Maxi-King Overdrive

Avis sur Maximum Overdrive

Avatar Quentin Dit-LeDuc
Critique publiée par le

Oubliez tout ce que vous connaissez de Stephen King. Ici, le n’importe quoi est roi.

En réalité je n’ai jamais lu un seul bouquin de King, et donc je ne peux me baser là-dessus. Mais j’ai vu quelques adaptations, dont l’excellent « Misery » de Rob Reiner, et lu suffisamment de choses sur cet homme pour pouvoir en parler avec une aisance minimum.
Ce qui me fait dire la chose suivante : « Maximum Overdrive » n’est ni plus ni moins qu’une pépite dans le monde déjanté du nanar apocalyptique.
Ne cherchez pas grande logique, ni même une structure scénaristique défiant la concurrence. Laissez-vous aller dans cet acceptable œuvre semi-ratée d’un écrivain qui, une fois dans sa vie, a cru bon de se mettre derrière la caméra.

« Maximum Overdrive » est l’histoire délirante d’un groupe de personnes enfermées dans une station essence au beau milieu de nulle part. Si cela n’avait tenu qu’à ça, l’histoire se serait apparentée à un huis clos d’auteur bougrement mal écrit. Non. Stephen King, lui, y ajoute une touche plus folklo : l’invasion et l’attaque d’une horde de camions tueurs d’humains et ayant pris le total contrôle sur.. eux-mêmes.
1h30 vont se dérouler pendant lesquelles vous serez bercés au doux son d’AC/DC à qui on doit la BO. Mises à mort plus géniales les unes que les autres, dialogues d’un ridicule appréciable, jeu d’acteur médiocre au possible et stéréotypes des personnages vont faire de ce film un phare dans l’univers nanardesque de la fin des années 80. Puis, la quasi majorité des scènes sont cultes… (allez, si vous l’avez vu, vous ne pouvez que vous souvenir de cette scène du distributeur automatique… !)
La scène d’intro à elle seule est une pépite. Je ne peux m’étendre sur le sujet, je ne peux que vous conseillez de vous l’enfiler immédiatement. Ne vous laissez pas blaser par l’aspect vieillissant du film, restez forts, et fendez-vous la poire (à regarder en groupe si possible, avec quelques camarades forts d’une expérience dans le domaine des films de qualité médiocre)

J’ai eu la chance de le voir sur grand écran lors du thème « Film Unique » du FIFAM (festival international du film d’Amiens) dans une salle bondée et avec une ambiance prenante… quel pied ! Bizarrement, je ne me lasse pas de le regarder.

Honnêtement, ce n’est pas un bon film. Ou du moins si, mais pas pour les bonnes raisons. Mettez-vous en « Off », prenez une bière (ou autre boisson de votre choix selon vos préférences) et foncez. Foncez ! Parce que des films comme ça, même volontairement, on n'en fait plus.
Et vous pourrez dire un jour « Stephen King, il a fait de la merde quand même ». Royal n’est-ce pas ?

Ah, bref, je ne pourrai jamais vous décrire l'amour que j'ai pour ce film. Tout me parait tellement génial...
J'ai envie de vous parler encore de ce couple de jeunes mariés, d’Emilio Estevez qui a clairement déraillé, de la scène du distributeur de boisson, du pont qui se lève, du final… Mais non, j’vous laisse découvrir.
Bon visionnage !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 550 fois
5 apprécient

Quentin Dit-LeDuc a ajouté ce film à 2 listes Maximum Overdrive

Autres actions de Quentin Dit-LeDuc Maximum Overdrive