Et bah non, c’est pas drôle, bande de trous du cul

Avis sur Le Silence des jambons

Avatar Witzenoglewsky Rabourdin
Critique publiée par le

[Les commentaires qui vont suivre ont été pensés et écrits en direct pendant le visionnage de cette merde. Je vous préviens, c'est assez long.]

Alors déjà, petite révolution: On inscrit le lieu où se passe la scène, le narrateur le dit, une voix off le répète…

Bon déjà le personnage principal s’appelle Jo Dee Fostar… Ça commence bien… ou mal… je sais pas…

L’humour un peu burlesque de ce film m’a l’air assez lamentable…

Donc là le mec entre dans le bureau de son boss au FBI… Y’a un poisson rouge dans la fontaine à eau… Très bien…

Et maintenant un faux raccord qui m’a l’air volontaire… Mais il ne sert à rien sinon à dire “Regardez ! On a fait un faux raccord ! c’est trop LOL !”

Un bus qui passe dans le couloir d’un immeuble… OK, mettons…

Putain mais les gags sont tellement forcés que je sais même pas si ça doit être drôle ou pas !

Voix off: “Jo doit adopter une conduite prudente”. Il sort la tête par la fenêtre de sa voiture et renverse des flics dans le plus grand calme…

Voix off: “Jo ne doit pas perdre de vue ses objectifs”. Il se gare en dégommant un lampadaire et sort de la bagnole l’air de rien…

Et bien sûr le lampadaire a écrasé deux touristes…

J’en suis qu’à dix minutes et ce film me fait déjà peur…

Jo va voir un mec en prison, la porte de la prison se résume à un garde portant une moitié de porte sans murs autour de lui… Putain…

Mais que c’est surjoué, MON DIEU QUE C’EST SURJOUÉÉÉÉ !!!

Ah, et y’a un garde de la prison, c’est un nain. Parce que quand on fait une comédie pas drôle, on met toujours un nain pour sauver l’honneur.

Et une blague de merde, une !

Non, je ne vous raconterai pas cette blague. Vous n’êtes pas prêt pour ça.

Putain de merde ! Le prisonnier est un ancien psychiatre qui s’appelle Docteur Animal Cannibal Pizza ! Mais pourquoi je regarde ce film, merde ?!

Et il met des morceaux de ses patients dans ses pizzas parce qu’il est d’origine italienne.

Ah oui, c’est un film italien, au fait…

Y’a un restaurant entre le couloir de la prison et la cellule d’Animal… Non, je peux pas dire ça… Je vais juste l’appeler Monsieur Pizza.

Je pense que je vais arrêter de décrire tous les passages random dans ce genre-là, y’en a beaucoup trop…

Les prisonniers sont soignés à coups de marteau dans la gueule.

Putain le méchant Monsieur Pizza n’est même pas le Hannibal du pauvre… C’est juste un acteur random qui joue un personnage random qui raconte de la merde…

Et allez, on recopie la scène du Silence des agneaux avec l’agent qui approche de la vitre pour montrer sa carte au méchant…

Est-ce que Monsieur Pizza vient d’aspirer des crayons avec son nez ?

Même quand ils sont courts, les dialogues digressifs sont trop longs…

Pourquoi le méchant marche sur les murs ? Pour que le gentil puisse dire “Incroyable, il n’obéit même pas aux lois de la gravitation”.

Ça fait vingt minutes de film, je sais pas si je vais tenir encore longtemps…

Ha ha ! Une blague sur un noir qui est suédois d’origine finlandaise et russe ! Ha ha ! C’EST PAS DRÔLE !

Florilège d’expressions désuètes aussi, j’ai oublié de le préciser…

Et là le mec il lance un chat contre un ventilateur. Le ventilateur soulève la robe d’une connasse qui se prend pour Marilyn Monroe. La Marilyn du pauvre, cette fois.

"Voilà la femme en bleu". Elle est en rouge. C’est drôle.

Là y’a un gros qui provoque des séismes quand il marche, et il parle avec une voix suraiguë. Que de l’humour de bon goût, je vous dis…

Y’a une nana, je sais pas qui, elle regarde par une fenêtre et le mec à la fenêtre lui fait un doigt d’honneur.

Je prends la peine de le préciser car pour l’instant c’est le moment le plus drôle du film…

Putain mais les vannes sont tellement… J’allais dire “pitoyables” mais même pas, y’a pas de mot pour décrire ça…

Allez-y, continuez de surjouer hein, on vous en veut pas…

Allez, on va briser le quatrième mur en parlant directement du scénario, ça sert à rien ici, mais on va dire que c’est drôle.

Et bah non, c’est pas drôle, bande de trous du cul.

Là il se passe rien, mais y’a un cadavre découpé avec des morceaux de salami autour de lui…

Le salami retourne dans le corps du mec, qui se reconstitue. Il se réveille et il chante. Ils disent que c’est Pavarotti qui s’était éclaté la panse.

Ah ! Ça y est ! Mon cerveau coule par mes oreilles ! Et j’ai une dent qui vient de tomber, je sais pas trop comment expliquer ça.

Et la madame dans sa douche elle a trois seins, et y’a une parodie de la scène de la douche de Psychose.

Ce film n’existe donc que dans le but de massacrer des bons films…

Putain mais y’a des nouveaux personnages qui apparaissent tout le temps ! C’est incompréhensible !

