et d'étranges protagonistes lors de ce voyage.

La route nous plonge dans un monde cataclysmique pire à ce que tout ce que le post-apo nous avait habitué.
Loin des délires fantaisistes (mais non moins grisants) d’un Mad Max ou d’un Turbo Kid, le film nous confronte à l’affreuse réalité de ce que deviendrait notre monde après une catastrophe mondiale… nucléaire, écologique ? Autre ? Ça, on ne nous le dire jamais.

Chaque pas sur cette route s’avère une épreuve pour nos héros comme pour le spectateur, les faisant passer de la peur, à la pitié, au dégout jusqu’au désespoir… bien que les dernières minutes de ce long périple laissent une lueur salvatrice d’espérance.

J’ai aimé l’économie d’informations et de dialogues qui m’a plongé dans l’action au côté des personnages. Viggo Mortensen est parfait dans son rôle du père, angoissé, blessé, meurtri mais porteur de la responsabilité ultime de la vie de son enfant et pour qui il sacrifiera tout.

Bref, pour moi un très grand film. Peut-être la meilleure oeuvre post-apocalyptique jamais produite.
Alors pourquoi un 9 et pas un 10? Parce qu'après j’ai lu le livre…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 106 fois
2 apprécient

Autres actions de Jean-Christophe Nys La Route