Vampires : 0 / Chats : 1

Avis sur Morse

Avatar Mike Öpuvty
Critique publiée par le

Morse est une tentative d'entraîner le film-de-mythe-du-vampire dans un contexte de réalité tangible, avec en toile de fond une fable sociale grisounette.

Je mets l'emphase sur "tentative" parce que le film échoue lamentablement dans les grandes largeurs.


Déjà, l'argument " chuis super original " n'est pas à prendre en ligne de compte puisque nombre de prédécesseurs lui torchent le fion ( Trouble Everyday en tête. ) et qu'en plus de ça l'exécution est tellement maladroite que le plus souvent ça prête à rire.

A part le petit blondinet qui a quelque chose à défendre, les acteurs sont tous mauvais. ( la palme d'or revenant à la mère )

Il y a même dans le film une prise manifestement ratée où les acteurs se coupent la parole et sourient de leur erreur avant de reprendre leur texte comme si de rien était
Pour n'aider personne, la caractérisation des personnages est d'un ridicule consommé. Ooh le petit il imite Deliverance parce qu'il est opprimé, et la vampirette elle fait le Rubik's cube en quarante secondes ! La vache ! ( Alors que lui n'a pas le temps de recopier le code morse pendant une lecture de Bilbo le Hobbit en classe. )



La scène du premier meurtre est d'une connerie sans nom : le bourreau se poste sur un chemin dans un sous-bois vachement bien éclairé et où il y a du passage ( Joggers, etc ) pour gazer sa victime, l'accrocher à un bouleau avec une poulie ( ! ) et le vider de son sang dans un jerrican, qu'il oublie sur place quand des promeneurs de chien arrivent, alors qu'il reprend tout le reste de son attirail...


Ensuite l'exposition continue vaille que vaille, enchaînant les maladresses tant formelles que narratives. Par exemple, quand le petit blondinet est balafré par de vilains garnements, une ellipse nous fait comprendre que sa maman lui a fait un pansement ET un repas, et que seulement maintenant elle lui demande ce qu'il s'est passé...

Et le côté fable sociale proche des gens n'est jamais ni plaisant, ni abouti puisque les scènes qui s'y rapportent montrent juste une bande de poivrots du nord s'interroger sur la peine de mort, la notion de citoyenneté et de civisme, etc...


Même les ( rares ) bonnes idées ( la tuerie finale de la piscine ) sont tellement mal foutues qu'on ne peut que regretter que le film n'aie pas été un tant soit peu travaillé.
Toutes les autres scènes de meurtres/ratages de meurtres sont nullardissimes, d'ailleurs le plus souvent dès que du sang apparaît à l'écran je me mets à glousser de rire incontrôlablement.

Et pour faire " ambiance " le film n'hésite pas à perdre des trentaines de secondes sur le visage d'un acteur maniaco-depressif au hasard pour justifier que le film dure deux heures au lieu de l'heure-et-quart-à-peine que méritait le scénario...


Parce que finalement, il ne s'avère pas si intelligent ni déviant que ça, toutes les vieilles règles du vampirisme sont étalées comme un trop-peu de confiture sur du pain rassis. Notamment, le " Tu dois m'autoriser à entrer " qui donne son titre original au film vient comme un cheveu sur la soupe, et donne une scène d'hémorragie spontanée complètement tarte ( à la crème ).

Mais assez de métaphores culinaires, j'ai des trux marrants à proposer.


Déjà le rapport de police concernant la mort du père de la vampirette.

" Le suspect à été hospitalisé sous surveillance policière, mais est parvenu à se défenestrer après s'être mordu la jugulaire. De toute évidence un suicide, rongé par le remords. "


Et les news du lendemain de l'attaque de la vieille blonde :

" Il semblerait que le suspect qui avait mis fin à ses jours soit lavé de tout soupçon car une nouvelle attaque à eu lieu hier. La victime a déclaré aux enquèteurs : 'Baissez les stores et donnez-moi une pinte de sang !' Mais tout de suite, la météo... 
"

30 millions d'amis du nord :

" Le chat domestique ( Felis Catus ) est un animal chaleureux et sociable. Grattez-lui le ventre il ronronne. Donnez-lui à manger et il vous aimera pendant une bonne demie-heure. La seule chose à ne pas faire, c'est d'approcher un vampire ( Chiroptera Vulgaris ). Le chat déteste ataviquement les vampires, et ce depuis la plus haute antiquité. En meute, une dixaine de chats peuvent tout à fait foutre un dawa pas possible dans votre deux-pièce loggia si vous avez le malheur d'accepter la visite d'un vampire. Ne le faites pas. Par contre, vous POUVEZ leur donner à manger après minuit. "

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1257 fois
12 apprécient · 16 n'apprécient pas

Mike Öpuvty a ajouté ce film à 2 listes Morse

Autres actions de Mike Öpuvty Morse