Advertisement

Prisoners.

Avis sur Mommy

Avatar Gand-Alf
Critique publiée par le

Prix du jury au festival de Cannes en 2014, Mommy permet à Xavier Dolan d'être le second plus jeune cinéaste à remporter ce prix, juste derrière Samira Makhmalbaf, réalisatrice du Tableau noir en 2000 à tout juste vingt ans.

Comme il l'avait déjà fait sur son clip College Boy et plus brièvement sur son précédent long-métrage, Xavier Dolan joue efficacement avec le ratio de l'image, ne cadrant plus que l'essentiel, à savoir ses personnages. Le cinéaste donne ainsi l'impression de les tenir prisonnier du cadre, de leur environnement et surtout de leurs névroses.

Parvenant miraculeusement à un dosage parfait, Xavier Dolan évite le pathos et le larmoyant, jongle avec les divers éléments de sa tragédie, passant de moments de pure tension à d'autres plus légers, voir aériens, avec une égale maîtrise du sujet et de la mise en images. Si l'on pouvait craindre une certaine antipathie à l'encontre de protagonistes bourrés de failles jusqu'à l'os, il n'en est rien, bien au contraire. Prisonniers qu'ils sont d'une relation aussi fusionnelle que toxique, d'une dépendance affective destructrice, les personnages, tour à tour vulgaires, hystériques et véritablement touchants, sont avant tout humains, dessinés avec une justesse frôlant l'impertinence.

Proprement bouleversants, ils sont tous incarnés par un casting tout bonnement prodigieux. Qu'il s'agisse d'Anne Dorval, de Suzanne Clement ou encore du jeune Antoine-Olivier Pilon, aucune fausse note n'est à déplorer malgré la difficulté évidente d'interpréter des rôles aussi complexes. Constamment sur la brèche, à deux doigts d'imploser, ils font preuve d'une implication physique et émotionnelle qui ne peut qu'imposer le respect.

Déclaration d'amour pop et sincère à toutes les mamans du monde (sujet ô combien sensible pour Xavier Dolan), Mommy m'a littéralement cueilli au moment où je ne m'y attendais pas. Bien qu'imparfaite, il émane de cette oeuvre une puissance, une émotion à fleur de peau que l'on ne retrouve que trop rarement dans le cinéma francophone actuel. En espérant que Xavier Dolan parvienne maintenant à se renouveler et à explorer d'autres territoires.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2932 fois
82 apprécient

Gand-Alf a ajouté ce film à 3 listes Mommy

Autres actions de Gand-Alf Mommy