Affiche Les Nuits rouges de Harlem

Critiques de Les Nuits rouges de Harlem

Film de (1971)

  • 1
  • 2

"ça fait longtemps que mes amis Noirs ne se baladent plus avec des fétiches."

Shaft, il est cool. Quand il marche dans la rue, on entend Isaac Hayes, et ça n'a pas de prix. Shaft, il est courageux, il hésite pas à envoyer les flics blancs se faire foutre. Et les mafieux aussi. En fait, il envoie tout le monde se faire foutre. Shaft, il a de l'autorité, il sait montrer qui est le patron. Et le patron, c'est Shaft. Shaft, il connaît tous les coups, il peut détecter les... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

34 3
Avatar SanFelice
7
SanFelice ·

"Who's the black private dick, that's a sex machine to all the chicks?"

Gordon Parks, grand bonhomme de la photo américaine, fut en son temps le premier réalisateur noir à se voir confier une caméra par une grande maison hollywoodienne pour son premier film, l'obscur The Learning Tree. Avec son deuxième opus, le-dit Shaft, il est aussi le premier à donner un grand coup de pied dans le paysage monochromatique d'alors et lance une vague, qui sera surfée 26 ans durant... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

12
Avatar Lucas Stagnette
7
Lucas Stagnette ·

"Cut the crap man, this is Shaft. Looks like you gonna have to close it yo'self, *shitty*! "

La meilleure façon de résumer le film reste encore de traduire les paroles de le chanson éponyme qui a remporté un Oscar, rien que ça : " Il est cool, c'est un coriace. C'est un privé noir, une bombe sexuelle qui les tombe toutes. Il ne reçoit d'ordre de personne, noir ou blanc, mais il est prêt à risquer sa peau pour un pote. Lui, c'est Shaft. Pigé ?" Voila une bien belle mise en... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

6
Avatar KinDick
7
KinDick ·

Critique de Les Nuits rouges de Harlem par Pom_Pom_Galli

Un classique de la blaxploitation qui fleure bon les 70ies, le funk et la coupe afro. Contrairement à d'autres production du même type, "Shaft" reste relativement sobre. Ici, pas de bling-bling, pas de paillettes et pas de mac avec canne en argent et chapeau en fourrure rose. Et alors que d'autres films de blaxploitation m'avaient habitués à me montrer des micros dans le champs, des cascades... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

4
Avatar Pom_Pom_Galli
8
Pom_Pom_Galli ·

Le communautarisme, c'est mâle

Un vrai plaisir de découvrir Shaft aujourd'hui, en ayant toutefois déjà apprécié les qualités du remake, largement plus politiquement correct que ce petit brûlot faisant contrepoids à l'inspecteur Harry dans une catégorie de polard bien trempé alors en vogue. Personnage haut en couleurs, Shat est un noir afro-américain particulièrement impertinent devant la police blanche, qui lui laisse... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

3 3
Avatar Voracinéphile
7
Voracinéphile ·

Bad motherfucker

En 1967, il y avait Dans la chaleur de la nuit, où le personnage principal était un flic qui subissait le racisme de ses pairs, et se faisait gifler par un riche homme blanc. En 1971, il y a eu Shaft ; et ce n'est pas anodin si le film débute avec le héros qui envoie chier une voiture dont il bloque le passage en traversant la rue. J'imagine qui rien que la première réplique de John Shaft, ce... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

3 2
Avatar Fry3000
6
Fry3000 ·

Critique de Les Nuits rouges de Harlem par misterblonde

Shaft est le fer de lance de ce courant cinématographique américain appelé la blaxploitation (films dont les noirs sont les héros). Ce polar nerveux dans un Harlem crasseux a pour vedette un détectice privé noir. On est loin des films avec Sidney Poitier où le coeur du sujet est la lutte des noirs face au racisme. Ici, nous sommes dans le cool et le sexy. Shaft n'est pas un privé comme les... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

2
Avatar misterblonde
7
misterblonde ·

Who's the black private dick That's a sex machine to all the chicks?

Shaft est un film dur à analyser, tant il est inégal. Spike Lee a un jour dit, à propos de Tarantino et de son utilisation du mot nigga« Je ne suis pas contre ce mot… et je l’utilise, mais Quentin est obsédé par ce mot. Que cherche-t-il ? À être considéré comme Noir ? » Je me demande si Spike Lee a vu Shaft. John Shaft se permet, une phrase sur deux, de nous rappeler qu'il est... Lire la critique de Les Nuits rouges de Harlem

2 2
Avatar Djridoo
8
Djridoo ·

Shaft!

Le film qui a marqué toute une génération et qui a lancé l'industrie de la "Blaxploitation" aux États-Unis. Même si ça n'est pas désagréable et plutôt bien fait, il faut tout de même avouer que cela semble désormais un peu dépassé, voire assez surfait. Une curiosité. Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

2
Avatar Caine78
5
Caine78 ·

Critique de Les Nuits rouges de Harlem par Critiks Moviz

« Shaft » est un film moyen, disposant d’une histoire basique, d’une intrigue simple et d’un développement caricatural, reposant surtout sur sa bande originale. Le rythme est haché, pollué par des scènes de palabres inutiles, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie est modeste, essentiellement tournée à Harlem, montrant combien ce quartier a été délaissé depuis belle... Lire l'avis à propos de Les Nuits rouges de Harlem

Avatar Critiks  Moviz
6
Critiks Moviz ·
  • 1
  • 2