Avis sur

Les Nuits de Cabiria par Maqroll

Avatar Maqroll
Critique publiée par le

Peut-être légèrement inférieur à La Strada ou Les Vitelloni, Les Nuits de Cabiria n’en est pas moins un chef-d’œuvre. Une prostituée au grand cœur est abusée jusqu’à manquer de perdre sa vie (par deux fois dans une répétition cruelle au début et à la fin du film). Giulietta Masina porte une fois de plus sur ses frêles épaules ce film qui expose les noirceurs de l’âme humaine sans complaisance mais qui garde, même au tréfonds du désespoir cette petite lumière de l’espérance et de la foi en l’humanité qui est la constante de l’œuvre de Fellini. La critique sociale est féroce, de même que la charge contre la religion. Les images du pèlerinage hystérique avec le miracle pitoyablement avorté sont particulièrement fortes et rejoignent en contrepoint celles de la scène du music-hall (lieu cher à Fellini qui revient en boucle tout au long de ses films) où le prestidigitateur réussit lui aussi à faire croire au miracle à toute une assistance. C’est sans doute la leçon principale de ce film et de toute la première partie de l’œuvre de Fellini : plutôt qu’une foi aveugle et imbécile en des marchands d’illusion, gardez foi en l’être humain, même quand tout semble perdu. En ce sens, Fellini est un grand humaniste, au même titre que Chaplin à qui je l’ai déjà comparé. Et il a comme lui une qualité rare, celle de faire se terminer ses films sur des séquences inoubliables. Le sourire qui revient peu à peu illuminer le visage de Cabiria lorsqu’elle marche au milieu des jeunes gens insouciants, qui la replongent dans la vie alors même qu’elle vient de subir la pire des désillusions, est porteur de tout l’espoir du monde et fait honneur au cinéma.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 853 fois
7 apprécient

Autres actions de Maqroll Les Nuits de Cabiria