Justice = Intégrité + Honnêteté

Avis sur Michael Kohlhaas

Avatar Justin M
Critique publiée par le

Michael Kohlhaas de Arnaud des Pallières, c'est avant tout le portrait d'un personnage. Et aussi avant tout un roman, d'Heinrich Von Kleist, de la fin du XIX siècle. Il faut noter que dans le roman, l'intrigue se déroule en Allemagne, tandis que dans le film elle se situe dans les Cévennes, en France, mais elle garde toujours pour base solide le personnage Allemand Mich(a?)el Kohlhaas. Cela se justifie par le fait que le réalisateur a voulu s'approprier l'histoire autant que le personnage, et donc en faire quelque chose de plus personnel, ce qui semble tout à fait compréhensible. L'oeuvre propose un casting de haute qualité, parmi lequel on peut compter Mads Mikkelsen dans le rôle principal, Sergi Lopez, Denis Lavant ou encore Delphine Chuyot.

Autant le dire de suite, le film impressionne, même si son histoire peut paraître conventionnelle dans ses fondements. Il est question d'un marchand à qui l'on a emprunté deux chevaux et un valet pour pouvoir passer un péage, sauf qu'au retour de ceux-ci le marchand, Michael Kohlhaas, découvre l'état piteux des chevaux, sales, blessés. S'en suit donc une histoire de vengeance personnelle qui emmènera le personnage dans une guerre isolée entre paysans et nobles, avec l'unique but de récupérer les deux chevaux concernés en bon état. Cela s'avère être exposé avec une beauté et une intensité particulières. L'on doit ça incontestablement à tout ce qui constitue le film de A.des Pallières, c'est-à-dire que son ensemble est travaillé d'une telle justesse et d'un tel équilibre qu'il en vient à délivrer une force émotionnelle instantanée. Il n'y a qu'à voir l'introduction, avec une musique rustique qui forge un certain suspense, une certaine imprévisibilité, mélangée à des décors sublimement naturels, qui se fondent bien sûr au contexte historique (XVIe siècle), ainsi qu'à une photographie de grande qualité, dont les couleurs ressortent magnifiées.
Comme je le précisais auparavant, Michael Kohlhaas, c'est avant tout le portrait d'un homme, un être humain, simple marchand qui ne transgresse pas la loi, jusqu'à ce que le personnage du baron arrive en travers de son chemin. Ce qui est remarquable, c'est non seulement le fait d'avoir ici un personnage d'une intégrité et d'une honnêteté absolue, mais en plus de voir que celui-ci est incarné par l'un des plus grands acteurs de sa génération, Mads Mikkelsen, si ce n'est le meilleur. On se rend compte à quel point il veut récupérer ses chevaux dans leur état initial, puisqu'il va jusqu'à déclarer une guerre lorsque le baron et son entourage commettent un acte impardonnable, une guerre qu'il dirigera, accompagné des paysans de sa connaissance. Et ce qui rend le personnage si grandiose, c'est de voir que du côté des paysans, personne ne le juge, de même que lorsque sa fille (qui d'ailleurs joue le rôle à la perfection, remarquable) lui demande s'il se bat pour ses chevaux ou pour la cause qui lui a fait déclarer la guerre, il répond toujours "Non.". Ce qu'il veut vraiment, c'est faire respecter une justice honnête et franche, là où en contradiction avec le roman il serait apparemment totalement fanatique. Puis on voit que le personnage est finement écrit, car même s'il est déterminé à faire tout ce qu'il faut pour récupérer son dû, il ne va pas jusqu'à devenir fou, il reste les pieds sur terre. Encore une fois toute l'oeuvre est ornée de décors absolument Beaux, et la photographie ne fait que les sublimer en permanence. Enfin pour ne pas gâcher l'intrigue, ce que je n'ai pas fait dans mon avis, je voudrais juste rajouter que la séquence du dénouement est mémorable, et la mise en scène sert ce moment avec une puissance sentimentale grandiose.

Il faut donc retenir que Michael Kohlhaas est un petit chef d'oeuvre, un long-métrage délivrant le portrait de l'un des personnages les plus mémorables de cette année avec Frances Ha, et il est regrettable de l'avoir vu partir de Cannes les mains vides, puisqu'il n'est certainement pas exempt de grandes qualités. C'est donc une oeuvre écrite avec passion, et ça se ressent, sans oublier un casting qui force le respect. Michael Kohlhaas selon Arnaud des Pallières n'est pas un héros, un bandit, un inconscient ou je ne sais quoi, c'est un homme qui vit terre à terre et dont la vision de la justice se trouve être d'une grande honnêteté, on ne peut le nier, et c'est ça qui est extraordinaire, de retrouver un personnage comme ça au cinéma, c'est rare. Le réalisateur signe alors sans doute l'un des films (français par la même occasion) de l'année 2013.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 359 fois
1 apprécie

Autres actions de Justin M Michael Kohlhaas