Le tableau maudit

Avis sur Le Portrait de Dorian Gray

Avatar Ugly
Critique publiée par le

Le Portrait de Dorian Gray est non seulement un chef-d'oeuvre de la littérature fantastique, mais aussi un grand classique du cinéma fantastique, mais un fantastique étrange, malsain et un peu onirique. Les grandes oeuvres littéraires ont parfois été trahies en étant portées à l'écran, mais ce roman d'Oscar Wilde, probablement son oeuvre la plus achevée et la plus sensible, a au contraire généré un film superbe qui restitue toute la sombre beauté du roman, ainsi que son côté trouble et sa dimension diabolique, éléments qu'on retrouve aussi dans "le Cas du Dr jekyll et de mr Hyde" écrit par Robert-Louis Stevenson dans cette fin d'Angleterre victorienne.
A cette même époque, Conan Doyle crée Sherlock Holmes, et un assassin mystérieux terrifie Londres en mutilant des prostituées (Jack l'éventreur). On retrouve tous ces éléments troubles et cette atmosphère victorienne chez Dorian Gray, ce mélange d'encanaillement des riches dans les bas-fonds londoniens, d'homosexualité latente, de raffinement très anglais, de corruption et d'avilissement contenus dans un tableau qui supporte toute la décrépitude d'un jeune lord ayant signé un pacte maléfique.
Tout ceci est merveilleusement servi par Albert Lewin qui en tant qu'esthète raffiné, a bénéficié du soin réputé des décorateurs de la MGM, et composé chaque image de ce conte fantastique avec une précaution d'orfèvre, jusque dans ses plans du fameux tableau en couleur, afin de faire mieux ressortir d'abord la beauté angélique du jeune Dorian, puis pour en stigmatiser la débauche symbolisée par la laideur progressive du portrait qui porte tous les péchés de Dorian, même les plus sordides et les plus abominables. Avec son dialogue ciselé, son noir et blanc somptueux qui donne un aspect menaçant, ses plans en couleur du tableau maudit, et ses acteurs, le film est un pur joyau du cinéma fantastique qui nous plonge dans les ténèbres de l'âme humaine.
Pour incarner Dorian Gray, Lewin a opté pour Hurd Hatfield, acteur beau comme un dieu à l'époque, et au jeu délicat, qui reste inoubliable dans ce personnage ténébreux, cynique et torturé, mais dont la carrière sera ensuite en demi-teinte, un peu comme si le fait d'avoir été Dorian Gray avait rendu impossible sa réapparition avec un visage plus âgé. Face à lui, l'immense George Sanders incarne de façon prodigieuse un gentleman érudit et encore plus cynique qui se délecte à jouer une sorte de génie du mal (qui dans le roman et le film est le personnage principal), et la séduisante Angela Lansbury (dont c'était seulement le second film), est une bouleversante chanteuse de music-hall ; le cast est complété par le très smart Peter Lawford et la délicieuse Donna Reed.
A noter que le tableau ayant subi différentes métamorphoses à la place de Dorian qui garde son éternelle jeunesse, a été peint par 2 artistes : Henrique Medina pour le portrait du Dorian jeune et beau, et Ivan Albright pour le portrait du Dorian décrépit portant les stigmates de ses vices.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 293 fois
26 apprécient

Ugly a ajouté ce film à 7 listes Le Portrait de Dorian Gray

Autres actions de Ugly Le Portrait de Dorian Gray