Affiche Les Nuits rouges de Harlem

Critiques de Les Nuits rouges de Harlem

Film de (1971)

  • 1
  • 2

"ça fait longtemps que mes amis Noirs ne se baladent plus avec des fétiches."

Shaft, il est cool. Quand il marche dans la rue, on entend Isaac Hayes, et ça n'a pas de prix. Shaft, il est courageux, il hésite pas à envoyer les flics blancs se faire foutre. Et les mafieux aussi. En fait, il envoie tout le monde se faire foutre. Shaft, il a de l'autorité, il sait montrer qui est le patron. Et le patron, c'est Shaft. Shaft, il connaît tous les coups, il peut détecter les... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

41 3
Avatar SanFelice
7
SanFelice ·

"Who's the black private dick, that's a sex machine to all the chicks?"

Gordon Parks, grand bonhomme de la photo américaine, fut en son temps le premier réalisateur noir à se voir confier une caméra par une grande maison hollywoodienne pour son premier film, l'obscur The Learning Tree. Avec son deuxième opus, le-dit Shaft, il est aussi le premier à donner un grand coup de pied dans le paysage monochromatique d'alors et lance une vague, qui sera surfée 26 ans durant... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

14
Avatar Lucas Stagnette
7
Lucas Stagnette ·

Le style Blax

La décennie 70 voit le retour du "private detective" avec le mythique Philip Marlowe de Raymond Chandler dans plusieurs films et avec des interprètes différents (Elliot Gould ou Robert Mitchum), J.J. Gittes incarné par Nicholson dans Chinatown ou encore Lew Harper incarné par Paul Newman dans la Toile d'araignée (rôle qu'il avait crée dans Détective... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

16 5
Avatar Ugly
7
Ugly ·

"Cut the crap man, this is Shaft. Looks like you gonna have to close it yo'self, *shitty*! "

La meilleure façon de résumer le film reste encore de traduire les paroles de le chanson éponyme qui a remporté un Oscar, rien que ça : " Il est cool, c'est un coriace. C'est un privé noir, une bombe sexuelle qui les tombe toutes. Il ne reçoit d'ordre de personne, noir ou blanc, mais il est prêt à risquer sa peau pour un pote. Lui, c'est Shaft. Pigé ?" Voila une bien belle mise en... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

6
Avatar KinDick
7
KinDick ·

Le communautarisme, c'est mâle

Un vrai plaisir de découvrir Shaft aujourd'hui, en ayant toutefois déjà apprécié les qualités du remake, largement plus politiquement correct que ce petit brûlot faisant contrepoids à l'inspecteur Harry dans une catégorie de polard bien trempé alors en vogue. Personnage haut en couleurs, Shat est un noir afro-américain particulièrement impertinent devant la police blanche, qui lui laisse... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

6 4
Avatar Voracinéphile
7
Voracinéphile ·

Critique de Les Nuits rouges de Harlem par Pom_Pom_Galli

Un classique de la blaxploitation qui fleure bon les 70ies, le funk et la coupe afro. Contrairement à d'autres production du même type, "Shaft" reste relativement sobre. Ici, pas de bling-bling, pas de paillettes et pas de mac avec canne en argent et chapeau en fourrure rose. Et alors que d'autres films de blaxploitation m'avaient habitués à me montrer des micros dans le champs, des cascades... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

4
Avatar Pom_Pom_Galli
8
Pom_Pom_Galli ·

Bad motherfucker

En 1967, il y avait Dans la chaleur de la nuit, où le personnage principal était un flic qui subissait le racisme de ses pairs, et se faisait gifler par un riche homme blanc. En 1971, il y a eu Shaft ; et ce n'est pas anodin si le film débute avec le héros qui envoie chier une voiture dont il bloque le passage en traversant la rue. J'imagine qui rien que la première réplique de John Shaft, ce... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

4 2
Avatar Wykydtron IV
6
Wykydtron IV ·

Harlem chase

Malgré son petit statut de film culte et son impact important dans la blaxploitation, j'ai trouvé Shaft particulièrement ennuyeux. Si la réalisation est propre, que le personnage de John Shaft est attachant et parfaitement incarné par Richard Roundtree, et que la ville de New York est bien retranscrite, il ne se passe malheureusement vraiment pas grand chose, si ce n'est dans les 15... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

1
Avatar Vash
6
Vash ·

Critique de Les Nuits rouges de Harlem par JimAriz

Shaft, les nuits rouges de Harlem. Ça c'est un titre, annoncé au générique par une chanson géniale d'Isaac Hayes décrivant le héros de ce film en train de commencer. Shaft c'est l'histoire de Shaft, et c'est tout. Film-culte pour une génération, film phare de la blaxploitation, Shaft n'est pourtant rien de moins qu'un polar sans grandes originalité ni virtuosité. L'homme fort du film c'est lui,... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

2
Avatar JimAriz
7
JimAriz ·

Critique de Les Nuits rouges de Harlem par misterblonde

Shaft est le fer de lance de ce courant cinématographique américain appelé la blaxploitation (films dont les noirs sont les héros). Ce polar nerveux dans un Harlem crasseux a pour vedette un détectice privé noir. On est loin des films avec Sidney Poitier où le coeur du sujet est la lutte des noirs face au racisme. Ici, nous sommes dans le cool et le sexy. Shaft n'est pas un privé comme les... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

2
Avatar misterblonde
7
misterblonde ·
  • 1
  • 2