Le bonheur est devant l'écran

Avis sur Le Bonheur est dans le pré

Avatar Joachès
Critique publiée par le

D'un coté, Francis Bergeade (Michel Serrault) industriel à Dôle, il fabrique et vend des lunettes W.C., des balais de toilettes et autres accessoires de ce genre. Son entreprise est au bord de la faillite, ses ouvrières sont en grèves et des contrôleurs fiscaux arrivent. Chez lui aussi tout va mal : Nicole sa femme (Sabine Azéma) et sa fille Géraldine (Alexandra London), bourgeoises coincées qui ne connaissent rien à la vie, lui pourrissent l'existence et vident ses coffres. Seul rayon de soleil, son ami, le truculent Gérard (Eddy Mitchell) le concessionnaire Renault de la ville. Avec lui, il peut manger, boire et rire.
De l'autre coté, la famille Thivart, qui fabriquent du foie gras dans le Gers. Celle-ci profite d’une émission comme « Perdu de vue » pour tenter de retrouver Michel, le mari de Dolorès (Carmen Maura) et le père de ses filles. Or, Michel Thivart se trouve être le sosie parfait de Francis. Dôle est en ébullition, Francis manque d’être étripé par son épouse et personne ne le croit Francis quand il affirme que ce n'est pas lui. Sans savoir si c'est une connerie il accepte de passer dans l'émission. Suite à cette émission Nicole demande l'accuse de bigamie et réclame tous ses biens. Épuisé par les soucis, il décide de se faire passer pour Michel Thivart. Il quitte alors le Jura pour le Gers. Malgré quelques surprises, Francis/Michel va trouve le bonheur dans le pré.

Une petite anecdote avant de vous donner mon avis. C'est Jean Carmet qui devait avoir le rôle du bon vivant Francis, mais la mort ne lui en a pas laissé le temps.

« Le bonheur est dans le pré » mais aussi devant l’écran. Etienne Chatilliez signe là une bonne petite comédie. C’est un bon film, qui donne le sourire. Du moins, il me le donne. Servi par des comédiens au sommet, le Soleil, de bons dialogues, ... ça donne envie de partir vers le Sud par les petites routes de campagnes et s'arrêter dans de bons petits gastos (restos).

Ce que j’aime dans ce film c’est l’histoire, les comédiens qui interprètent tous très bien leur rôle et ça parle de bouffe.
Au « Laboureur », l’hôtel-restaurant tenu par Daniel Russo et Catherine Jacob, la route vers Condom devient une route gastronomique, dans le Gers ça parle bouffe encore.
Les paysages sont bien choisis. On voit la ville de Dôle que l’on ne voit pas souvent au cinéma, une ville industrielle en perte de vitesse où le climat n'est pas toujours facile. On voit surtout le Gers, un département magnifique, avec ses champs où alterne le doré et le vert sous un soleil éclatant. Etienne Chatilliez nous montre le vieux centre de Condom, la campagne gersoise illuminée par un magnifique soleil, qui donne envie de partir là bas. Pour moi qui suis gourmand, voir goinfre parfois, qui adore le canard, cette terre du Sud-Ouest *(j'ai un peu de sang gascon).
Un film où tous les comédiens jouent bien que ce soit Serrault, Mitchell, Maura et Azéma. Serrault et Maura jouent les gens simples qui aiment la vie, Azéma et Virginie London jouent à la perfection les bourgeoises coincées et Eddy Mitchell qui joue à la perfection le concessionnaire truculent, ... ce film me donne le sourire, surtout quand il fait gris et froid.

Mais y'a plus que ça dans ce film. Je m'en suis aperçu la dernière fois. Michel Serrault harcelé de tous les côtés dans le Jura plaque tout pour tenter l'aventure. Là bas il trouve enfin la paix, une famille, une ville pleine de vie. Il va même redécouvrir l'amour. Dolorès qui sait très bien que son mri est sans doute mort et que Francis n'est pas son mari l'adopte tout de suite. Francis est l'opposé de Michel, gentil, tendre, travailleur, ... . De son côté Francis lui trouve les mêmes qualités. Et ce qui au départ était une aventure qui l'intimidait devient son quotidien pour son plus grand bonheur.
C'est ça aussi qui me plaît dans ce film. Parce que même si je ne me vois pas étriper les canards (trop sensible), je me reconnais dans ce personnage de Francis qui trouve la paix dans ce Sud-Ouest auprès de cette femme, dont les qualités me font penser un peu à la mienne.

Pour finir, plus je regarde ce film et plus il monte dans mon classement "Mes films préférés".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1017 fois
8 apprécient

Joachès a ajouté ce film à 24 listes Le Bonheur est dans le pré

Autres actions de Joachès Le Bonheur est dans le pré