Dernier round pour Monsieur Miyagi

Avis sur Miss Karaté Kid

Avatar Jay77
Critique publiée par le

Miss Karaté kid est en quelque sorte, le dérivé féminin de Karaté Kid. Monsieur Miyagi est le seul personnage de la trilogie à revenir dans cet épisode qui est une suite, voir presque un pseudo remake faisant suite à Karaté Kid 3. Changement de casting, changement d’ambiance, changement de décors, changement d’intrigue, enjeux différents bien qu’un chouia similaires, Miss Karaté kid, même s’il empruntera quelques éléments(comme la musique toujours composée par Bill Conti) du premier Karaté Kid, sera aussi émouvant, inspirant et drôle que ces prédécesseurs. Ce film marquera de plus les débuts d’Hilary Swank pour qui ce film est son premier rôle en tête d’affiche. Voyons voir comment l’actrice ce débrouillait à ses débuts…

Miyagi dans le monde des femmes

On reprend les bases des Karaté Kid, on change quelques éléments et on repart avec un nouveau film qui inverse les rôles. Cette fois notre héros est une héroïne, harcelée dans son lycée par des voyous faisant régner la loi à leur manière, et qui fera la connaissance de Monsieur Miyagi. Le vieil homme initiera la jeune fille au karaté et lui apprendra la sagesse et le respect. Miss Karaté Kid donne un nouveau souffle à la franchise tout en gardant tout son charme et son émotion. Cette fois, Monsieur Miyagi va être confronté à une adolescente totalement différente de Daniel LaRusso, son ancien élève et ami. Ici, la relation sera au départ tendue, permettant de changer la donne. Il sera aussi amusant de voir le vieil homme faire preuve de maladresses en s’occupant d’une jeune fille mal dans sa peau depuis le décès de ses parents.

Daniel n’était pas un personnage mal dans sa peau, il rencontrait simplement des problèmes avec des élèves de son lycée. Ici, Julie rencontre, et des problèmes dans son lycée, et des problèmes dans sa vie. Orpheline depuis le décès de ses parents, inconsolable depuis, en colère contre le monde entier, la jeune fille c’est construite une carapace. Même si sa grand-mère est toujours présente mais a du mal à communiquer avec elle, c’est avec Miyagi, qui sera en quelque sorte la figure paternelle qui manque à la jeune fille que cette dernière pourra évoluer. Notre vieil homme est complètement largué, perdu, a tellement prit l’habitude de vivre avec un jeune homme qu’il ne sait pas que cohabiter avec une jeune fille est complètement différent. De quoi nous amener des séquences comiques. Bien sur, le schéma narratif sera approximativement le même. Cependant, on appréciera la partie du film où Miyagi et Julie se rendent dans un temple bouddhiste afin que la jeune fille apprenne les choses importantes de la vie.

Bien sûr, si on le compare aux 3 premiers Karaté kid, Miss Karaté kid dégage moins de puissance que ces prédécesseurs mais pourtant, le film a plein de bonnes intentions et de séquences émouvantes. Tout comme l’alchimie entre Ralph Macchio et Pat Morita, l’alchimie Hilary Swank/ Pat Morita fonctionne à merveille. Daniel et Miyagi étaient de véritables amis, Julie et Miyagi ont une relation différente. Miyagi officie plus comme père protecteur et spirituel qu’un simple ami. Il sera intéressant de voir du coup l’évolution de la relation entre Miyagi et Julie. Forcément, l’émotion sera au rendez-vous et aura de ce coté là, un peu plus d’impact que dans les 3 Karaté kid. Contrairement au premier Karaté kid, l’enjeu pour Julie ne sera pas de gagner un championnat de karaté mais plutôt d’apprendre à extérioriser sa colère, savoir vivre malgré un passé douloureux, apprendre à respecter tout ce qui l’entoure et aussi se respecter, avoir une vie normale avec une meilleure relation entre elle et sa grand-mère, avoir un petit ami, mais aussi d’en finir avec les membres de l’élite militaire qui lui en font baver au lycée.

« Miyagi a beaucoup à apprendre sur filles, garçons moins durs. »

Les personnages de notre film

Pat Morita reprend une dernière fois son rôle de Monsieur Miyagi. Rien à dire du coté de son interprétation, l’acteur est toujours égal à lui-même, respire la sincérité, la bonté, la sagesse, le respect, le jeu de Morita est une fois de plus parfait et authentique. Il est l’atout numéro, l’élément principal qui fait que ce film est bon.

Nous retrouvons par la suite Hilary Swank qui remplace Ralph Macchio. L’actrice est débrouillarde, colle parfaitement au rôle de cette jeune fille rebelle refusant toute autorité. Swank n’en fait pas des tonnes (sauf quand il s’agit de donner des coups de pieds), de plus, est assez souple lorsqu’on l’a voit combattre. On appréciera son évolution ainsi que ses interactions avec Miyagi et Eric (un élève du lycée qui en pince pour la jeune fille).

Karaté Kid oblige, il faut un adversaire, une Némésis pour notre héroïne. Ici, on reprend le même type de menace que dans le premier opus. A peu de chose près. On retrouve l’élite Alpha, une équipe de pseudos militaires (menée par un jeune homme aussi pourri que Johnny Lawrence) entrainés par un ancien soldat usant de son pouvoir. Cet ancien soldat est interprété par MONSIEUR Michael Ironside, toujours aussi excellent dans les rôles de pourris.

Notre héroïne se doit d’avoir un futur petit ami. Bien que l’histoire entre nos deux personnages sera moins gnan gnan que celle entre Daniel et Ali, on appréciera l’évolution de cette relation. Dans le rôle du futur petit ami : Chris Conrad, qui interprète le rôle d’Eric McGowen. L’acteur n’en fait pas non plus des caisses. Belle prestation de l’acteur respirant la bienveillance.

Seul point négatif du film : même si Miyagi en parle brièvement, on ne sait pas ce qu’est devenu Daniel. Habite-t-il encore avec Miyagi ? Tiennent-ils toujours ensemble le magasin de Bonsaïs ?

« Miyagi inventé nouveau kata, c’est karaté-valse ».

Au final, Miss karaté kid , même s’il est classique, n’en reste pas moins émouvant, attachant, drôle, sincère, encourageant, motivant, juste et un peu différent des autres films. Des méchants moins caricaturaux que dans Karaté Kid 3, des acteurs qui ne surjouent pas, une jolie morale, de magnifiques musiques, une jolie bande originale très années 90, de belles chorégraphies et de beaux paysages. Le réalisateur a certes changé, la magie, elle est toujours présente et opère une ultime fois.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1638 fois
3 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Jay77 Miss Karaté Kid