Le pitoyable monde de Disney.

Avis sur Le Monde fantastique d'Oz

Avatar jojo691338
Critique publiée par le

Moi qui ait toujours considéré Sam Raimi comme une sorte de cinéaste saltimbanque, le voir aux commandes d'un film sur le magicien d'Oz ne me surpris guère. Cependant ma hâte s'arrêta net quand j'appris que le film allait être produit par le studio aux grandes oreilles. En effet, cela fait depuis dix ans que, de mon point de vue, la société Walt Disney Pictures bat de l'aile en enchaînant les films d'animations tout aussi mauvais les uns que les autres même si j'avoue que je suis plutôt assez sévère envers ce genre de film. Et au fait c'est moi qui déteste Pixar au cas où vous ne le savez pas déjà.
Il faut croire que Disney a pris pour habitude d'engager de bons cinéastes pour réaliser des films en live et de leur priver de toute liberté créatrice (oui je pense à Alice in Wonderland de Tim Burton et oui je pense à Oz The Great and The Powerful de Sam Raimi). En effet, ce sont dans ces films que ces deux réalisateurs ont réalisés leur œuvre la moins inspirée, la plus plate.
Revenons au long-métrage de Sam Raimi. Oui, le film partait très bien avec cette très bonne idée de faire débuter le film en format 4:3 et en noir et blanc. En effet, l'introduction est ce qu'il y a de mieux dans le film et c'est l'un de seuls moment où l'on retrouve la poésie enchanteresse de Sam Raimi avec un peu d'éléments autobiographiques. Oz est un magicien, Raimi est un cinéaste et ces deux métiers ont à peu près le même but à savoir de faire croire aux spectateurs ce qui est tout bonnement irréel. Le parallèle est fait et si le film s'arrêtait là, il aurait été beaucoup plus réussis... Sauf que cette introduction dure seulement quinze minutes et qu'après on doit se taper une heure quarante-cinq de divertissement qui le met au même rang qu'Alice au pays des merveilles de Tim Burton. Impossible de ne pas établir un parallèle entre les deux films : univers moches et tout est tourné sur fond vert (purée qu'est-ce que les effets spéciaux sont laids...), même compositeur à savoir Danny Elfman (j'ai préféré son boulot sur Alice)...
Cette épopée à travers le monde d'Oz est d'une platitude assez alarmante, d'un ennui mortel et si le plaisir est là chez les enfants, difficile pour les parents d'y trouver un quelconque intérêt à part peut être de comparer cette version à la version de Victor Fleming (que je n'ai pas vu), voire même à la version de Larry Semon (que je n'ai pas vu non plus). D'ailleurs le film de Sam Raimi est tellement misérable que je ne m'avancerai pas trop en disant que les films de Fleming et de Semon ne peuvent pas être pire que celle-ci. Et ce n'est pas cet hommage au cinéma lors du bouquet final qui va faire relever le niveau du film.
Que reste t-il finalement de la mise en scène de Sam Raimi ? Eh bien pas grand chose, moi qui suis pourtant fan du cinéaste américain (plus dans ses délires horrifiques que dans ses Spider-Man), on retrouve parfois son style dans quelques moments de fulgurance de pur délire graphique (la transformation de Rachel Weisz fait énormément penser à la vieille démoniaque qui attaque Ash au super-marché S-Mart (ou Pribas) dans Evil Dead 3 : Army of Darkness. Sinon, une fois de plus le rouleau compresseur Disney écrase le réalisateur à tel point que ce même film aurait été réalisé par le premier tâcheron venu que le résultat aurait été le même.
Sam, s'il te plaît, reviens au genre horrifique et arrête tes conneries !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 270 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de jojo691338 Le Monde fantastique d'Oz