J’imagine bien le scénariste en réunion: “Et là le mec il rote sur un canari ! Oh allez, c’est marrant, ça !”

Gag random, gag random, gag random, gag random…

Et ainsi de suite…

Oh bah allez, des bruits de pets n’importe quand, c’est drôle aussi !

Pfff, non j’allais retranscrire un des dialogues à la con, mais non, j’ai pas la force…

Tout à l’heure y’avait un motel… Là Monsieur Pizza parle d’un schizophrène et de sa mère (et de jambon)… Vous comptez vraiment continuer de chier sur la tombe d’Hitchcock ?

Et de l’humour pipi caca qui continue, toujours dans le bon goût…

La partie de mon cerveau qui avait coulé de mon oreille vient d’y re-rentrer juste pour pouvoir en re-sortir… Il a emmené une deuxième partie avec lui…

Ta gueule, casting de merde ! Ta gueule, film ! Arrêtez ! C’est mal ce que vous faites !

J’ai jamais vu un figurant jouer aussi mal le clodo…

Le réalisateur a du dire aux acteurs: “On n’a pas les thunes pour les effets spéciaux, donc pour les coups de couteaux, t’as qu’à taper gentiment avec la pointe, ça passera…”

Dans Psychose ça passe, parce que ça date de 1960 et que le reste du film est génial, mais là non… C’est juste ridicule…

Monsieur Pizza: “Mon cerveau fait gling gling !”… Et moi donc !!

Plus que vingt minutes de film, plus que vingt minutes de film, plus que vingt minutes de film…

Attendez… Jo du FBI c’est du pognon qu’il cherche depuis le début ? C’est pas un tueur ? Putain je comprends rien…

MERDE !! J’ai cru que ma connexion Internet allait couper, et pour la première fois de ma vie ça m’aurait fait plaisir ! Mais non, fausse alerte…

Pourquoi il a une étoile de shérif le mec qui vient d’arriver dans l’histoire et que je sais pas qui c’est ?

Et pourquoi Jo il danse ?

Et pourquoi ce film ?

J’ai l’impression que c’est une comédie qui se veut débile… Mais qui est faite par des débiles… Du coup ça s’annule ou je sais pas quoi, et ça marche pas…

Allez-y, jouez au bowling, on s’en fout, on comprend plus rien faites ce que vous voulez, c’est pas grave…

Si Berlusconi a vraiment produit ce film, j’ose dire officiellement qu’il est meilleur en politique qu’en cinéma… Je vous jure que je déconne pas…

PFFFFFFF… Oui non mais là je sais même pas quoi dire d’autre… Je pourrais résumer le film comme ça: “PFFFFFFF…”

Ah, des zombies maintenant… et un mauvais sosie de Michael Jackson et ça danse sur Thriller, forcément…

Oh et puis allez, on va déguiser un personnage en Napoléon hein ! Ça sert à rien mais c’est sûrement très drôle !

Putain de merde…

Non non, c’est pas un “Putain de merde, qu’est-ce qui se passe ?”, c’est en général…

Ma connexion rame un petit peu, y’a des petits arrêts intempestifs de la vidéo, je pense que c’est un signe…

Et dire que pendant les cinq premières minutes de film, j’ai pensé que ça pouvait être un bon divertissement…

Et là tous les personnages enlèvent leurs masques et on se rend compte que tout le monde se fait passer pour un autre, mais du coup on perd complètement le fil de l’histoire, ça n’a plus aucun sens…

Y’a au moins une bonne nouvelle, c’est que je crois pas avoir vu Carpenter dans cette merde…

Ouais donc en gros, y’a plein de gens qui veulent mettre la main sur du fric, ils tuent d’autres gens et… Pfff, non, je sais pas. C’est de la merde.

"Antonio est en vie !" Et ils sont contents. Moi j’en ai rien à foutre. Qu’ils crèvent tous. Vous voulez savoir qui est Antonio ? Bah non. Démerdez-vous.

Oui je m’énerve ! Mais regardez ce film et vous comprendrez !

Oh bah tiens, on va mettre une affiche d’un autre film du réalisateur en décor ! Ça fera de la pub ! Maintenant je sais que je ne dois pas regarder Jurassic Pork.

Et voilà, c’est fini, générique de fin sur musique techno merdique.

Bon bah voilà, c’était de la grosse merde informe, et j’ai perdu ce qui me restait de cerveau, de morale, de conscience, de foi en l’humanité, ou de tout ce que vous voudrez. Je vous laisse, je vais aller boire deux litres et demi d’absinthe, gober des extas par paquets de douze, et probablement me lancer dans la rédemption par la souffrance, histoire de sauver mon âme de ce qu’elle vient de subir. Mais je peux pas m’empêcher de penser que regarder ce film bourré, entre potes, ça peut être sympa.

Bien à vous.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1505 fois
4 apprécient · 4 n'apprécient pas

Witzenoglewsky Rabourdin a ajouté ce film à 1 liste Le Silence des jambons

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs titres de films

    Les meilleurs titres de films

    Avec : Meurtre d'un brouttemécouilles chinois, Le gorille a mordu l'archevêque, Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole, L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise,

Autres actions de Witzenoglewsky Rabourdin Le Silence des jambons