L'amour n'est pas que pour les grands.

Avis sur Little Manhattan

Avatar Gand-Alf
Critique publiée par le

L'adulte que nous sommes a souvent tendance à oublier que l'amour n'est pas qu'une affaire de grand, n'est pas une question d'âge. Bien sûr, l'enfant, dans ses premiers âges, est avant tout un échangiste notoire aux moeurs plus que légères, alternant les conquêtes au rythme des récréations, atteignant facilement une moyenne de quatre amoureux / amoureuses différent(e)s entre les activités du matin et le goûter de 16h30. Et cela sans aucune notion de jalousie ou de possession, le tout dans un hédonisme total. Puis, vers sept ou huit ans, le sexe opposé devient l'ennemi, incarnation courte sur patte et glavioteuse de Satan. Jusqu'au jour où notre petit coeur se met à battre la chamade à un rythme incompréhensible à la seule vue d'un être d'exception, apparition flamboyante au milieu d'un océan de lieux communs. Nos parties de foot dans le square avec les copains, nos cours de danse avec les copines n'ont alors plus aucune importance, seul compte l'autre, le plus généralement inaccessible.

Premier film de Mark Levin, "Little Manhattan" dépeint sans aucune niaiserie et avec une véritable tendresse les premiers émois amoureux d'un jeune new-yorkais, formidablement incarné par Josh Hutcherson, bien loin de "Hunger Games". Tendre et drôle, le film de Levin se révèle assez pertinent dans sa représentation de l'enfance, ne tombant jamais dans le lacrymal ni au contraire dans l'illustration bêtifiante.

S'il reste bien entendu inoffensif et calibré pour plaire à un certain public, "Little Manhattan" est un pur enchantement, sorte de comédie romantique pour kids qui donne furieusement envie de retomber amoureux pour la première fois, et de partager une glace ou une chuppa-chups avec l'élu(e) de son coeur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 382 fois
13 apprécient

Gand-Alf a ajouté ce film à 6 listes Little Manhattan

Autres actions de Gand-Alf Little Manhattan