👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une des oeuvres majeures de la filmographie exceptionnelle de Melville.
Le film noir dans toute sa splendeur: la violence, la vengeance, des truands, des "gueules" (Bozuffi, Constantin) de longues scènes sans dialogue (la préparation du casse) face aux longs monologues savoureux d'un Paul Meurisse exceptionnel ( Son entrée en scène dans cette boite..)
Et certainement le plus grand rôle de Ventura
La vie très dure du milieu ou l'once d'humanité et le citoyen lambda n'a pas sa place. On suit leur destin forcément fatal et tragique pendant 2h30 sans ennui .

il y a 4 ans

Le Deuxième Souffle
Kalian
9

Melville lumière

La meilleure façon de décrire Le deuxième souffle est à mon sens de préciser qu'il est parfaitement représentatif du style Melville. On y retrouve en effet tous les thèmes chers au réalisateur : la...

Lire la critique

il y a 11 ans

50 j'aime

5

Le Deuxième Souffle
Docteur_Jivago
8

Le choix de sa mort

C'est vraiment avec Le Deuxième Souffle que la seconde vie de Melville commence, celle des polars noirs épurés où l'action et la tragédie sont privilégiées face aux dialogues et potentielles...

Lire la critique

il y a 6 ans

30 j'aime

2

Le Deuxième Souffle
Ugly
8

Polar oppressant et dur

C'est une chronique du milieu inspirée par un roman de José Giovanni, mais qui s'éloigne du style série noire à la française, avec le pittoresque de Pigalle et ses truands folkloriques, on retrouve...

Lire la critique

il y a 4 ans

23 j'aime

30

Une autre femme
Chicago
7

La fraise sauvage d'Allen !

Alors qu’elle est persuadée d’avoir parfaitement mené son existence jusqu’à ses 50 ans, Marion découvre par procuration qu’elle est en réalité passée totalement à côté de ce qui fait le sel de la...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

Un peu de soleil dans l'eau froide
Chicago
9

Une femme admirable et bouleversante

Inconnue, elle était ma forme préférée, Je n’avais pas le souci d’être un homme, Et, vain, je m’étonne d’avoir eu à subir Mon désir comme un peu de soleil dans l’eau froide. Paul Eluard. Lassé de sa...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

Une place au soleil
Chicago
9

Pur chef d'œuvre !

Récit d’une ascension sociale ratée, ce film bénéficie d’une interprétation remarquable de Montgomery Clift. Derrière une façade discrète, on perçoit l’ambition. Mais cette ambition n’est pas...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime