👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est une chronique du milieu inspirée par un roman de José Giovanni, mais qui s'éloigne du style série noire à la française, avec le pittoresque de Pigalle et ses truands folkloriques, on retrouve plutôt ici le style du film noir américain des années 40-50, celui de Hawks, Dassin, Walsh ou Huston... on sait que Melville est le cinéaste français qui s'en est le plus approché. Le Deuxième souffle est une sorte de sans faute, tout y est à sa place, le scénario, très classique, pour ne pas dire conventionnel, fonctionne parfaitement, le héros, ses amis (sa soeur, ses complices), ses ennemis (certaines crapules), ses adversaires naturels (la police), agissent en fonction de leur statut. Ce monde des truands organisé comme n'importe quelle entreprise, avec un code et une morale, est remarquablement rendu. Melville ne juge pas, il s'intéresse comme souvent, aux comportements humains, aux rapports d'amitié, de loyauté, mais aussi de force.
Lino Ventura, sorte de Bogart usé, marqué, triste et lucide, est pris dans un engrenage d'événements, où la police, par ses méthodes habiles, précipite la fatalité criminelle. L'action et la psychologie vont de pair, avec quelques ambiguïtés. Dans un style sec, épuré, volontairement lent, Melville joue sur l'attente, le vide, le silence et la peur, les regards sont parlants et intenses, les gestes prennent une signification comme une poignée de main, une accolade qui chez ces truands, révèlent l'affection des hommes d'honneur. Cette solidarité des truands aujourd'hui n'est plus qu'un mythe. Le film revêt un sens tragique car le destin de Gu est écrit dès le début, il ne peut y échapper, c'est un implacable compte à rebours. De plus, la date et l'heure s'affichent régulièrement sur l'écran, comme autant d'actes d'une tragédie, d'une fatalité.
Ce qui manque à cette trop grande rigueur, accentuée par un noir & blanc superbe (le dernier pour Melville avant de passer à la couleur), c'est un peu d'âme, une certaine vibration que l'on retrouve justement dans les polars américains. Mais ce n'est pas bien grave, car Melville nous offre un de ses plus beaux films, aidé par un acteur exceptionnel comme Lino, entouré d'une équipe remarquable, où chacun est parfaitement installé dans des emplois faits pour eux : Marcel Bozzuffi, Raymond Pellegrin, Paul Frankeur, Michel Constantin... sans oublier Paul Meurisse au jeu d'un flegme fabuleux (son entrée lors de sa première scène dans le bar est fantastique, un vrai numéro d'acteur), et l'étonnante Christine Fabréga que Melville avait remarqué à la télévision, et qui fait d'elle un personnage féminin d'une étrange vérité.
Un polar oppressant et dur, admiré par des gens comme Tarantino, John Woo ou Scorsese, et qui pourtant est totalement à l'opposée de leurs styles respectifs, car il n'est ni clinquant, ni ironique, sans ralentis ni effets choc, c'est juste une perle noire à voir absolument.

il y a 4 ans

23 j'aime

30 commentaires

Le Deuxième Souffle
Kalian
9

Melville lumière

La meilleure façon de décrire Le deuxième souffle est à mon sens de préciser qu'il est parfaitement représentatif du style Melville. On y retrouve en effet tous les thèmes chers au réalisateur : la...

Lire la critique

il y a 11 ans

50 j'aime

5

Le Deuxième Souffle
Docteur_Jivago
8

Le choix de sa mort

C'est vraiment avec Le Deuxième Souffle que la seconde vie de Melville commence, celle des polars noirs épurés où l'action et la tragédie sont privilégiées face aux dialogues et potentielles...

Lire la critique

il y a 6 ans

30 j'aime

2

Le Deuxième Souffle
Ugly
8

Polar oppressant et dur

C'est une chronique du milieu inspirée par un roman de José Giovanni, mais qui s'éloigne du style série noire à la française, avec le pittoresque de Pigalle et ses truands folkloriques, on retrouve...

Lire la critique

il y a 4 ans

23 j'aime

30

Mourir peut attendre
Ugly
5

Au fond, ce n'est qu'un numéro

Le voila enfin ce dernier Bond de Craig ! Après s'être fait attendre plus d'un an pour cause de covid, sans cesse repoussé, mon attente était énorme, il fallait que cet arc Dan Craig finisse en...

Lire la critique

il y a 7 mois

106 j'aime

146

Gladiator
Ugly
9
Gladiator

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Lire la critique

il y a 5 ans

87 j'aime

31

Les Douze Travaux d'Astérix
Ugly
8

Le laissez-passer A-38

Ce troisième dessin animé Astérix est souvent reconnu comme le meilleur, je le confirme, et ce pour plusieurs raisons, la première étant que ce n'est pas l'adaptation d'un album existant, les...

Lire la critique

il y a 4 ans

77 j'aime

65