Moebius: habile mélange d'espionnage et de comédie sentimentale.A vous de juger!

Avis sur Möbius

Avatar Locke
Critique publiée par le

Trés peu de films d'espionnage osent aborder la vie privée et les sentiments des agents secrets, de leurs sources, ou autres infiltrés. La grande raison, selon moi, c'est parce que c'est aller droit au casse-pipe tout en décodifiant un genre à part entière. Eric Rochant, qui s'était intéressé à un groupe d'intervention du Mossad avec les Patriotes, remet le couvert avec un couac d'entrée: son espion russe tombe amoureux de son infiltrée. Comment avancer avec une ouverture pareille? En montrant un agent qui joue un double-jeu avec son équipe, sa maîtresse, sa hiérarchie.Eh oui, les sentiments et cette pratique professionnelle particulière n'ont rien à faire ensemble car la transgression est mère de problèmes, entraîne des manoeuvres sur un échiquier dont on ne peux rester le maître.Rochant raconte trés bien tout cela avec une mise en scène efficace, un brin de tension et toute la passion nécessaire. Jean Dujardin et Cécile de France se prêtent bien au jeu sur des partitions plutôt sobres et tendues, où les uniques moments d'acalmie sont les scènes d'amour entre leurs deux personnages.
De plus, Eric Rochant pose une interrogation au spectateur: suis-je au coeur de l'intrigue d'un film d'espionnage ou suis-je face à l'examen de conscience d'un espion déchiré par son sentiment amoureux? La confusion est distillée, les dés sont lancés et nous voilà avec Alice et Grégory pour le meilleur et pour le pire.Jusqu'au dénouement prévisible,triste mais tendre.La logique implacable du ruban de Moebius.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1766 fois
9 apprécient

Autres actions de Locke Möbius